No Ordinary life

No Ordinary life
Durée:77 minutes
Réalisateur:Heather O'Neill
Sortie:Cinéma
Date:Non communiquée
Note:
Les ravages de la guerre et des conflits, et les conséquences des soulèvements violents, sont des circonstances que la plupart des gens fuient ou évitent - mais pour les photographes de presse, cela leur permet de mettre en lumière les injustices et les troubles pour un public mondial.

Critique de Nicole

Avec un accès révélateur, le documentaire saisissant No Ordinary Life met en lumière les carrières estimées de cinq femmes courageuses qui se sont lancées dans des circonstances dangereuses - guerres, calamités et soulèvements - pour témoigner et donner une tribune aux plus vulnérables. Le portrait réfléchi que dresse Heather O'Neill de ces cinq femmes résilientes met en lumière leur sens du devoir et les risques qu'elles ont pris au cours de leurs missions.

Réalisé par Heather O'Neill, lauréate des prix Emmy et Peabody, No Ordinary Life est une première réalisation magistrale dans le domaine du documentaire.  S'appuyant sur son expérience personnelle en tant que journaliste et sur sa riche expérience des projets documentaires, Heather a conçu un voyage fascinant aux côtés des femmes audacieuses qui ont capturé certaines des images les plus emblématiques de l'histoire récente.  Grâce à l'art du photojournalisme, nous voyons les images, mais pas les personnes qui les enregistrent ; ce documentaire nous offre une occasion rare de savoir qui était de l'autre côté de l'objectif, capturant des moments qui sont gravés dans nos esprits et ont ému nos cœurs. 
 
Le documentaire s'ouvre sur une vue panoramique du Caire, qui correspond bien au sujet de la photographie, mais aussi aux endroits lointains que les journalistes doivent parcourir. Nous retrouvons ensuite Mary Rogers avec son appareil photo sur le flanc d'une colline. Elle raconte qu'elle a été inspirée, enfant, par le magazine National Geographic de ses parents et qu'elle s'est jurée, dans le cadre de son travail, de parcourir le monde. Nous passons aux images de son point de vue, au milieu d'une embuscade, essayant désespérément de s'enfuir, de se mettre en sécurité.
 
Nous suivons Mary dans le temps, jusqu'à un feu de camp qu'elle a partagé avec d'autres photojournalistes, dont Maria Fleet, Margaret Moth, Jane Evans et Cynde Strand. Il s'agit de leur histoire, racontée à travers une collection d'interviews et d'images rares d'elles sur le terrain, dans le passé et parfois dans le présent. Toutes ont commencé leur carrière en tant que jeunes femmes, inspirées par le désir de raconter des histoires, afin que le reste du monde puisse voir et comprendre. Jane Evans fait remonter son inspiration au CM1, lorsqu'elle a reçu un appareil photo en cadeau, qu'elle considère comme un cadeau au monde. Elle estime qu'avec un appareil photo, nous avons le pouvoir de capturer des moments qui nous aident à nous comprendre les uns les autres. Cette motivation les a amenées à devenir des caméramans de combat en première ligne, à leurs risques et périls.  Maria Fleet raconte qu'une fois partie en mission sur le terrain, elle ne voulait plus jamais rester à l'intérieur. Certaines personnes ne sont tout simplement pas faites pour une vie ordinaire.
 
Nous remontons le temps jusqu'en Croatie, en 1992, où des images et des photos des femmes sur le terrain sont entrecoupées par les interviews de Maria Fleet. Une fraternité. Puis à Ramallah, en 2002. Margaret Moth dit qu'elles n'étaient pas là pour prendre des photos - elles étaient là pour obtenir la vérité. 

Nous nous retrouvons au milieu d'une foule en colère d'hommes du Moyen-Orient, à travers l'objectif de Mary. Elle est la seule femme présente, dans un pays où elle n'est pas seulement une étrangère et une occidentale, mais aussi une femme. Il y a un sentiment de danger croissant. C'est le soulèvement du printemps arabe. Mary dit qu'elle a de la chance d'avoir vécu pour raconter cette histoire. Nous suivons Mary à travers les champs de bataille, où les balles sifflent. Au Caire et dans la révolution égyptienne.

Elles parlent des défis que représente le fait d'être une femme dans un domaine à prédominance masculine. Jane dit qu'elles devaient être deux fois plus performantes pour être considérées comme des égales. En fait, Jane s'est vu refuser son premier entretien d'embauche parce qu'on lui a dit que ce n'était pas un travail pour une femme ; elle a décidé de leur prouver qu'ils avaient tort, en obtenant une mission auprès d'une autre entreprise et en se rendant au Liban, pays en guerre. Au milieu des bombardements et des tirs, nous voyons des images d'elle filmant courageusement. Ce n'est que plus tard qu'elle et les autres ont pris conscience de son PTSD.

Maria dit que les gens pouvaient voir quelque chose de différent dans leurs images, en tant que femmes ; elles remarquaient des choses que les hommes ne voyaient pas. Cela rendait leurs images et leurs séquences spéciales. Elles se sont concentrées sur les humains en racontant l'histoire. 

Maria a raconté à quel point c'était une leçon d'humilité que les gens leur permettent de filmer pendant la période la plus difficile de leur vie. Elle se sent privilégiée d'avoir raconté leur histoire. Jane a raconté comment elle a aidé à obtenir de l'aide pour la Somalie, lorsque ses images de la famine ont atteint le monde entier. 
 
Ce documentaire offre l'occasion de vivre leur vie par procuration, en les accompagnant dans des missions journalistiques passionnantes et dangereuses à travers le monde : Mosul, Irak 2007 et ses destructions incroyables, la place Tiananmen et la lutte des étudiants pour les libertés, les bushmen africains, la crise des réfugiés kurdes, la Birmanie, la Croatie, Sarajevo, le génocide de Rawanda et le sort des agresseurs qui sont tombés malades du choléra. A travers tout cela, ils ont réussi à ne jamais perdre leur empathie.

No ordinary life
Réalisé par Heather O'Neill
Produit par Heather O'Neill et Rich Brooks
Producteur exécutif : Tom Johnson 
Avec Maria Fleet, Jane Evans, Cynde Strand, Mary Rogers, Margaret Moth et Christine
Directeur de la photographie : Rich Brooks
Montage : Neal Broffman
Sociétés de production : 
Distribué par Array Films (Etats-Unis)
Date de sortie : 16 juin 2021 (Tribeca)
Durée du film : 77 minutes

Vu le 17 juin 2021 (Press Access Tribeca Festival Online)

Note de Nicole: