Logo
Accueil > Événements

Événements

Trier par catégories:

Conference-de-Presse - Les Vies privées de Pippa Lee

  • Par Mulder, Deauville, le 10 septembre 2009

    Q : Ce film est le très beau portrait d’une femme qui regarde son passé. Est-ce que le tournage a été pour vous une raison de vous tourner également vers votre passé ? Rebecca Miller (réalisatrice): A partir du moment où j’ai écrit le roman, avant de faire le film, c’est une question qui me tient à cœur et je dois dire que ce n’est pas une autobiographie, mais ce film est très personnel pour moi. On va forer en soi-même. Si on ne reconstitue pas des scènes de sa vie, ce sont des choses qui viennent de moi. En tant que parents, on se pose en effet les questions de savoir si on fait bien les choses et à quel point on fait mal les choses. Robin Wright Penn : Cette histoire de retour sur soi fonctionne pour moi pour...

Conference-de-Presse - Like Dandelion Dust

  • Par Mulder, Deauville, le 7 septembre 2009

    Q : J’ai une question pour le réalisateur, qui est également le monteur du film : qu’est-ce que cela vous a apporté ? Jon Gunn : En l’occurrence pour moi, il n’y a eu que des avantages, car raconter une histoire dans un film suppose trois étapes indispensables. Il y a d’abord l’étape de l’écriture, l’étape du tournage et enfin l’étape du montage et de la postproduction. Le tournage de ce film a été un tournage extrêmement spontané et nous faisons beaucoup d’improvisation et moi-même, je m’étais imprégné de l’histoire. Nous travaillions aussi avec plusieurs caméras et tout cela supposait un travail très approfondi et très complexe de post-production. Ce fut donc très bien que je réalise et monte moi-même ce film. ...

Conference-de-Presse - District 9

  • Par Mulder, Deauville, le 6 septembre 2009

    Q : Bonjour, votre film commence à la façon d’un reportage. C’est un procédé très à la mode, comme on l’a vu avec Cloverfield ou avec REC. Pourquoi avoir choisi de faire cela pour le début de votre film et pourquoi ne pas avoir gardé ce procédé pour tout le reste du film ? Neill Blomkamp : Disons en effet, s’il y a cet aspect que vous reconnaissez, ce n’est pas tant pour faire partie d’une mode ou de trouver une émulation dans une tendance, qu’il y aurait dans le cinéma. C’est uniquement parce que c’est un film de science fiction à part entière et je voulais que cela soit un film qui s’ancre dans le réel, que cela soit quelque chose d’assez réaliste et ancré dans le réel. Ce qui permettait de le faire,...

Conference-de-Presse - Me and Orson Welles

  • Par Mulder, Deauville, le 6 septembre 2009

    Q : Bonjour, j’aimerais savoir pourquoi avoir choisi cette période de 1937, soit sa période théâtrale, savoir si pour vous, cette période est une période charnière dans sa carrière ? J’aimerais savoir aussi comment vous avez sélectionné Christian McKay ? C’est sa grande ressemblance qui a retenu votre attention ? J’ai aussi une question pour Christian McKay : comment vous êtes-vous mis dans la peau de Orson Welles et qu’est-ce qu’il est pour vous maintenant ? Pour tous les cinéphiles, c’est quelqu’un de très important. Richard Linklater : Tout d’abord pour ce qui est du choix de cette partie de la vie d’Orson Welles, c’est que j’ai été séduit par le roman, qui avait été à l’origine du film, que j’ai lu il y a...

Conference-de-Presse - Hors du temps

  • Par Mulder, Deauville, le 5 septembre 2009

    À Deauville, les conférences de presse durent généralement une vingtaine de minutes. Celle du film Hors du temps samedi matin a permis aux journalistes présents dans la salle de rencontrer les deux vedettes du film : Rachel McAdams et Eric Bana. Tandis que la première n’était guère disponible lors de la demande traditionnelle d'autographes, le deuxième s’est montré en grand comédien, accessible et fort sympathique. Parmi les réponses de ces deux comédiens, les journalistes retiendront que dans ce film, les fesses des deux interprètes sont dévoilés, un fait qui a déclenché un véritable concours de beauté - ou serait-ce de la vanité -, entre Eric et Rachel. De même, on apprit que ces deux...