Logo
Accueil > Events > Interview > Slaxx : Notre entretien avec Elza Kephart et Romane Denis

Events

Interview - Slaxx : Notre entretien avec Elza Kephart et Romane Denis

  • Par Mulder, Canada, le 16.03.2021

    Slaxx est un film canadien de comédie horrifique réalisé par Elza Kephart, qui a coécrit le film avec Patricia Gomez. Le film est produit par Gomez avec Anne-Marie Gélinas, et met en vedette Romane Denis dans le rôle d'une caissière dans un magasin de vêtements qui, avec ses collègues employés, est terrorisée par une paire de jeans possédée. Slaxx a été présenté en première numérique dans le cadre du Festival international du film Fantasia en août 2020. Le film devait sortir en salles au Canada le 26 août 2020. Shudder a acquis les droits de diffusion en continu du film aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Irlande, en Australie et en Nouvelle-Zélande pour une sortie en 2021.

    Nous avons eu la grande opportunité d'interviewer la réalisatrice Elza Kephart et l'incroyable actrice Romane Denis et c'était très intéressant et amusant.

    Q : Romane, après les films Les Salopes ou Le plaisir naturellement vilain de la peau et Mon année Salinger, Slaxx est votre troisième film dans lequel vous jouez, s'il vous plaît qu'est-ce qui doit être pour vous une bonne direction d'acteur et comment avez-vous créé votre personnage Libby McClean dans ce film ?

    Romane Denis : Pour ce personnage, je savais qu'elle était censée être une héroïne au coeur pur qui est très motivée par des intentions très pures et très bonnes, donc quand j'ai gardé ça à l'esprit, j'ai pensé mais elle n'est pas faible, ce n'est pas parce qu'elle est pure, gentille et douce qu'elle est faible ou qu'elle est lâche, elle est en fait très courageuse et très brave. entre les deux, donc une petite fille très physique mais avec la voix qu'elle trouve, il y a comme une progression dans la façon dont elle s'affirme, donc il fallait juste garder ça à l'esprit, car bien sûr nous tournons différentes scènes dans un ordre différent, donc c'était juste pour s'assurer que cette ligne était bien suivie.

    Q : Bonjour Romane, pouvez-vous vous présenter et nous parler un peu de votre parcours ?

    Romane Denis : Eh bien, je m'appelle Romane Denis. Je suis actrice, je vis à Montréal et je travaille à Montréal et je suis actrice depuis presque 13 ans maintenant et Slaxx. Ce n'était pas mon premier projet en anglais mais c'était la première fois que j'étais le personnage principal d'un film en anglais donc je pense que Slaxx n'était pas un défi, ce n'était pas un défi parce que c'était difficile mais c'était un défi et c'était amusant à faire donc oui c'était mon premier gros projet en anglais parce que je travaille surtout en français.

    Q : Pour vous deux, quelles ont été les principales difficultés rencontrées lors de la réalisation de ce film ?

    Romane Denis : Pour Slaxx, je dirais qu'obtenir le bon pantalon était vraiment n'était pass une difficulté mais c'était notre principale préoccupation. Nous voulions vraiment que le pantalon soit beau et crédible et qu'il émette des émotions pour que les gens s'intéressent vraiment au pantalon et attendent que je l'éteigne, donc c'était notre plus grande préoccupation.

    Romane Denis : Je pense que pour moi, en tant qu'actrice, ma plus grande préoccupation était... je ne sais pas si j'avais des préoccupations, c'est juste que je voulais que les gens voient Libby pas seulement comme une petite fille qui est très comme je vais sauver tout le monde mais comme ce personnage multiple et très complexe même si elle est très jeune et qu'elle ressemble juste à une fille ordinaire. Je voulais que les gens puissent l'aimer, pas seulement parce qu'on est censé aimer l'héroïne, mais parce qu'on veut qu'elle gagne, je voulais que les gens l'aiment, mais plus que ça. Je voulais que les gens soient comme dans l'histoire avec moi, ce n'était pas une difficulté mais un défi.

    Q : Elza, en regardant Slaxx, on pense à Christine de John Carpenter mais aussi à Terminator de James Cameron. Après Graveyard Alive (2003), Go in the Wilderness (2013), Slaxx est votre nouveau film. Pouvez-vous nous dire quelles ont été vos principales sources d'inspiration pour réaliser ce film ?

    Elza Kephart : mes principales sources d'inspiration J'aime vraiment Dario Argento, c'est l'une de mes principales sources d'inspiration visuelles, donc je dirais que tout ce qui est italien des années 60 et 70 est une inspiration pour mon style visuel, même pour mes films précédents. Pasolini, Antonioni, ce sont, je dirais, mes plus grandes influences et pour le scénario, je dirais qu'il faut plus de films, mais 1984 et Brave new world. Je les aime vraiment et Fahrenheit 451. Je pense que ces livres sont vraiment brillants, ils sont de brillants précurseurs de ce qui se passe dans notre société où les entreprises contrôlent ce que nous pensons et comment nous nous percevons, et tout ça. J'ai beaucoup puisé dans ces livres pour le monde des pantalons.

    Q : Romane, que peux-tu nous dire sur le lieu principal où tu as tourné ce film ?

    Elza Kephart : Le magasin était très intéressant car nous avons tourné dans différents endroits. Il y a eu quatre semaines de tournage et les deux premières semaines étaient dans le magasin même, pas dans l'arrière-boutique, pas dans les couloirs, tout était ailleurs, mais je pense que pour chaque endroit où nous avons tourné, la chose importante était qu'il y avait beaucoup de néons, très faux, pas de lumière naturelle, pas de soleil, rien. d'être dans cette sorte de... c'était presque de la science-fiction parce qu'on n'était jamais dehors, même s'il y a des fenêtres dans le magasin, on n'a jamais cette lumière naturelle et cette chaleur humaine, donc je pense que c'est la chose la plus importante du film. Nous n'avons pas seulement tourné dans ce minuscule magasin, qui était un ancien magasin Our Dean, mais aussi dans tous les couloirs et dans tout le magasin noir, c'est très effrayant, très sombre, très effrayant, tout est faux, avec des néons ou très sombre, donc il n'y a rien de réconfortant dans l'endroit où nous avons tourné, donc je pense que c'était vraiment intéressant.

    Q : Romane, que pouvez-vous nous dire sur l'angle politique de ce film ?

    Romane Denis : A propos de l'angle politique. Je pense que c'est parce que, bien sûr, quand on pense à un pantalon de tueur, ça semble ridicule, mais quand on voit le film ou quand je lis le scénario, je pense que c'est un point de vue très important parce que nous avons tendance à ne pas vouloir penser ou à oublier, nous ne voulons pas penser à tous les ateliers de misère. penser à tous les ateliers clandestins et à tous les enfants qui travaillent pour ces grandes entreprises qui n'en ont rien à faire d'eux, qui ne sont pas payés, qui ne sont pas en sécurité dans leur travail, et j'ai pensé qu'avoir cette sorte de connexion, en particulier pour mon personnage, parce que lorsque Libby rencontre celle que nous connaissons maintenant, Keerat, c'est vraiment une histoire de "ça aurait pu être moi si j'étais née dans ses conditions, dans son pays, dans son village et si j'avais eu son niveau d'éducation, ça aurait pu facilement être moi" et c'est ce qui est si frustrant, ce sont deux filles qui auraient pu avoir des vies tellement différentes, polaires et opposées, mais parce qu'elles sont nées là où elles sont nées, ça dicte leur vie entière. où elles sont nées, ça dicte toute leur vie, comment elles meurent et comment elles vivent. Donc je pense que pour moi c'était le point de vue le plus important, c'était un point de vue très féministe parce que bien sûr c'est deux filles qui se rencontrent et qui n'ont pas eu le même genre de vie juste à cause de l'endroit où elles sont nées, et c'est horrible pour la planète et les conditions de vie, mais pour moi, en tant que femme, en tant que jeune femme, je pense que c'est la chose la plus frappante de l'angle politique adopté par Elder.

    Q : Elza, quelle a été la scène la plus difficile à tourner pour vous et pourquoi ?

    Elza Kephart : Ce doit être la scène de la mort du seigneur, c'était très compliqué, nous avions beaucoup de choses différentes avec lesquelles nous travaillions, nous avions des effets de prothèse, nous avions les jeans. Nous avions le pauvre Kenny Wong qui devait être couvert de sang pendant un jour et demi et c'était très difficile à monter, nous avons dû faire des reshoots parce que ça ne marchait pas bien et il s'agissait toujours de la mort de Lord, si la mort de Lord ne marche pas, alors tout le film ne marche pas, pas vraiment, mais nous savions que c'était un moment crucial et nous devions être à la hauteur en matière de gore, donc je dirais que c'était le plus difficile en termes de temps, le plus long à tourner, c'était compliqué, le plus grand stress en tant que réalisateur.

    Q : Pour vous deux, qui sont vos réalisateurs préférés et quels films sont le principal moteur de votre création artistique ?

    Elza Kephart : Je ne dirais pas que j'ai un réalisateur préféré. Comme je l'ai déjà dit, les films italiens des années 60 et 70 sont ma plus grande source d'inspiration. J'aime vraiment Michael Haneke parce que je pense qu'il fait des films extrêmement dérangeants sur l'époque dans laquelle nous vivons et pour moi c'est l'un des plus grands réalisateurs de films d'horreur. On ne pense jamais vraiment à lui en tant que réalisateur de films d'horreur mais je n'ai jamais été aussi dérangé qu'en regardant un film de Michael Haneke et pour moi c'est Je dois donc dire que je ne m'inspire pas nécessairement de lui pour mon propre travail, mais je pense que si je pouvais faire un jour un film aussi dérangeant que Le ruban blanc et aussi bouleversant, je pense que j'aurais réussi en tant que réalisateur.

    Romane Denis : Pour moi, j'ai l'impression que c'est un peu difficile, il y a deux façons de répondre à cette question parce que bien sûr travailler avec un réalisateur en tant qu'acteur est très différent d'avoir un réalisateur favori dont on voit le travail sur vous savez sur un écran je pense que pour moi c'est toujours très intéressant de voir un point de vue féminin parce que bien sûr il y a des tas et des tas et des tas de réalisateurs masculins mais je pense que surtout maintenant il y a de plus en plus de réalisatrices et je pense que c'est la vision globale qui est différente la façon de raconter une histoire est différente et donc je ne pense pas avoir de réalisateurs favoris parce qu'il y en a tellement et je n'arrive même pas à me souvenir de leurs noms, mais j'ai tendance à aimer quand un réalisateur est très... comment dire sans paraître ringard, mais qu'il reste fidèle à ce qu'il est et qu'il essaie de montrer son point de vue, et je pense qu'en tant qu'actrice, c'est tellement plus intéressant de travailler sur un projet avec un réalisateur qui est très... Je sais que je fais quelque chose de très différent mais soyez indulgent avec moi, je suis là, vous devez juste me faire confiance, c'est ce que j'aime, j'aime quelqu'un qui est comme je dirige, j'ai une idée, si ça ne marche pas, c'est de ma faute, mais faites-moi confiance, c'est ce que j'aime chez un réalisateur qui a du cran.

    Q : Elza, pouvez-vous nous parler un peu des images de synthèse de ce film ?

    Elza Kephart : Les images de synthèse, bien sûr, il y en a eu très peu en fait. Slaxx a été fait en direct, pratiquement, nous avions 45 paires de jeans pour jouer les différents slaxx et tout a été fait sur le plateau, comme je l'ai dit, avec un marionnettiste ou une série de marionnettistes. Nous n'avons vraiment utilisé l'image de synthèse que pour retirer les marionnettistes du film, et ici et là, nous avons dû augmenter quelque chose avec l'image de synthèse, comme lorsque le sang remplit le logo SS, mais la plupart ont été faits en direct.

    Q : Quels sont vos projets actuels ?

    Romane Denis : Je vais y aller. Mes projets actuels. Je travaille actuellement sur un jeu vidéo, ce qui est très amusant, mais nous le faisons depuis presque deux ans maintenant, donc je ne sais pas vraiment quand il sortira, à part ça, le chat est juste fou, trois ans de travail sur des émissions de télévision, des émissions de télévision québécoises, ce qui est très amusant aussi. J'en fais une qui est très... c'est une enquête criminelle et mon personnage est très... j'ai ce côté Agatha Christie donc c'est très amusant pour moi car je suis une grande fan.

    Elza Kephart : Je travaille sur un projet de télévision avec Patricia Gomez, co-scénariste de Slaxx, il s'appelle Sweet Blood, c'est une série sur les vampires que nous développons. J'ai aussi écrit un scénario en français qui se déroule au Québec, ce serait mon premier film en français, il s'appelle Chair obscure et c'est un scénario de possession, comme une crise de la quarantaine, du point de vue d'une femme de 51 ans.

    Synopsis :
    Lorsqu'une paire de jeans possédée commence à tuer le personnel d'un magasin de vêtements à la mode, c'est à Libby, une jeune vendeuse idéaliste, qu'il revient de mettre fin à son carnage.

    Slaxx
    Réalisé par Elza Kephart
    Produit par Patricia Gomez, Anne-Marie Gélinas, Shaked Berenson
    Écrit par Patricia Gomez, Elza Kephart
    Avec Romane Denis, Brett Donahue, Sehar Bhojani, Stephen Bogaert.
    Sociétés de production : EMA Films, Entertainment Squad
    Distribué par The Horror Collective
    Date de sortie : 23 août 2020 (Fantasia), 11 septembre 2020 (Canada)
    Durée du film : 77 minutes