Logo
Accueil > News > Business > Wall Street Journal encense réalisateurs français

News

Business - Wall Street Journal encense réalisateurs français

  • 14.02.2006

    Le Wall Street Journal, qui habituellement a la dent dure à l'égard de la France, consacre jeudi, non sans une pointe d'ironie, un éditorial aux réalisateurs français "exceptionnels" après la sélection de trois films aux Oscars.

    "Les réalisateurs français sont exceptionnels ces jours-ci, et pour une fois, nous ne faisons pas référence à leur exception culturelle qu'ils défendent jalousement".

    "Les spectateurs ont vu des films français en nombre record et on a vu l'année dernière, pour la première fois, un film étranger faire au box office de plus grandes recettes qu'en France", écrit le WSJ à propos de "La marche de l'Empereur".

    Le long métrage animalier a attiré au total 16 millions de spectateurs dans le monde, dont 12,8 millions aux Etats-Unis, devenant le premier film français de l'histoire en termes de recettes au box-office nord-américain, surpassant "Le cinquième élément" et "Le fabuleux destin d'Amélie Poulain".

    "Joyeux Noël" et "Le cauchemar de Darwin" ont également été sélectionnés pour les Oscars qui seront décernés le 5 mars, rappelle le WSJ dans l'éditorial intitulé "L'impérialisme culturel français".

    Mais d'autres films français, tels que "Caché", "13-Tzameti", "Danny the Dog" et "Transporteur 2" ont remporté un certain succès, ajoute le journal.

    "Parmi les grands noms d'acteurs de renommée internationale nés et qui ont grandi en France, on peut citer Mathieu Kassovitz, Jean Réno, Gérard Depardieu et non des moindres la vraie Amélie Poulain, Audrey Tautou, qui joue dans le Da Vinci Code qui va sortir prochainement", poursuit le journal économique.

    "Après tant d'années de disette en France et à l'étranger, et tant d'énergie politique dépensée à se protéger contre la toute-puissante Hollywood, la France baigne dans le succès. Tout ce qu'elle avait à faire était de réaliser des films pour lesquels les spectateurs étaient prêts à dépenser de l'argent pour les voir", conclut le WSJ.

    Source Yahoo cinéma