We are living things

We are living things
Durée:94 minutes
Réalisateur:Antonio Tibaldi
Sortie:Cinéma
Date:Non communiquée
Note:
Solomon, immigré mexicain sans-papier, vit et travaille dans une recyclerie de New York. Persuadé que sa mère disparue a été enlevée par des extraterrestres, il s’est construit un radio télescope afin d’intercepter d’éventuelles communications venues de l’espace. Il rencontre par hasard la séduisante Chuyao, une employée fétichiste d’un salon de manicure en situation irrégulière, qui partage elle-aussi un intérêt personnel pour les ovnis. Après une violente altercation avec le petit-ami malfrat de cette dernière, les deux laissés-pour-compte prennent la fuite vers l’Ouest en quête de vérité.

Critique de Mulder

Cette année le festival du cinéma américain de Deauville nous aura permis de découvrir une excellente sélection de films indépendants à défaut de faire venir de nombreuses stars américaines. We are living things fut l’un des premiers films découverts cette année pendant ce festival et sûrement l’un des plus réussis également. Coscénarisé et réalisé par Antonio Tibaldi, We are livng things est construit comme un thriller pour s’orienter ensuite vers un road movie et enfin un drame social. Le mélange de genres très réussis donne à ce film une aura toute particulière et surtout permet de découvrir un excellent réalisateur capable réellement de nous surprendre et d’aborder une thématique qui nous tient à cœur celle de la présence ou non des extraterrestres et des nombreux objets non identifiés du Nevada.

Solomon (Jorge Antonio Guerrero) travaille dans une recyclerie de New York et est un immigré mexicain en situation irrégulière vivant dans une déchetterie et obnubilé par la question des extraterrestres. En effet, il croit que sa mère a été enlevée par eux et il tente de la retrouver. Sa quête d’une preuve de ceux-ci l’a amené à créer un radio télescope afin d’intercepter des communications venues de l’espace. Lorsque sa route va lui faire croiser celle d’une jeune femme asiatique, Chuyao (Xingchen Lyu) elle aussi en situation irrégulière et employée dans un salon de manicure il va tenter de la protéger quitte à la kidnapper et à partir vers le Nevada avec elle aussi. Chuyao partage avec lui un intérêt commun pour la recherche de preuve des extraterrestres. 

Le réalisateur Antonio Tibaldi trouve la parfaite tonalité pour raconter son histoire et peut s’appuyer sur des interprétations solides et des décors naturels aussi beaux qu’angoissants. La photographie particulièrement soignée du film permet de révéler toute la beauté de l'Arizona avec ses terres arides et ses personnes ayant décider de s’y installer de manière précaire afin d’assister à une éventuelle encontre du troisième type. 

Le film est d’autant plus réussi qu’il laissera à chacun le soin de penser à l’existence ou non d’autres preuves de vie et de leur passage parmi nous. Cette question a non seulement été à la source de nombreux films et blockbusters plus ou moins réussis. La fascination de nombreuses personnes comme ici Solomon et Chuyao peut aussi s’expliquer par une volonté de croire à des événements paranormaux et ainsi se cacher la vérité. La mère de Solomon a peut-être simplement été tuée en voulant traverser la frontière américaine.

Le réalisateur Antonio Tibaldi semble également plus porter son attention vers une société dans laquelle les minorités ne sont pas toujours bien intégrées et surtout sur l’immigration clandestine qui peut amener à tous les abus possible comme le montre le sordide sort qui pouvait attendre Chuyao (nous n’en dirons pas plus). Dans une société dans laquelle il vaut mieux avoir un bon salaire et rester transparent toute croyance ou recherche sortant de la normalité semble être banni. Pourtant le fait que Solomon soit obsédé par une preuve de l’existence des extraterrestres ne regarde que lui et il devrait pouvoir occuper son temps libre comme il le souhaite.

Assurément la fin ouverte de We are living things se révèle aussi très intéressante car ancrée dans le réel et non plongeant le film dans le domaine de la science-fiction. Le réalisateur préférant s’attacher à ses deux personnages principaux que plus rien ne relie à notre société et qui espère trouver ailleurs un moyen de rester libre et heureux ensemble.

We are living things 
Réalisé par Antonio Tibaldi
Produit par Fan He, Andrew K. Li, Alex Lora & Antonio Tibaldi
Écrit par Antonio Tibaldi & Alex Lora 
Avec Jorge Antonio Guerrero, Xingchen Lyu, Zao Wang, O-Lan Jones, Paul Cooper
Musique : Idem
Directeur de la photographie : Luca Bigazzi
Montage : Alex Lora
Sociétés de production : EnMaze Pictures Inc
Durée du film : 94 minutes

Vu le 5 septembre 2021 au Centre International de Deauville

Note de Mulder: