Oranges sanguines

Oranges sanguines
Durée:102 minutes
Réalisateur:Jean-Christophe Meurisse
Sortie:Cinéma
Date:17 novembre 2021
Note:
Au même moment en France, un couple de retraités surendettés tente de remporter un concours de rock, un ministre est soupçonné de fraude fiscale, une jeune adolescente rencontre un détraqué sexuel. Une longue nuit va commencer. Les chiens sont lâchés.

Critique de Mulder

« J’ai très vite réfléchi aux personnages-liens, aux passerelles entre les différentes histoires, avec un jeu de parallélismes et d’alternances. Dans un film mosaïque comme Oranges sanguines, la difficulté est de trouver les échos entre les histoires, de ne pas perdre en route les personnages. Ces échos doivent être organiques plutôt qu’intellectuels ou théoriques. Par exemple, les séniors surendettés répondent au ministre fraudeur fiscal sans que ce soit explicite. Cela finit par donner un croquis de la société française. » - Jean-Christophe Meurisse

Il est toujours intéressant de découvrir dans des festivals de cinéma américains des films français car cela montre bien que ceux-ci ne connaissent pas de frontières et peuvent aller à la rencontre d’un public mondial. Il faut reconnaitre que cette édition de Fantastic Fest a été très sélective car les films Barbaque (Some like it rare) (2021) et Oranges sanguines sont deux excellentes comédies avec des éléments horrifiques. Dans le cas de Oranges sanguines on retrouve ici une comédie satirique abordant aussi bien la politique, les personnes âgés en détresse, les détraqués sexuels mais aussi le passage de l’adolescence à l’âge adulte. Pour second second film après Apnée (2016), Jean-Christophe Meurisse scénarise et réalise une comédie qui a tout pour devenir culte et qui possède un casting dans lequel on retrouve Alexandre Steiger, Christophe Paou, Lilith Grasmug, Denis Podalydès, Blanche Gardin et Vincent Dedienne.

Après avoir eu sa Première mondiale au festival de Cannes, Oranges sanguines montre la vitalité indéniable du cinéma indépendant français et on ne saurait que trop remercier le distributeur française The Jokers pour permettre à des réalisateurs très doués comme Jean-Christophe Meurisse de laisser libre court à leur imagination fébrile. Oranges sanguines est l’une de ses comédies satiriques qui portent un véritable regard sur notre société actuelle dans laquelle un couple de personnages âgés tentent d’éponger leurs dettes en participants à un concours de danse afin de gagner une voiture (une SUV) et de la revendre, un homme politique qui essaye de faire taire une affaire se retrouve prisonnier d’un serial killer et dans lequelle une jeune et superbe adolescente se retrouve face à ce même serial killer mais retourne la situation en sa faveur.

En mettant en scène de nombreux personnages, Oranges sanguines n’est pourtant pas construit comme un film à sketches même s’il en prend par moment la forme. Il serait plus judicieux de retrouver dans ce film des tranches de vies comme dans Short Cuts (1993) de Robert Altman. Les personnages vont ainsi se croiser et ce qui commence comme une comédie s’oriente progressivement vers le thriller horrifique et par le film de vengeance saignant et sans censure de politiquement correct. Il serait également intéressant de comparer le ton du film avec celui du duo Benoit Delepine et Gustave Kervern et le fait de retrouver dans un second rôle l’excellente comédienne et humoriste Blanche Gardin ne semble pas être le fait d’un simple hasard.

Les dialogues très percutants du film témoignent d’une véritable liberté de ton accordé au scénariste et réalisateur Jean-Christophe Meurisse. Alors que le cinéma français semble trop souvent cantonné dans un politiquement correct, le film aborde la politique, le capitalisme, l’adolescence et l’endettement de personnages vieillissantes comme pour révéler les nombreuses irrégularités de notre système actuel. De la même manière en abordant trois générations différentes de personnes vivantes en France, Oranges sanguines frappe juste et se permet quelques remarques parfaitement amenés notamment sur le pouvoir de l’argent, l’image publique et sur le cadre légal de la loi pour les victimes de viol. 

Alors que la comédie culte C’est arrivé près de chez vous (man bites dog) (1992) s’est imposée comme une référence d’un cinéma mixant à la perfection la comédie et l’horreur pure, Oranges sanguines apparait comme en étant son digne héritier. Le réalisateur Jean-Christophe Meurisse nous livre ici un film qui arrive à nous faire rire mais également à glisser vers le film d’horreur viscéral tout en restant réaliste. La jeune comédienne Lilith Grasmug s’avère être une révélation indéniable de ce film et son personnage au franc-parler donne au film toute sa vitalité et nous fait immédiatement nous immerger dans ce film. Elle lui donne quelques-unes de ses meilleures scènes dont une qui va rester longtemps dans nos mémoires collectives.  

Assurément Oranges sanguines n’est pas pour tout public et destiné à un public averti car certaines scènes sont particulièrement violentes et saignantes. Pour un film français, c’est plutôt rare donc à souligner. On ressort du film avec l’envie de le revoir et surtout de mieux comprendre ses rouages qui en font un film voué à devenir culte et à rester longtemps comme l’une des meilleures surprises de cette année.

Oranges sanguines
Réalisé par Jean-Christophe Meurisse
Produit par Marine Bergère, Romain Daubeach, Alice Girard
Écrit par Jean-Christophe Meurisse, Amélie Philippe, Yohann Gloaguen
Avec Alexandre Steiger, Christophe Paou, Lilith Grasmug, Denis Podalydès, Blanche Gardin, Vincent Dedienne, Lorella Cravotta, Olivier Saladin, Fred Blin, Céline Fuhrer, Florence Janas, Anthony Paliotti Patrice Laffont, Pascal Sangla
Image : Javier Ruiz-Gomez
Montage : Flora Volpelière
Sociétés de production : Rectangle Productions, Mamma Roman, Les chiens de Navarre, The Jokers
Distribué par The Jokers (France)
Date de sortie : 17 novembre 2021 (France)
Durée du film : 102 minutes

Vu le 29 septembre 2021 (Fantastic fest virtual screening room) 

Note de Mulder: