The last son

The last son
Durée:96 minutes
Réalisateur:Tim Sutton
Sortie:Cinéma
Date:Non communiquée
Note:
À la fin du 19ème siècle, Isaac LeMay, un hors-la-loi sans pitié, apprend qu’il est l’objet d’une sinistre prophétie : il sera assassiné par l’un de ses enfants. Pour parer à son funeste destin, il part à la recherche de sa progéniture, qui porte la même tâche de naissance que lui. Bien que poursuivi par des chasseurs de prime et par le mystérieux Sheriff Solo­mon, LeMay finit néanmoins par retrouver la trace de son fils Cal, lui-même en pleine frénésie meurtrière…

Critique de Mulder

Le réalisateur Tim Sutton ne cesse de nous surprendre et avait déjà retenu toute notre attention avec son précédent film dramatique Donnybrook (2018) dans lequel on retrouvait au casting Jamie Bell, Frank Grillo et Margaret Qualley. Cette fois le réalisateur revisite le western avec une réelle économie de moyens mais un casting tout aussi important dans lequel on retrouve notamment Sam Worthington, Machine Gun Kelly, Thomas Jane et Heather Graham. 

Sur un scénario de Greg Blake Johnson, The last son raconte comment à la fin du 19ème siècle, Isaac LeMay (Sam Worthington), un hors-la-loi sans pitié, apprend qu’il est l’objet d’une sinistre prophétie lancée par les indiens qu’il a exterminés : il sera assassiné par l’un de ses enfants. Pour parer à son funeste destin, il part à la recherche de sa progéniture, qui porte la même tâche de naissance que lui. Bien que poursuivi par des chasseurs de prime et par le mystérieux Sheriff Solo­mon, LeMay finit néanmoins par retrouver la trace de son fils Cal, lui-même en pleine frénésie meurtrière. La route sera parsemée de nombreux morts jusqu’à l’affrontement final.

Le réalisateur Tim Sutton semble exceller dans sa volonté de placer la psychologie des personnes au centre de ses films et comme dans Donnybrook, la violence semble la seule méthode possible pour remettre de l’ordre dans les événements.  De la même manière, The last son permet de retrouver des comédiens que nous apprécions notamment la trop rare Heather Graham qui a pu s’imposer dans de nombreux films par sa beauté et sa manière de transcender chacun de ses personnages. En lui donnant le rôle d’une prostituée qui a donné vie à deux jumeaux nés de sa relation avec Isaac LeMay, elle va non seulement devoir affronter ce meurtrier impassible qui semble inarrêtable mais aussi affronter l’un de ses deux enfants à la folie aussi meurtrière que son père.

The last son capte parfaitement ce qui fait un excellent western et réussit à rendre crédible l’action du film malgré des décors réduits à leurs stricts minimum et un tempo plutôt trop lent pour s’imposer comme un chef d’œuvre mémorable face aux nombreux et intemporels classiques de ce genre qui aura inspiré de nombreux excellents réalisateurs. Il aurait fallu à ce film quelques scènes mémorables pour marquer les spectateurs et sortir du lot de ces westerns hollywoodiens. Reste un film intimiste qui sait capturer notre attention et qui en jouant d’une approche aussi originale et forte mérite amplement d’être découvert au cinéma ou sur une plateforme de streaming.

The last son
Réalisé par Tim Sutton
Produit par Andre Relis, Jib Polhemus, Luke Schuetzle & Todd Lundbohm
Écrit par Greg Blake Johnson 
Avec Sam Worthington, Colson Baker/Machine Gun Kelly, Thomas Jane, Kim Delonghi, Danny Bohnen, Scotty Bohnen, Emily Marie Palmer, Heather Graham.
Musique : Phil Mossman
Directeur de la photographie : David Gallego
Montage : Kate Abernathy 
Distribué par ACE Entertainment Films (France)
Durée du film : 96 minutes

Vu le 6 septembre 2021 au Centre International de Deauville

Note de Mulder: