Logo
Accueil > Événements

Événements

Trier par catégories:

Conference-de-Presse - Two gates of sleep

  • Par Mulder, Deauville, le 6 septembre 2010

    Q : Lorsque vous avez présenté votre film, vous avez fait référence aux films des années 1960. Pouvez-vous être un peu plus spécifique ? Alistair Banks Griffin : C’est vrai que c’est le genre de film dont je parlais ce matin. Ce sont tous ces films des années 1960 qui m’ont influencé et qui revenaient à une certaine forme élémentaire de raconter une histoire de manière visuelle. Je pensais notamment à des gens comme Bresson et Ozu, tous ces réalisateurs pour lesquels, en tout cas pour mon premier film, je voulais vraiment entrer de plein pied dans ce genre de style, suivre la voie qu’ils ont ouverte. Q : Un titre, c’est toujours la promesse de ce que peut être le thème du film. Pouvez-vous nous en dire un peu plus...

Conference-de-Presse - Kaboom

  • Par Mulder, Deauville, le 5 septembre 2010

    Q : Gregg, pouvez-vous nous raconter comment vous avez rencontré Roxane ? Gregg Araki : Comme cela va être traduit, je peux me permettre de raconter n’importe quoi, que c’était un rendez-vous arrangé entre nous deux, un « blind date ». Non, en fait c’est une amie d’amie et cela se trouve que c’est la première personne que j’ai choisie pour ce film. J’ai écrit ce personnage de Lorelei avec des idées très précises. Je savais quel type de personne correspondrait à ce que j’avais écrit et j’ai tout de suite pensé à elle. Cela serait fabuleux qu’elle accepte. Elle aussi était désireuse de tourner dans un film américain. Voilà, Lorelei a pris vie. Roxane Mesquida : Réellement, c’est que j’avais...

Conference-de-Presse - Welcome to the Rileys

  • Par Mulder, Deauville, le 5 septembre 2010

    Q : Pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour faire votre deuxième film, qui est si différent du premier ? Est-ce que c’était pour explorer d’autres pistes, d’autres secteurs ? Jake Scott : En fait, cela a pris du temps pour moi de trouver un projet dans lequel je crois suffisamment pour pouvoir me lancer dedans. Mon premier film a été très difficile à faire pour moi, j’ai eu beaucoup de dettes à rembourser. Sur les dix années qui viennent de s’écouler, j’ai cherché un projet qui me plaise. Une histoire au travers de laquelle je pouvais voir si j’étais capable de diriger des acteurs. Je voulais vraiment faire un film au travers des acteurs. C’est vrai, cela a pris dix ans pour trouver le projet qui allait me plaire. Ce projet a...

Conference-de-Presse - Winter’s Bone

  • Par Mulder, Deauville, le 5 septembre 2010

    Par rapport au roman éponyme, Anne et Debra, avez-vous procédé à des modifications ? Debra Granik : Le scénario est très proche du livre de Daniel Woodrell pour deux raisons qui sont très simples. La première, c’est que Anne et moi ne connaissions pas bien cette région du Missouri. Le livre par lui-même est un livre qui est très proche de la région. Le langage même des personnages dans le livre est un vocabulaire très vernaculaire, c’est quelque chose qui aurait été très difficile à adapter. Le livre a été pour nous comme la carte géographique de cette région. Le scénario est donc resté proche du livre pour cette raison. Il y a bien entendu des choses que l’on a été obligé d’abandonner. Notamment toutes les réflexions que le...

Conference-de-Presse - Moi, moche et méchant

  • Par Mulder, Deauville, le 4 septembre 2010

    Q : A première vue comme cela, vous n’avez l’air ni méchant, ni moche. Qu’avez-vous de moche et de méchant en vous ? Gad Elmaleh : D’abord, merci. En fait, on n’arrête pas de parler de cela, mais je pense que ce personnage n’est pas réellement méchant. Je pense qu’il est un misanthrope, qui commet des actes qui n’ont pas toujours une conséquence très grave. J’ai fait une comparaison tout à l’heure, je disais que lorsque ce personnage était gamin et gros, il a dû jeter des trucs par la fenêtre, mais qui ne font pas mal, genre des œufs ou des trucs comme cela. Moi-même, je le faisais. Je ne suis pas méchant. Moche, je ne sais pas, c’est relatif, mais je suis moi. J’ai pris beaucoup de plaisir à aller dans ces choses-là,...