Logo
Accueil > Events

Events

Trier par catégories:

Conference-de-Presse - Yelling at the sky

  • Par Mulder, Deauville, le 5 septembre 2011

    Q : Je tiens d'abord à vous féliciter pour votre film. On anticipe peut-être un peu, mais c'est un film potentiel. Je ne sais pas si on doit le dire mais c'est vrai que le public a bien réagi et nous aussi en tant que critiques, on a aimé le film. J'aimerais vous poser cette question : est-ce que le fait que les parents aient démissionné depuis pas mal de décennies, c'est cette envie-là qui vous a donné envie de faire ce film, de l'écrire et de le produire ? Qu'est-ce qui est pour vous la cause de cette démission ? Est-ce que c'est la libération sexuelle suite à mai 1968 ? Victoria Mahoney : Tout d'abord merci pour ce que vous avez dit sur le film. C’est un film que nous avons fait avec des moyens très réduits. Cela était assez difficile pour...

Conference-de-Presse - On the ice

  • Par Mulder, Deauville, le 4 septembre 2011

    Q : Pour quelle raison avez-vous eu envie de travailler avec des adolescents de cette région, près du cercle arctique ? Andrew Okpeaha MacLean : Pour moi, la région de l’Alaska est quelque chose qui m’a toujours fasciné et les jeunes aujourd’hui de cette région sont tiraillés entre deux choses qui peuvent paraître contradictoires, c'est-à-dire à la fois la tradition et les nouvelles technologies (internet). Ce peuple des Inuits est un peuple qui a de très anciennes traditions (plusieurs fois centenaires), qui font partie de leur entité. Pour ces jeunes, internet est une nouvelle donne, un accès à la musique et à la culture urbaine. A l’époque, internet, avec tout ce que cela implique, a modifié leur vie. Tous ces jeunes adolescents mélangent...

Conference-de-Presse - Shirley MacLaine

  • Par Mulder, Deauville, le 4 septembre 2011

    Q : Tout d’abord, c’est un grand honneur pour nous de vous accueillir ici. Je voulais savoir : vous avez exercé le métier de présidente des Etats-Unis à l’écran et j’aimerais avoir votre opinion, comme vous avez été militante pour le droit des femmes, sur le président américain actuel, ce qu’il a apporté et n’a pas apporté ? Shirley MacLaine : Je pense que le président Sarkozy est mignon et cela le sert bien, je crois, dans sa politique et j’aime beaucoup son épouse et ses chansons et son état d’esprit. Je pense pareil pour le président des Etats-Unis. Q : Vous avez dansé, chanté, joué la comédie, écrit des livres et réalisé. J’aimerais savoir dans ce mixte incroyable de cette carrière fabuleuse, ce qui vous...

Conference-de-Presse - Conversation avec Francis Ford Coppola

  • Par Mulder, Deauville, le 3 septembre 2011

    Q : Pouvez-vous nous parler de la relation particulière et professionnelle que vous avez eue avec Marlon Brando sur deux films clés du cinéma, Apocalypse now et Le Parrain ? FFC : A la fin des années 1950, j’étais un simple étudiant en théâtre. J’étais dans une faculté très spécialisée en théâtre et Marlon Brando faisait partie de ces figures que nous admirions, au même titre que Tennessee Williams ou Elia Kazan. C’était le nom qui circulait entre nous, fervents partisans de théâtre et de cinéma. C’était à celui qui l’avait vu dans Viva Zapata ! ou dans d’autres films. On ne parlait que de cela. C’étaient les personnes que l’on rêvait de rencontrer. Comme je m’intéressais au théâtre, puis au cinéma, les personnes que je...

Conference-de-Presse - La Couleur des sentiments

  • Par Mulder, Deauville, le 3 septembre 2011

    Q : Avant d’être un film, c’est un roman donc j’aimerais poser une question à la romancière, afin de savoir quelle était la part du vécu, de personnel dans ce qu’elle raconte. J’aimerais aussi savoir la part du roman et de la fiction. Enfin, ma dernière question était de savoir si elle a pensé au cinéma en découpage, en structure narrative, comment s’est fait l’adaptation en rapport avec le réalisateur ? Kathryn Stockett : Non seulement il ne s’agissait pas d’en faire un film, mais je n’avais même pas la certitude, je craignais même d’être pas publiée en tant que roman. Il faut savoir que j’ai essuyé en l’espace de trois ans soixante refus de la part d’agents littéraires. Une fois que vous avez traversé cela, vous avez...