Glasshouse

Glasshouse
Durée:94 minutes
Réalisateur:Kelsey Egan
Sortie:Cinéma
Date:Non communiquée
Note:
L’équilibre instauré va r avec l’arrivée d’un mystérieux étranger qui s’introduit dans l’abri d’une famille. Une mère (Adrienne Pearce) et ses trois filles, la romantique Bee (Jessica Alexander), la sensible Evie (Anja Taljaard) et l’enfant de la nature Daisy (Kitty Harris) vivent dans une bâtisse en verre qui a été complètement scellée afin de protéger ses habitantes d’une toxine provoquant la démence, Shred, qui empoisonne l’air extérieur. En plus de leurs responsabilités quotidiennes, monter la garde et récolter les vastes cultures qui les gardent en vie, les deux aînées doivent prendre soin de leur frère Gabe (Brent Vermulen), incapable de s’occuper de lui-même après avoir été exposé à la toxine par le passé. Terrifiés de finir comme ces âmes perdues qui errent dans l’abysse extérieur, les membres de la famille gardent une emprise sur leur passé en observant des rituels sacrés. Lorsque Bee enfreint les règles et accueille un étranger blessé (Hilton Pelser) dans leur maison, la dynamique familiale est bouleversée à jamais, alors que des vérités cachées viennent faire éclater des illusions que les femmes ont tenté de maintenir.

Critique de Mulder

La période actuelle semble être devenue une source d’inspiration colossale pour de nombreuses productions à en juger par l’excellent The Sadness et Glashouse notamment qui furent projetés pendant le festival de Fantasia. Dans ces deux films, il est impossible de ne pas se poser la question d’une future évolution des variants actuels voire l’apparition de nouveaux virus ou toxines diverses. Le fait de devoir se confiner aurait pu rester longtemps dans nos mémoires comme uniquement présent dans les films d’anticipation vus au cinéma ou sur des plateformes de streaming. Le cinéma a toujours été un vecteur important pour mieux comprendre une époque. Ceci est particulièrement vrai lorsque nous nous replongeons dans des films des années 70, 80 même 90 pour revoir avec nostalgie une période qui a marqué notre passé. 

Si Glasshouse fonctionne aussi bien c’est qu’il confronte les spectateurs à un futur pas si lointain dans lequel de nouveaux virus ou toxines auraient changé à jamais notre société actuelle. En portant un regard sur l’évolution possible de notre société ; Glasshouse fascine et semble montrer la fin de notre humanité. Dans ce film, une famille survit à The Shred, confinée dans sa serre, une toxine qui efface la mémoire. Jusqu'à ce que les sœurs soient séduites par un étranger qui brise leur paix et réveille un passé qu'il vaut mieux laisser enterré. Les scénaristes Emma De Wet, Kelsey Egan livrent une fable dystopique dans laquelle passé et présent vont venir s’entrechoquer et donner vie à une histoire universelle sur la mémoire et sur le fait d’’être humain.

Il est intéressant de voir que l’industrie cinématographique sud-africaine peut aisément trouver sa place dans le paysage mondial du cinéma. La réalisatrice Kelsey Egan nous livre ici un très bon film à l’image soignée et reposant sur un casting de jeunes comédiennes parfaitement dirigées. En mettant au centre du récit l’importance de la mémoire et la dislocation du cocon familial, Glasshouse se révèle passionnant tout en réussissant à créer un climat angoissant. Tourné en décor naturel dans la région de Ggebera (Port Elizabeth) en Afrique du Sud, ce film marque les débuts très prometteurs de la réalisatrice Kelsey Egan

Glasshouse est l’image de notre société actuelle, sous son apparence tranquille se dresse une guerre sans fin dans laquelle chacun cherche la meilleure place possible et dans laquelle l’innocence est souvent bafouée par des vagues récurrentes de violence, de tromperies diverses. Notre triste période actuelle connaitra t’elle un jour un renouveau et le retour d’un véritable optimisme ou est-ce les premiers signes du déclin d’une humanité en voie d’extinction et face à une nature qui semble prendre sa revanche face aux nombreux ravages des humains.

Glasshouse
Réalisé par Kelsey Egan
Produit par Greig Buckle
Écrit par Emma De Wet, Kelsey Egan 
Avec Jessica Alexander, Adrienne Pearce, Hilton Pelser, Anja Taljaard, Brent Vermeulen.
Musique : Patrick Cannell
Cinématographie : Justus de Jager
Montage : Rowan Jackson
Date de sortie : 16 août 2021 (Fantasia)
Durée du film : 94 minutes

Vu le 16 aout 2021 (Fantasia screener presse)

Note de Mulder: