Mourir peut attendre (No time to Die)

Mourir peut attendre (No time to Die)
Durée:163 minutes
Réalisateur:Cary Joji Fukunaga
Sortie:Cinéma
Date:06 octobre 2021
Note:
Dans Mourir peut attendre, Bond a quitté les services secrets et coule des jours heureux en Jamaïque. Mais sa tranquillité est de courte durée car son vieil ami Felix Leiter de la CIA débarque pour solliciter son aide : il s'agit de sauver un scientifique qui vient d'être kidnappé. Mais la mission se révèle bien plus dangereuse que prévu et Bond se retrouve aux trousses d'un mystérieux ennemi détenant de redoutables armes technologiques…

Critique de Mulder

A mon père

Quel est l’avenir du film d’espionnage au cinéma serait la bonne question que tout bon cinéphile devrait se poser après avoir découvert le dernier volet en date de la saga cinématographique culte dédiée à l’agent britannique le plus connu et apprécié au monde. Créé en 1953 par l'écrivain Ian Fleming, la série littéraire dédié à l’agent des services secrets britanniques aura non seulement un impact important à travers le monde et créé un personnage adulé du public et qui a traversé les époques avec passion et un intérêt indéniable du public. Les douze romans et quelques nouvelles écrites par Ian Fleming auront permis de développer un univers à l’assise solide et permis à d’autres écrivains d’apporter leur pierre à l’édifice que cela soit Kingsley Amis, Christopher Wood, John Gardner, Raymond Benson, Sebastian Faulks, Jeffery Deaver, William Boyd et Anthony Horowitz. 

Adapté aussi bien à la télévision, à la radio, en bande dessinée, en jeux vidéo mais surtout au cinéma avec pas moins de vingt cinq films de 1962 à 2021, l’agent 007 aura été incarné par Sean Connery (1962–1967; 1971), George Lazenby (1969), Roger Moore (1973–1985), Timothy Dalton (1987–1989), Pierce Brosnan (1995–2002) et Daniel Craig (2006–2021). Pour sa dernière interprétation de James Bond après Casino Royale (2006), Quantum of Solace (2008), Skyfall (2012) et Spectre (2015), Daniel Craig incarne pour la dernière fois James Bond dans Mourir peut attendre (No Time to Die) et livre ici l’un des meilleurs films de la saga cinématographique mais également l’un des plus émouvants.

Mourir peut attendre (No Time to Die) permet de conclure le cycle débuté avec Casino Royale qui aura permis de revisiter de manière inspirée l’univers de James Bond. Alors que Daniel Craig paraissait être un choix contestable pour reprendre le personnage de James Bond il aura réussi en cinq films à faire l’unanimité. Aussi à l’aise dans les scènes d’action que dans des moments plus dramatiques, la réussite indéniable des derniers films de la saga cinématographique James lui doit beaucoup tant il a apporté à ce personnage sa fragilité mais aussi cet instinct de survie et de se battre jusqu’au dernier souffle. Co-scénarisé et réalisé par Cary Joji Fukunaga  (Sin nombre (2009), Jane Eyre (2011), Beasts of No Nation (2015), ce nouveau volet n’est certes pas parfait à commencer par la présence irritante de la comédienne Léa Seydoux qui peine à convaincre face à l’interprétation inspirée de Daniel Craig mais aussi par la présence inconsistante de Rami Malek dans le rôle sous exploité du grand méchant du film. De la même manière, on regrette amèrement le temps de présence trop court de la comédienne Ana de Armas qui se révèle parfaite dans le rôle d’une agent secret américaine en début de carrière. 

Après une scène d’introduction trop longue et découpée en deux périodes distinctes afin de faire la continuité avec le film précédent, Mourir peut attendre (No Time to Die) nous présente un James Bond qui a quitté le service actif et qui profite d'une retraite en Jamaïque. Sa tranquillité est de courte durée lorsque son vieil ami Felix Leiter de la CIA vient lui demander de l'aide pour mettre la main sur un scientifique. . La mission de sauvetage ce scientifique s'avère bien plus périlleuse que prévu et même être un piège pour James bond qui va le conduire ensuite sur la piste d'un mystérieux terroriste Lyutsifer Safin (Rami Malek) armé d'une nouvelle technologie dangereuse et qui souhaite éradiquer une grande majorité de la race humaine de la terre.

Il est indéniable qu’il y a une formule préétablie correspondant au cahier des charges lié à la création d’un film James Bond que cela soit une scène musclée d’introduction, un générique aussi beau qu’original, des scènes d’actions spectaculaires mais aussi le fait de tourner dans différents pays et de mettre en face de James Bond une ou plusieurs James bond girl et un terroriste mégalomane souhaitant contrôler le monde ou le remodeler à sa manière. Tous ces éléments sont bien présents dans ce film mais il est indéniable que la patte du réalisateur Cary Joji Fukunaga est indéniable ne serait-ce pour la part accorder aux nombreux dialogues, à la construction des personnages et surtout à la part importante que prend la famille dans le film. Pourtant malgré sa durée peut être trop longue et le fait que la concurrence au cinéma est rude ne serait-ce qu’avec la saga cinématographique incontournable Mission impossible dans laquelle Tom Cruise interprète l’agent Ethan Hunt et réalise lui-même la plupart de ses cascades et repoussent à chacun des volets les limites du possible en termes de cascades, la saga cinématographique James Bond a réussi à tenir et à se faire une place dans le cœur des spectateurs. 

Le scénario n’hésite pas à mettre le personnage de James Bond face à ses propres limites que cela soit le fait que son immatricule suite à son départ a été repris par une femme surentrainée et capable de s’opposer à lui mais aussi face à sa propre mort et à celle de ses proches. Ce que Mourir peut attendre (No Time to Die) gagne en émotion puissant, il le perd un peu dans son manque de proposer des scènes aussi spectaculaires que celles vue dans les derniers volets en date de Mission impossible. De la même manière la fin en surprendra plus d’un qui pense que James Bond est un personnage digne d’un super-héros Marvel et capable de faire face à tous les plus grands dangers et de rester en vie malgré tout. Les scènes d’action certes ne manquent pas mais aucune ne réussit à nous impressionner réellement. Pourtant, Mourir peut attendre (No Time to Die) malgré ses quelques faiblesses ne déçoit pas et nous montre à quel point Daniel Craig était fait pour ce rôle. 

Malgré sa durée de 163 minutes qui en fait le film le plus long de la saga cinématographique, le scénario de Neal Purvis, Robert Wade, Cary Joji Fukunaga, Phoebe Waller-Bridge impressionne par ses nombreux rebondissements et par une volonté de proposer une approche un peu différente de James Bond. Certes, certaines scènes paraissent un tant soit peu trop longues et le film aurait mérité à prendre quelques risques et non se contenter de ne froisser personne quitte à s’éloigner du personnage original inventé par Ian Fleming qui aimait autant les femmes que l’alcool.  De la même manière, la fin surprendra plus d’un spectateur et laisser penser à ce que la saga cinématographique James Bond est peut-être réellement terminé au cinéma (le rachat le 26 mai 2021 de la MGM par Amazon laisse à penser que la saga James bond risque de laisser place à une série ou des films de moins grande envergure et destiné à être diffusés directement sur Prime Video). On espère que non mais actuellement on ne voit pas trop quel serait l’avenir de la saga James après la fin proposée dans ce film ne laissant plus de doute sur le fait qu’une page vient de se tourner et qu’un nouveau cycle va commencer. L’avenir nous en dira plus mais on espère que l’univers James bond qui a nourri notre enfance, qui aura permis à des générations d’une même famille de partager des films continuera à exister et à nous faire rêver..

Mourir peut attendre (No Time to Die)
Réalisé par Cary Joji Fukunaga
Scénario de Neal Purvis, Robert Wade, Cary Joji Fukunaga, Phoebe Waller-Bridge
Histoire par Neal Purvis, Robert Wade, Cary Joji Fukunaga
Basé sur James Bond de Ian Fleming
Produit par Michael G. Wilson, Barbara Broccoli
Avec Daniel Craig, Rami Malek, Léa Seydoux, Lashana Lynch, Ben Whishaw, Naomie Harris, Jeffrey Wright, Christoph Waltz, David Dencik, Ralph Fiennes, Ana de Armas
Image : Linus Sandgren
Montage : Elliot Graham, Tom Cross
Musique : Hans Zimmer
Sociétés de production : Metro-Goldwyn-Mayer, Eon Productions
Distribué par United Artists Releasing (Amérique du Nord), Universal Pictures (International)
Date de sortie : 28 septembre 2021 (Royal Albert Hall), 30 septembre 2021 (Royaume-Uni), 8 octobre 2021 (États-Unis), 6 octobre 2021 (France)
Durée du film : 163 minutes

Vu le 5 octobre 2021 au Gaumont Disney Village, Salle 11 Imax 3D place E20

Note de Mulder: