Logo
Accueil > News > Deces > Michel Serrault

News

Deces - Michel Serrault

  • 30 juillet 2007

    Les monstres sacrés du cinéma français ne cessent de disparaître ces derniers mois, puisqu'après Jean-Pierre Cassel, Philippe Noiret et Jean-Claude Brialy, c'est au tour de Michel Serrault de nous quitter. L'acteur est mort hier soir des suites d'un cancer, à l'âge de 79 ans dans sa maison de Honfleur.

    Serrault avait commencé sa carrière sur grand écran en 1954, après son légendaire passage au séminaire qui l'aurait prédestiné à devenir prêtre, si ce n'était pour la rencontre avec une jolie fille. Dès l'année suivante, il tient un second rôle dans le classique de Henri-Georges Clouzot, Les Diaboliques. Mais il faudra attendre une vingtaine d'années et de nombreux petits rôles dans des comédies comme Le Roi de coeur, avant que l'heure de gloire de Serrault ne vienne. Après avoir vaillamment gravi les échelons sur scène et au cinéma, Michel Serrault remporte un triomphe dans la pièce "La Cage aux folles" avec son ami Jean Poiret. L'adaptation au cinéma par Edouard Molinario en 1978 lui vaudra son premier César et une reconnaissance internationale.

    Dès lors, Michel Serrault alterne les rôles sérieux ou tragiques avec des comédies plus ou moins populaires. Sa collaboration avec Jean-Pierre Mocky (Le Miraculé, Le Furet, Grabuge), Claude Miller (Garde à vue, Mortelle randonnée), Claude Sautet (Nelly & Monsieur Arnaud) et Claude Chabrol (Rien ne va plus), ainsi que ses apparitions dans des films sollicités par le public, comme les suites de La Cage aux folles, Le Bon plaisir, On ne meurt que deux fois, Le Bonheur est dans le pré, Les Enfants du marais, Une hirondelle a fait le printemps et Le Papillon ont fait de Michel Serrault un des acteurs français les plus populaires et les plus respectés. Il avait notamment remporté trois Césars, parmi huit nominations.

    A l'encontre de ses illustres confrères disparus, on échappera avec Michel Serrault à la sortie de film posthume, puisque ses dernières interprétations dans Antonio Vivaldi, un prince à Venise et Le Bénévole ont déjà été distribuées, d'une manière fort confidentielle. Son dernier film important était Pars vite et reviens tard de Régis Wargnier, sorti au mois de janvier.