Die in a gunfight

Die in a gunfight
Durée:92 minutes
Réalisateur:Collin Schiffli
Sortie:Cinéma
Date:16 juillet 2021
Note:
Un jeune homme obsédé par le combat et la mort entame une liaison avec la fille de l'ennemi de son père.

Critique de Mulder

Après deux premiers films passés plutôt assez réussis (Animal (2014)  et All Creatures Here Below (2018), le réalisateur Collin Schiffli revient avec un troisième film Die in a Gunfight qui se révèle être un véritable ovni cinématographique tant on se demande si celui-ci n’a pas pour objectif de suivre les traces d’un scénario azimuté de Quentin Tarantino avec son tableau de personnes les plus pittoresques les uns que les autres . Jugez plutôt, après un générique en animation ressemblant à un comics dont on tournerait les pages pour découvrir une histoire et les personnages principaux, on découvre le personnage Ben Gibbon (Diego Boneta) qui semble attirer les ennuis à lui tout seul et sait se retrouver dans des situations rocambolesques à souhait. Les choses vont encore empirer pour lui quand il va croiser sur sa route Mary Rathcart (Alexandra Daddario).

Mary et Ben sont en effet les rejetons de deux puissantes familles engagées dans une querelle séculaire. Ils sont sur le point de raviver une liaison après de nombreuses années de séparation. Leur amour interdit va déclencher les dominos qui vont attirer Mukul, le meilleur ami de Ben, qui a une dette envers lui, Terrence, le protecteur potentiel de Mary devenu harceleur, Wayne, un tueur à gages australien à l'esprit ouvert et au code d'éthique, et sa petite amie à l'esprit libre, Barbie. Cette valse de personnages assez loufoques caractérise le seul point positif de ce film dont le scénario d’Andrew Barrer, Gabriel Ferrari semble ne pas réellement savoir dans quelle direction aller. Il en ressort des scènettes décousues par la présence d’un duo qui fonctionne très bien composé de Diego Boneta et Alexandra Daddario. 

Le dernier acte aurait pu laisser une petite chance au film de se rattraper et de retenir notre attention mais ce mariage impossible est à l’image de ce film raté et d’une longueur abyssale. On a beau apprécier la jeune comédienne Alexandra Daddario (Texas Chainsaw 3D (2013), San Andreas (2015)..) cela ne suffit pas à retenir notre attention et on finit par s’ennuyer ferme devant ce film. 

Alors que l’excellent générique de début du film aurait pu orienter celui-ci vers une comédie dramatique avec son lot de gangsters de toute sorte, le reste du film semble être à la traine et on se retrouve avec une histoire qui semble vouloir nous relivrer une fois de plus l’histoire de Roméo et Juliette sans réellement citer Shakespeare (sûrement pour des questions de droits). La mise en scène de Collin Schiffli semble vouloir mixer le croisement improbable entre Quentin Tarantino et Guy Ritchie mais malheureusement le mélange à défaut de se retrouver explosif se révèle vite insipide et le film semble s’étendre inutilement. Alors que la bande annonce avait retenu notre attention on déchante vite en découvrant un film dont le scénario manque cruellement d’une structure solide et malgré tout le cœur que met le réalisateur Collin Schiffli à sauver ce film, le résultat est une réelle déception.

Die in a Gunfight
Réalisé par Collin Schiffli
Écrit par Andrew Barrer, Gabriel Ferrari
Produit par Adrian Politowski, Tom Butterfield, Harry White, Mark Gordon, Martin Metz
Avec Diego Boneta, Alexandra Daddario, Justin Chatwin, Travis Fimmel, Emmanuelle Chriqui, Wade Allain-Marcus
Cinématographie : Magdalena Górka
Montage : Amanda C. Griffin
Musique : Ian Hultquist
Sociétés de production : Align, Culmination Productions, Mark Gordon Pictures, Jobro Productions
Distribué par Lionsgate
Date de sortie : 16 juillet 2021 (États-Unis)
Durée du film : 92 minutes

Vu le 13 juillet 2021 (lien presse)

 

Note de Mulder: