Yakuza princess

Yakuza princess
Durée:112 minutes
Réalisateur:Vicente Amorim
Sortie:Cinéma
Date:Non communiquée
Note:
Se déroulant dans la vaste communauté japonaise de Sao Paulo au Brésil - la plus grande diaspora japonaise au monde – Yakuza Princess suit Akemi (Masumi), une orpheline qui découvre qu'elle est l'héritière de la moitié du syndicat du crime Yakuza. Forgeant une alliance difficile avec un étranger amnésique (Jonathan Rhys Meyers) qui croit qu'une épée ancienne lie leurs deux destins, Akemi doit déclencher la guerre contre l'autre moitié du syndicat qui veut sa mort.

Critique de Mulder

" Yakuza Princess est un thriller avec une très forte charge émotionnelle. Ce moteur est alimenté par Akemi, qui atteint sa majorité en apprenant à se battre (littéralement) et en devenant celle qu'elle a toujours voulu être. Le film met en scène une dynamique familiale très complexe et brisée, avec des thèmes tels que l'identité et l'appartenance, le désir (et le rejet) d'une figure paternelle comme points de pivot autour desquels nous voyons sa trajectoire se dérouler. The Yakuza Princess apporte des éléments japonais forts issus de la tradition jidaigeki de maîtres tels que Mizoguchi ou Kurosawa, de l'esthétique vibrante d'animes comme Akira et de la violence dérivée des nouveaux classiques Ronin de Takashi Miike et Takeshi Kitano. Comme dans ces films, aucun coup de poing n'est tiré. Les décors du quartier japonais de São Paulo jouent un rôle majeur dans la chorégraphie des poursuites, des bagarres et des fusillades. La clique brésilienne des Yakuzas, sa police corrompue et sa propre violence domestique sont présentes en marge d'une toile d'action plus vaste et très élaborée qui sera ancrée dans les traits des personnages et mènera leurs arcs." - Vicente Amorim

Dans le cadre de notre couverture presse du festival canadien Fantasia, nous avons pu découvrir le nouveau film de Vicente Amorim (Good (2008), Motorrad (2017), A Divisão (2020). Ce réalisateur brésilien montre que le cinéma d’action ne connait pas de frontières et peut être abordé sous un regard différent. Loin d’enchainer des scènes de combats sans fin, Yakuza princess préfère s’orienter sur une approche plus psychologique afin de donner aux personnages une réelle profondeur.  En adaptant le roman graphique de Danilo Beyruth (Samurai Shiro), les scéanristes Vicente Amorim, Kimi Lee, Tubaldini Shelling, Fernando Toste ont trouvé matière à donner vie à un thriller énigmatique dans lequel un événement tragique du passé va avoir des répercussions importantes sur le présent.

Nous découvrons ainsi Akemi (MASUMI)  une jeune descendante japonaise qui voit apparaître sur son chemin un homme étrange, amnésique, armé d'un katana, Shiro ((Jonathan Rhys Meyers), et est poursuivie par les yakuzas. Elle devra les affronter, ainsi que son propre passé, pour survivre. Dès les premières minutes, le cadre est mis en place et on rentre directement dans l’action. Plutôt astucieux le scénario adapte assez fidèlement l’œuvre de Danilo Beyruth et place l’action non pas en Asie comme dans de nombreux films d’action, ni aux Etat-Unis ou en Europe mais au Brésil ce qui apporte à ce film une touche différente et une valeur ajoutée importante pour dynamiser le récit. Yakuza Princess se déroule principalement dans le quartier Liberdade de la ville de São Paulo.

Alors que la plupart des films d’action récents reposent sur une trame assez simpliste pour donner lieu à des scènes d’action spectaculaires, Yakuza princess s’oriente vers un récit mettant en scène des luttes sanglantes pour le pouvoir, l'honneur de la famille et le lien fort unissant les actions du passé et le temps présent. Dans cette recherche de soi-même, Shiro et Akemi vont voir leur route se croiser à différentes reprises. Le film porte ainsi un véritable regard sur la métropole de São Paulo qui est considérée comme la plus grande communauté japonaise du monde en dehors du Japon. Yakuza princess montre que le cinéma indépendant brésilien peut arriver à rivaliser avec les majors américaines sur leur propre terrain en insufflant un véritable rythme au récit et en bénéficiant d’un casting solide. Il faut reconnaitre que le duo Masumi et Jonathan Rhys Meyers fonctionne parfaitement et que nous suivons leur évolution avec intérêt.

Yakuza princess
Réalisé par Vicente Amorim
Produit par Tubaldini Shelling, André Skaf 
Écrit par Vicente Amorim, Kimi Lee, Tubaldini Shelling, Fernando Toste
Avec MASUMI, Jonathan Rhys Meyers, Tsuyoshi Ihara, Eijiro Ozaki, Kenny Leu, Toshiji Takeshima, Mariko Takai, Nicholas Trevijano, Iuri Saraiva, Ricardo Gelli, Nduduzo Siba, Charles Paraventi, André Ramiro, Toshi Tanaka
Musique : Lucas Marcier, Fabiano Krieger
Directeur de la photographie : Gustavo Hadba
Montage : Danilo Lemos 
Sociétés de production : Tubaldini Shelling, Andre Skaf, Filmland International
Distribué par XYZ Films, Magnet Releasing (U.S.)
Date de sortie : 3 septembre 2021 (EtatsUnis)
Durée du film : 112 minutes

Vu le 31 juillet 2021 (screener presse)

Note de Mulder: