Cheap thrills

Cheap thrills
Durée:85 minutes
Réalisateur:E.L. Katz
Sortie:Cinéma
Date:00 2013
Note:

Deux amis fauchés sont alpagués par un mystérieux couple afin d’animer une soirée dont l’issue se révèlera sanglante.

Critique de Mulder

Le réalisateur E.L. Katz secondé par ses deux co-scénaristes Trent Haaga et David Chirchirillo nous livre non seulement le meilleur film de très loin du PIFFF session 2013 mais également un aller vers l’enfer brut et sans retour teinté d’une certaine ironie ou deux anciens amis (Pat Healy et Ethan Embry ) après s’être retrouvés dans un pub vont devoir s’affronter pour amasser de l’argent dans un jeu de surenchère organisé par un couple riche et avide de sensations (David Koechner et Sarah Paxton).

Le premier film très réussi de  E.L. Katz s’inscrit totalement dans l’air du temps et tente de répondre à des questions aussi simples de savoir à quel point certains sont prêts à payer pour voir d’autres souffrir, savoir si tout peut réellement s’acheter et savoir jusqu’à quel point on peut aller lorsque on a perdu son emploi et que l’on risque de perdre son appartement. A ces questions, les deux scénaristes nous apportent des réponses glaçantes de vérité et magnifiés par un réalisateur qui ne devrait plus rester inconnu.

Certes le film n’a qu’un minuscule budget pour exister mais la force de ses propos nous donne l’impression de regarder un grand film de studio où rien ne semble faux. La réalisation parfaite, la direction des acteurs convaincantes et une photographie crépusculaire font de ce film un évènement de taille dans un paysage cinématographique qui n’ose plus prendre des risques. De grands réalisateurs comme Christopher Nolan, Sam Raimi, Steven Spielberg ont commencé leur carrière par une toute petite production avant de voir leur carrière exploser. Ce n’est donc pas un hasard à la vue de l’excellent scénario que des acteurs connus tel  David Koechner (Thank you for smoking, Présentateur vedette la légende de Ron Burgundy.), et Ethan Embry (séries Freakylinks, Grey’s Anatomy, Once Upon a time..) ont accepté leur rôle et s’y sont complètement investis.

Dans ce voyage en enfer où tous les coups sont permis entre les deux joueurs qui s’affrontent, rien ne semble vouloir arrêter les scénaristes. Certes, le film devrait être interdit au moins de seize ans car il contient des moments assez forts et pourtant assez ironiques. A cela rajouter la présence de l’actrice Sara Paxton qui trouve là son meilleur film à ce jour (Happy New Year, The Inkeepers..) et qui marquera nos mémoires par une scène culte et très forte du film.  Le ton éprouvant du film maintient notre attention pendant toute sa durée et nous glace d’effroi. Parti d’un canevas pourtant classique, comédie noire, film d’horreur âpre maintes et maintes fois vue, le réalisateur réussit à nous surprendre par la force de sa réalisation. 

Dans cette crise économique durable, la peur accule certaines personnes à des actions éprouvantes à la limite des mœurs. Lorsqu’il faut survivre à tout prix, la véritable nature humaine revient à la charge aussi monstrueuse soit elle. Partant de ce postulat, tout semble ici des plus réalistes et nous pousse vers la plus grande des torpeurs car on arrive à s’imaginer à la place des deux personnages principaux ayant perdu leur propre respect et donc capables de tout pour survivre dans un monde qui ne leur laisse guère de choix.

Ce n’est pas tous les jours que nous assistons à la naissance d’un grand réalisateur et pouvons découvrir un film aussi fort, rusé et brillant. Nous espérons pouvoir retrouver ce réalisateur prochainement dans nos salles de cinéma et ne pouvons que trop vous conseiller de ne pas rater ce film que nous avons apprécié et que nous soutenons..

Vu le 23 novembre 2013 au Gaumont Opéra Capucines, Salle 02, en VO

Note de Mulder: