Bull

Bull
Durée:88 minutes
Réalisateur:Paul Andrew Williams
Sortie:Cinéma
Date:Non communiquée
Note:
Après dix ans d'absence, l'ancien exécuteur de gangs Bull retourne dans ses anciens repaires pour retrouver son fils disparu et se venger de ceux qui l'ont trahi et laissé pour mort. De douloureux secrets du passé seront bientôt révélés et, comme un homme possédé, Bull ne reculera devant rien pour se venger de ceux qui doivent expier leurs péchés.

Critique de Mulder

" Donc, la chance de faire à nouveau un film, un film à petit budget, un film dans une pandémie avec une distanciation sociale, des masques et du désinfectant. Un calendrier incroyablement court avec trois fois plus de lieux que de jours de tournage. Bien sûr, j'ai sauté sur l'occasion et nous avons tourné. Beaucoup de premières expériences, mais aussi beaucoup de familiarité, j'ai pu travailler avec une équipe formidable de cinéastes complètement fous qui ne savaient pas dans quoi ils s'engageaient. C'était la première fois que je brûlais des trucs et la première fois que j'utilisais de fausses parties de corps depuis un moment. Bull a été une expérience formidable et une chance de travailler avec des acteurs que j'admire depuis longtemps et des gens que je considère comme des amis. J'ai eu l'occasion de tourner sur un champ de foire et d'assister au spectacle d'un acteur qui devait se rendre au seau des malades après chaque prise, tant la vélocité des valseurs était grande. J'ai pu utiliser une caméra à grande vitesse Phantom qui tourne à plus de mille images par seconde. (Qui a dit qu'il s'agissait d'un film à petit budget ?) J'ai pu expérimenter à nouveau la joie de filmer à la hanche, dans le style guérilla. Quel buzz ! J'ai aussi la chance d'être l'auteur du scénario, alors voir ce que j'avais dans la tête sur l'écran et prêt à être regardé par les gens est un cadeau. Fuck Yes est tout ce que je peux dire. " - Paul Andrew Williams

Assurément cette nouvelle édition du festival Fantasia nous aura permis de découvrir un large panel de films et surtout de montrer à quel point le cinéma de genre malgré la pandémie actuelle n’a rien perdu de sa force de caractère. Assurément Bull est l’un des premiers films forts découverts dans les premiers jours de ce festival qui nous tient à cœur. Ce film s’impose ainsi comme un brillant thriller horrifique mixant à la perfection film de gangsters anglais et slasher sanglant américain. On a certes déjà vu de nombreux revenge movies mas Bull est assurément un film marquant qui saura retenir toute votre attention sans aucun temps mort. 

Dès les premières minutes du film on sait que Bull dépassera le simple cadre du thriller violent car il apporte également son lot de scènes inquiétantes. Le scénariste et réalisateur Paul Andrew Williams (London to Brighton (2006), , Bienvenue au cottage (The Cottage) (2008), Song for Marion (2012)) prend ainsi un malin plaisir à brouiller les pistes et à revisiter astucieusement les nombreux films de gangsters anglais en y incorporant des scènes d’ultra violences dignes de la saga cinématographique de l’Inspecteur Harry mais aussi du film Pale Rider (1985).

Bull (Neil Maskell) revient mystérieusement dans sa ville après dix ans d'absence pour se venger de ceux qui l'ont trahi il y a des années. Alors que de nombreuses de ses connaissances le pensaient morts, Bull est revenu et semble arpenter les rues dans une quête non seulement pour se venger de plusieurs personnes mais aussi retrouver son fils Aiden. Le film mélange ainsi scènes du passé et du présent pour mieux définir le personnage de Bull qui semble posséder une véritable zone d’ombre en lui.  Les scènes du passé vont non seulement permettre de mieux appréhender ce personnage mais aussi comprendre son univers et les gens qu’ils côtoient qui sont loin d’être des enfants de cœur. On va ainsi   reconstituer une série d'événements qui aboutissent à un dénouement dramatique et inexplicable. Que cela soit l’ex-femme de Bull, le père de celui-ci qui est le caïd de sa ville et impose sa loi et ses conditions en recourant systématiquement à la violence. Bull va non seulement devoir nettoyer sa ville de cette vermine aussi dangereuse que sans code moral mais aussi chercher une manière de se racheter.

Si le film Bull peut se targuer de reposer sur un excellent casting, le comédien Neil Maskell souvent habitué à des seconds rôles trouve enfin ici un rôle sur mesure qui l’impose comme un brillant comédien aussi à l’aise dans des scènes d’action que dans des numéros de pures comédies noires. Alors qu’il aurait pu être qu’un simple film d’action, Paul Andrew Williams incorpore également des éléments surnaturels notamment concernant le passé de Bull et le fait que son retour après de nombreuses années défie les lois de la nature. Malgré ses moyens que l’on sent réduits et la période de pandémie actuelle qui n’a pas dû faciliter le tournage de ce film, celui-ci dépasse aisément nos attentes et les nombreuses scènes chocs n’ont rient à envoyer aux slashers américains avec un tueur qui semble impossible à arrêter. 

La mise en scène de ce film le fait sortir aisément du simple thriller violent par son inventivité permanente et le climat inquiétant présent tout au long du récit. Le scénario est à l’image de la réalisation de ce film totalement inspiré et maitrisé. Chacun des principaux personnages est ainsi parfaitement décrit ainsi que ses relations avec les autres personnes qui gravitent autour de lui. L’affrontement entre le terrifiant Norm (David Hayman aussi inquiétant que patibulaire dans son rôle de caïd) et Bull fait de ce film assurément l’un des temps forts du festival Fantasia. Aussi subversif que furieux, Bull s’apparente à un véritable roller coaster digne d’une fête foraine dans lequel jusqu’aux dernières minutes on reste fasciné et on rentre totalement dans le récit. Les dernières minutes du film permettront d’avoir un regard différent sur le film que nous venons de voir et en fait assurément l’un des meilleurs thrillers horrifiques de ces dernières années.

Bull
Écrit et réalisé par Paul Andrew Williams
Produit par Dominic Tighe, Sarah Gabriel, Marc Goldberg, Leonora Darby, Mark Lane 
Avec Neil Maskell, David Hayman, Neil Maskell, Adam Xander Angelides, Ivy Amelia Angelides, Lois Brabin-Platt, Henri Charles, Ajay Chhabra, Chris Coghill, Elizabeth Counsell, Jake Davies, Hélder Fernandes, Kevin Harvey, Laura McAlpine, Jason Milligan, Yassine Mkhichen, David Nellist, Tamzin Outhwaite
Musique : Raffertie
Cinématographie : Ben Chads, Vanessa Whyte
Montage : James Taylor 
Distribué par Signature Entertainment (UK)
Durée du film : 88 minutes

Vu le 10 aout 2021 (Fantasia screener presse)

Note de Mulder: