Down with the king

Down with the king
Durée:100 minutes
Réalisateur:Diego Ongaro
Sortie:Cinéma
Date:Non communiquée
Note:
Money Merc, un célèbre rappeur, est censé composer un nouvel album dans une maison loin de tout. Mais, fatigué par sa carrière et la pression qui l’entoure, il se découvre un goût inattendu pour la vie de fermier.

Critique de Mulder

Cette année le festival du cinéma américain de Deauville a remis le Grand Prix au film coscénarisé et réalisé par Diego Ongaro Down with the King. Choix plus que contestable étant donné que le second film de ce réalisateur est certes intéressant à suivre mais manque cruellement de la force émotionnelle dégagée par le grand prix du public Blue Bayou (notre film préféré de cette édition). On comprend aisément la volonté du réalisateur Diego Ongaro de faire un film sur le milieu dans lequel il vit aux Etats-Unis et porter notre regard sur ces petites villes américaines dans lesquelles des fermiers tentent de continuer à vivre décemment. Loin du clinquant du milieu du rap américain et des nouvelles technologies omniprésentes, Down with the King montre les bienfaits d’un retour à la campagne pour se ressourcer.

La star du rap Money Merc (Freddie gibbs) a été envoyée par son manager, Paul, dans une maison de campagne dans les Berkshires pour se concentrer sur son prochain album. Son manque d’inspiration et l’impression qu’il a perdu son mojo et son statut de rapper mondialement reçu font que celui-ci semble se faire très facilement à sa nouvelle vie loin des tumultes engendrés par sa vie de rapper. Money Merc n’a ainsi plus envie de se concentrer sur la création de son nouvel album et préfère ainsi passer son temps avec son nouveau voisin, un agriculteur et éleveur de cochons et de vaches. Money Marc apprend ainsi comment élever des animaux et le travail important que représente la vie à la ferme. Loin de l’argent abondant du milieu du rap entre albums et tournées mondiales, Money Merc commence à aimer son nouveau mode de vie  et va jusqu’à annoncer sa fin de carrière artistique sur son réseau social Twitter au grand dam de son producteur et ami Paul.

Afin de jouer la carte de la crédibilité en permanence le réalisateur et coscénariste Diego Ongaro a fait appel au rapper américain Freddie Gibbs pour donner vie à son personnage Money Merc et ainsi pu faire de son film une analyse plutôt intéressante de la fin de carrière d’un rapper qui semble avoir perdu son inspiration et sa manière de vouloir toujours se battre. Assurément ce choix judicieux faire de Down with the king un film intéressant à défaut d’être en permanence captivant. De la même manière le rapper Money Merc semble prendre un vrai plaisir à quitter la sphère du rap pour vivre normalement loin des lumières d’une célébrité éphémère.  Il en vient même à s’éprendre d’une vendeuse d’un magasin d’outillage, Michaele (Jamie Neumann),  qui elle n’aspire qu’à partir loin de cette campagne profonde dans laquelle le temps semble s’être arrêté. 

Le réalisateur Diego Ongaro vante à travers son film les vertus de la vie à la campagne et surtout montre clairement la toxicité des réseaux sociaux devenus une véritable terre de combats entre personnalités du rap qui semblent se battre en permanence pour être celui qui en mettra le plus aux yeux du public et des autres rappers. Pourtant Down with the King manque cruellement de scènes marquantes et surtout n’arrive pas à faire ressentir d’où vient l’inspiration du rap et comment des artistes arrivent à trouver le bon tempo pour donner vie à des hits marquants. Down with the king n’arrive pas ainsi à faire oublier le film culte de Curtis Hanson 8 mile dans lequel Eminem s’imposait comme un excellent comédien et transcendait tout simplement tout ce qui touchait au milieu du rap sur grand écran.  

Pourtant Down with the king s’impose comme un film réussi par sa volonté de mélanger des comédiens professionnels avec des débutants et de trouver le juste équilibre pour que tous les comédiens sonnent justes et donnent à leur personnage l’épaisseur nécessaire. En oscillant entre approche documentaire de la vie à la campagne et drame psychologique, Down with the king fut assurément l’une des bonnes surprises de cette édition du festival du cinéma américain de Deauville à défaut d’être à nos yeux le meilleur de la sélection officielle.

Down with the king
Réalisé par Diego Ongaro
Produit par Rob Cristiano, Kim Jackson et Zach LeBeau 
Écrit par Xavi Molia et Diego Ongaro 
Avec Freddie Gibbs, Bob Tarasuk, Hernan Orozco, Jared Smith, Cole Tarasuk, Jamie Neumann, David Krumholtz, Sharon Washington
Musique : Nathan Halpern
Directeur de la photographie : Daniel Vecchione
Montage : Benoit Sauvage 
Durée du film : 100 minutes

Vu le 7 septembre 2021 au Centre International de Deauville

Note de Mulder: