Logo
Accueil > News > Festivals > PIFFF 2017 : Jour 3

News

Festivals - PIFFF 2017 : Jour 3

  • 7 décembre 2017

    la nouvelle édition du Paris International Fantastic Film Festival - ou PIFFF - se tient dès ce soir de nouveau au Max Linder Les habitués de cette grande fête annuelle le savent bien : le PIFFF est salué pour la qualité de son organisation, la proximité avec son public (qui a l'insigne honneur de choisir les grands vainqueurs des compétitions longs et courts-métrages), la qualité de ses invités et ses choix éditoriaux que les organisateurs souhaitent vivants et pertinents.

    Six ans d’existence, deux déménagements, 55.000 spectateurs, 259 films projetés et une septième édition dont les propositions s’annoncent intenses. Car sans anticiper sur le succès espéré de cette nouvelle mouture, sans vous resservir le discours militant, décloisonnant, ardent et parfois bousculant tenu depuis notre création en 2011, sans en faire trop sur la qualité d’une programmation façonnée par une équipe constamment aux aguets, sans déflorer les surprises qui émailleront l’événement, sans gesticulation médiatique ou hystérie virtuelle 2.0, et sans digresser encore plus longtemps, disons-le tout net : le PIFFF n’a jamais été aussi fièrement conçu, idéalement logé, joyeusement préparé.

    Au programme de ce jeudi 7 décembre 2017 :

    14h30 - 68 Kill (Etats-Unis) (2017)

    Durée : 95 min // Ratio : 2.35 // Format : DCP
    Langue : Anglais // Sous-titres : Français
    Réalisateur : Trent Haaga
    Scénario : Trent Haaga
    Photo : Needham B. Smith
    Musique : James Griffiths Haim, Frank Ilfman
    Production : David Lawson Jr., Bob Portal, Travis Stevens
    Interprètes : Matthew Gray Gubler, AnnaLynne McCord, Alisha Boe...
    Distributeur : Playtime
    Synopsis: Employé dans une société de nettoyage de fosses septiques, Chip ne sait pas dire « non » aux femmes. Un défaut qui va lui coûter très cher lorsque sa petite amie envahissante lui propose de voler 68 000 $…
    Notes : Formé à l’école Troma, Trent Haaga s’est forgé une petite réputation à Hollywood en rédigeant les scripts de Citizen Toxie : The Toxic Avenger IV, Deadgirl ou encore Cheap Thrills. Après le décapant Chop, sa première réalisation, le trublion retourne derrière la caméra pour les besoins d'une comédie trash qui lorgne du côté des polars des frères Coen. Mention spéciale au « héros » couard campé avec conviction par Matthew Gray Gubler, qui s’impose comme l’un des losers les plus attachants vus sur un écran depuis un bon moment.

    16h30 - Tigers Are Not Afraid (Mexique) (2017)
    Durée : 83 min // Ratio : 2.35 // Format : DCP
    Langue : Espagnol // Sous-titres : Anglais/Français
    Réalisateur : Issa López
    Scénario : Issa López
    Photo : Juan Jose Saravia
    Musique : Vince Pope
    Production : Marco Polo Constandse
    Interprètes : Rodrigo Cortés, Ianis Guerrero, Hanssel Casillas...
    Vendeur : Filmadora Nacional
    Synopsis: Après la mort de sa mère, Estrella trouve refuge auprès d'un groupe de cinq garçons également orphelins. Et lorsque le spectre de sa génitrice lui apparaît, la jeune fille se met à douter de sa santé mentale...

    19h30 - GOLEM, le tueur de Londres (Royaume-Uni) (2016)
    Durée : 109 min // Ratio : 2.35 // Format : DCP
    Langue : Anglais // Sous-titres : Français
    Réalisateur : Juan Carlos Medina
    Scénario : Jane Goldman
    Photo : Simon Dennis
    Musique : Johan Söderqvist
    Production : Elizabeth Karlsen, Joanna Laurie, Stephen Woolley
    Interprètes : Olivia Cooke, Douglas Booth, Bill Nighy...
    Distributeur : Condor Entertainment / Megalys
    Synopsis: Londres, au XIXe siècle. Une vague de crimes terrifie les habitants de la ville qui finissent par penser qu’une créature légendaire appelée le Golem en serait responsable...
    Notes : Inspiré par le roman de Peter Ackroyd, GOLEM, le tueur de Londres devait être réalisé à l’origine par Neil Jordan auxquels les producteurs avaient fait du pied avant de songer à confier le projet à Terry Gilliam. Mais après plusieurs faux départs, c’est finalement Juan Carlos Medina (l'excellent Insensibles) qui s’est chargé de mettre en scène ce long-métrage au style gothique et flamboyant que n’auraient pas renié Mario Bava et Terence Fisher.

    22h - JoJo's Bizarre Adventure: Diam... (Japon) (2017)
    Durée : 119 min // Ratio : 2.35 // Format : DCP
    Langue : Japonais // Sous-titres : Anglais/Français
    Réalisateur : Takashi Miike
    Scénario : Itaru Era
    Musique : Kôji Endô
    Production : Tetsuo Genshô, Misako Saka, Yoshishige Shimatani
    Interprètes : Ryunosuke Kamiki, Kento Yamazaki, Nana Komatsu...
    Vendeur : Tokyo Broadcasting System
    Synopsis: Depuis l'âge de quatre ans, le jeune Josuke Higashikata est capable de manier un stand, une matérialisation psychique de l'esprit. C'est alors qu'il croise la route d’un certain Jotaro qui le prévient qu'une force maléfique menace la tranquillité de la ville...
    Notes : Très présent cette année au PIFFF, le cinéma japonais ne serait pas tout à fait le même sans l’apport de Takashi Miike, véritable stakhanoviste de la caméra qui signe là une adaptation déjantée du manga d’Hirohiko Araki dont il reprend ici le célèbre quatrième arc narratif. Et comme souvent avec l’auteur de Dead or Alive, le résultat s’avère particulièrement grisant tant Jojo’s Bizarre Adventure multiplie les morceaux d’anthologie WTF dont devraient s’inspirer certains gros budgets made in Hollywood. On peut toujours rêver !