Logo
Accueil > Events > Festivals > Fantasia 2020 : Clapboard jungle - Justin McConnell’s interview

Events

Festivals - Fantasia 2020 : Clapboard jungle - Justin McConnell’s interview

  • Par Mulder, Canada, Québec, le 26.08.2020

    Alors, vous voulez faire un film? Les outils sont de plus en plus simples à acquérir, mais trouver du financement et distribuer un long métrage sont de plus grands défis que jamais. Voici les eaux périlleuses que les cinéastes indépendants tels que Justin McConnell naviguent depuis le début des années 2000, et qu’il explore dans ce documentaire tourné sur une période de plusieurs années. Commençant avec ses inspirations et aspirations enfantines, et se poursuivant jusqu’à l’âge adulte, alors qu’il travaille dans l’industrie, McConnell présente une visite guidée du monde complexe du financement, de la production et de la distribution. À la suite de la réalisation de son thriller de 2011, The Collapsed , il s’est efforcé difficilement de développer des projets plus ambitieux comme Tripped, The Eternal of Mark of Kane,, un processus lors duquel on rencontre ses collaborateurs et ses potentiels anges gardiens, ainsi que de nombreux acteurs et cinéastes de genre qui offrent leurs réflexions à propos de leur art et des défis entourant les tentatives d’amener leur vision jusqu’au grand écran.

    Clapboard jungle est une chronique sans fard, Justin McConnell n’hésitant pas à montrer ses déceptions et ses moments de doute durant le long et ardu périple qu’est la production d’un film. Il y a également des moments de triomphe, comme lorsque son film d’horreur Lifechanger (Fantasia 2018) se retrouve devant les caméras. À travers ses propres expériences, McConnell parsème des observations d’un vaste éventail d’intervenants, des grands maîtres (Guillermo del Toro, George A. Romero, Tom Holland, Mick Garris) aux rebelles (Larry Cohen, Larry Fessenden, Frank Henenlotter, Buddy Giovinazzo), en passant par les acteurs chevronnés (Dick Miller, Barbara Crampton, Sid Haig, Michael Biehn) et les sensations indépendantes (Gigi Saul Guerrero, Justin Benson & Aaron Moorhead, Jenn Wexler, Mike Mendez, Kevin Kolsch & Dennis Widmyer). Leurs paroles fascineront les fans et éclaireront les aspirants cinéastes qui recherchent des modèles. Et pas seulement ceux et celles qui désirent effrayer les spectateurs Clapboard jungle aborde des sujets qui s’appliques à tous les types de cinéma, par exemple trouver les bons collaborateurs, l’importance des festivals et le rôle des critiques. Il s’agit par ailleurs d’un documentaire où Fantasia occupe une grande place, avec des visites au festival et au marché Frontières, et des apparitions de nombreux visages familiers. Alors pour tous ceux qui s’ennuient de l’expérience Fantasia cette année,

    Q : Bonjour Justin, pour commencer je voudrais vous applaudir pour cet excellent documentaire. J'ai eu l'impression d'assister à un vrai cours de cinéma parce que votre documentaire est tellement passionnant.

    Justin McConnell : merci beaucoup. Merci beaucoup.

    Q : Votre film documentaire suit cinq années de votre vie et de votre carrière de cinéaste indépendant. Après The collapsed (2011), Skull World (2013), Broken Mile (2016), Lifechanger (2018), c'est votre troisième film documentaire. Que pouvez-vous nous dire sur les origines de celui-ci

    Justin McConnell : Je savais qu'il me faudrait un certain temps avant d'obtenir un budget plus important pour un long métrage de fiction, un film ou quelque chose de ce genre, alors j'ai réfléchi un peu et je viens de sortir mon précédent J'ai pensé que je pourrais tout aussi bien faire un autre documentaire et, d'une manière similaire, le tourner en parallèle et que ce serait un projet parallèle que je tournerais progressivement sur mon temps libre. Je pourrais laisser tomber quelques milliers de dollars et du matériel bon marché, mais de bonne qualité, et le produire dès que j'aurais le temps ou l'accès ou que je voyagerais quelque part et. C'est devenu un projet important, c'était une nécessité, et si je veux faire un film sur la réalité du cinéma, je n'ai pas vraiment d'argent pour suivre quelqu'un d'autre, alors je le fais. J'ai juste fait et dit que plus c'est gros, plus c'est la meilleure façon de le faire, mais que ce serait vraiment personnel et que je transformerais la caméra moi-même ; que j'obtiendrais autant d'interviews que possible pour soutenir le film et le transformer en quelque chose ; et à l'époque, c'était assez vague quand j'ai commencé à faire ce film, je n'avais pas une vision claire de ce que serait le film entièrement parce que J'ai vécu, je savais juste que je voulais pouvoir montrer comment un cinéaste indépendant, je l'ai étudié en étudiant la dépendance du réalisateur de nos jours et le soutien qu'il reçoit était bien meilleur, alors oui, c'était juste ce que je pouvais faire, comment je pouvais me le permettre et comment je pouvais entrer en production rapidement, et tout a commencé ici.

    Q : Pour ce film documentaire, vous avez rencontré beaucoup de grands réalisateurs comme Guillermo del Toro, George A. Romero, Tom Holland, Mick Garris. En quoi était-il difficile d'aborder ces derniers ?

    Justin McConnell : Oui et non. Je veux dire que j'ai obtenu ces interviews de différentes manières : je connaissais déjà certains d'entre eux dans le circuit ou quoi qu'il en soit, j'ai contacté leurs agents ou leurs managers ; dans certains cas, des gens comme Guillermo Del Toro et George Romero et Charles Band et des tonnes d'autres, J'ai un producteur associé sur le projet, Chris Alexander, qui était l'ancien rédacteur en chef du magazine Fangoria. Il les connaissait déjà et avait accès à eux, c'est donc grâce à lui que nous avons pu les approcher et les mettre en place, et ils ont accepté de faire l'interview de cette manière. mois de production depuis que je suis allé à Fantasia et que j'ai contacté des personnes spécifiques assistant au festival cette année-là en 2014 et j'ai déjà eu Tom Savini et quelques personnes et John McNaughton ; j'avais annoncé des personnes assez connues dans le domaine dans les 6 premiers mois ; quand je suis allé approcher de nouvelles personnes, cela a presque validé le projet d'une certaine manière ; donc si elles recevaient un e-mail qui dit que ces gens l'ont déjà fait, s'il vous plaît, nous aimerions que vous soyez très sérieux et honnête, vous savez que c'est ce que nous aimons faire. Je vais être ici ce jour-là, ce sera vraiment facile pour vous de vous asseoir pour une interview. C'était une grosse équipe et ils devaient apprécier le fait que ce n'était pas une grosse production qui n'avait pas besoin d'être à l'heure avec leur journée, où qu'ils soient, et je venais généralement les voir, c'était juste une demande facile pour beaucoup de gens, donc c'était juste pour s'assurer que ce serait une interview intéressante et que ce ne serait pas un gros inconvénient pour beaucoup de gens, oui.

    Q : Pouvez-vous nous parler de votre tournage, et plus précisément des lieux où vous avez tourné ce film ? Plus précisément, comment s'est passé votre séjour en France à Cannes pendant le Festival et le marché du film ?

    Justin McConnell : La première fois que je suis allé à Cannes, c'était en 2015, mais j'y suis allé tous les ans, et je crois que cette année, la première année n'a pas eu lieu physiquement, mais j'étais toujours dans la version numérique du Marché du film. Mais je pense que ce voyage a ouvert mon monde entier jusqu'à un certain point parce qu'auparavant j'avais commencé à aller au marché du film américain AFM en 2008 ou 2009. Je pense que 2009 était peut-être ma première année, donc je suis allé au marché du film américain ; ce n'est pas dans le film mais je suis allé au marché du film américain chaque année à Los Angeles en novembre pendant plusieurs années ; il y a eu quelques années que j'ai sauté mais j'ai déjà en quelque sorte une expérience et un marché spécifique. Mais le marché du film américain est surtout destiné à vendre des films finis et, comme pour les films déjà sortis, ce n'est pas un grand marché du film, mais c'est vers la fin de l'année, quand on arrive à tous les marchés, il y a le marché du film de Berlin et tous ces marchés, et puis oui, je viens pour commencer la fin. On peut faire beaucoup de choses, mais c'est un peu comme si un marché d'entraînement était un marché où l'on se mouillait les pieds et où l'on comprenait comment fonctionnent les marchés et où l'on s'amusait un peu, mais je veux aller au "Marché du film" de Cannes et non pas au monde entier, c'est-à-dire aux gens qui ne vont pas voir les films américains. Le marché a disparu et il fait 80 ans. Tout d'abord, c'est le sud de la France qui est magnifique, c'est un endroit tellement magnifique, les grandes entreprises, le temps est merveilleux, il pleut de temps en temps, mais le temps est merveilleux, la nourriture est merveilleuse et donc, comme un voyage, c'est génial, mais le marché lui-même est très accueillant. Nous nous sommes sentis très accueillants, très ouverts et vous avez l'occasion de rencontrer beaucoup de gens, même la première année, mais une fois que vous commencez à y aller chaque année, vous pouvez vraiment passer à la vitesse supérieure ou du moins, c'est ce que vous espérez si vous apprenez à commercialiser vos produits et que vous pouvez appliquer ce que vous savez l'année suivante. J'ai donc passé un très bon moment, je vois vraiment la valeur d'un tel marché et je recommande, une fois que c'est sûr, que tout futur cinéaste que vous connaissez et qui veut vraiment apprendre comment cela se passe s'implique d'une manière ou d'une autre, ne le fasse pas. Aussi cher qu'on puisse le penser si on est intelligent dans la façon dont on dépense son argent, alors oui, c'était vraiment une expérience qui change la vie.

    Q : Pour vous, quelle est l'importance des festivals dans la carrière mondiale d'un film ?

    Justin McConnell : Quelle est l'importance des festivals. Je programme deux festivals. Je veux dire, pour parler franchement, les créateurs de goûts pour le monde indépendant. N'importe quel festival peut aider à orienter les idées vers un film ou à sensibiliser les gens à ce sujet, mais il y a un certain circuit de festivals de haut en bas : vous savez que les plus importants sont Sundance, Cannes, Venise, etc, Sitges. Ce genre de choses est très important pour le monde des genres, car si vous entrez dans un de ces festivals, cela vous donne beaucoup plus de légitimité et peut vous mener à la distribution. Cela vous mène à un plus grand nombre de positions et vous voulez une place plus élevée sur le marché parce qu'il y a des milliers et des milliers et des milliers de films qui sortent chaque année et les festivals aident à réduire ce bruit en le disant au public ; C'est un bon film et vous devriez le regarder et si suffisamment de festivals choisissent un film, il sera mis sur les cartes ou dans le monde entier parce qu'il lance une conversation et cette conversation pourrait mener à toutes sortes d'actions. Il s'agit vraiment d'équipes de conservateurs de confiance dont les gens peuvent savoir qu'ils vont fournir un contenu de haute qualité à leur public chaque année. Si vous vous lancez dans la fantastique et que votre film n'est pas associé à ce goût établi, alors cela dépend vraiment des festivals. Mais certains festivals, une fois que vous vous y lancez, contribuent au succès de votre film, c'est aussi simple que cela.

    Q : Quels souvenirs gardez-vous de votre visite l'année dernière au festival Fantasia et à l'étrange festival de Paris pour présenter votre film Lifechanger ?

    Justin McConnell : Eh bien, le déroulement du festival était malsain, c'était incroyable. J'ai voyagé dans le monde entier avec ce film pour une première à Fantasia, c'était un de mes rêves depuis que j'ai 18 ans. Je pense que j'ai entendu parler de Fantasia pour la première fois au dos d'un magazine de Fangoria en 1999 et je voudrais y aller en tant que spectateur pendant des années. J'ai commencé à y aller en 2013 en tant que programmeur, c'était juste mon but, c'est comme si je devais y aller. J'avais en quelque sorte un film appelé "The collapse" que Mitch avait dit vouloir jouer en 2010 et j'ai pris un contrat pour la télévision avant le festival et je n'ai pas pu jouer parce que les droits télévisuels pour le Canada m'obligeaient à attendre pour jouer au festival 1 cette fois-ci et j'ai finalement pu le jouer et c'était oui, c'était une liste de choses à faire mais ensuite j'ai pu voyager et je suis allé à Paris pour l’étrange festival et Paris est une si belle ville et j'ai joué 3 fois en France parce que nous avons joué à l'utopie Alice's well et nous avons aussi joué à Gérardmer, donc je suis basé à Paris, je ne suis allé qu'à 2 de ces endroits mais à 6 mois, j'ai essayé de perdre la France 3 fois parce que je suis allé à son économie aussi, donc c'est comme une deuxième maison chez vous, mais vous savez que je suis allé en Corée du Sud pour être signé. C'est un peu comme une seconde maison chez vous, mais vous savez, je suis allé en Corée du Sud pour être signé. Je pense que c'est l'un des avantages de la France pour un cinéaste indépendant de pouvoir se rendre dans ces pays avec son travail. Ce n'est pas une nécessité, mais cela vous encourage à continuer à créer, parce que c'est ce que nous voulons faire. Je ne peux pas m'en plaindre dans ma vie, c'était vraiment quelque chose de spécial et j'ai l'impression que cette année, je paierais pour ça dans une certaine mesure, mais le monde entier pour ce que je fais maintenant, alors c'est comme ça.

    Q : Quels sont, selon vous, les ingrédients d'un bon film documentaire ?

    Justin McConnell : Je pense qu'il n'y a pas qu'une seule réponse à cette question. Je pense qu'un bon documentaire est d'abord dans l'œil du spectateur : le bon documentaire d'une personne est le terrible documentaire de quelqu'un d'autre, donc en fin de compte, je pense que tant qu'il est honnête et qu'il n'oublie pas que c'est aussi un film et qu'il doit être divertissant aussi, et tant qu'il n'est pas perçu comme quelque chose qui est au service et à la télé-réalité comme ça un peu pour la mise en scène aussi. vous pouvez sentir la main du créateur de l'histoire. Je pense que si vous avez ces trois choses, vous êtes sur la voie d'avoir un très bon documentaire. Il y a beaucoup de très bons documentaires où vous pouvez dire que les cinéastes eux-mêmes ont influencé le magasin de pommes qu'il allait prendre et j'ai des problèmes avec l'eau même quand ils finissent par être de bons films à regarder ; il y a une certaine intégrité journalistique que vous voulez que vous vouliez maintenir. Mais cela dit, au bout du compte, cela peut changer le monde qui peut faire apprendre des choses aux gens, quel que soit le but de votre film, vous devez toujours garder le public, donc je pense. Si vous apprenez et que vous êtes excité et diverti en le regardant, c'est un bon point. Et si vous savez que le petit choix de NIT que vous voulez lui donner est votre prérogative, mais que vous savez qu'en fin de compte il atteint ces objectifs, alors c'est un bon documentaire.

    Q : Quelles ont été les principales difficultés rencontrées lors de la réalisation de ce film documentaire ?

    Justin McConnell : les principales difficultés. En partie, je ne savais pas quand j'aurais terminé le tournage parce que je ne savais pas que j'avais déjà tourné avant d'avoir une histoire réelle, jusqu'à ce que je sente que j'avais une fin complète et en partie, si je devais finir la facture avant, comme l'a fait Junior, ce serait très différent et cela n'aurait pas l'effet émotionnel à la fin et ne serait pas le genre de personne qui s'efforce de réaliser ses rêves et je ne dis pas que je J'ai complètement réalisé mes rêves de changer de vie, mais je sais qu'il y a un art à cela, il y a une construction, vous savez, oui, c'est structuré comme un rocher dans une certaine mesure, vous savez, dans une certaine mesure, mais le fait est que j'ai d'abord compris que le moment était venu d'arrêter de tourner et de commencer à monter ce truc, ce qui était difficile à comprendre et à garder l'objectivité quand je suis le réalisateur et le sujet du film. Je fais partie de ce processus, c'est comme si je m'entourais d'une bonne équipe et que je faisais des tests sur vous pour m'en assurer, et je me retire de ce processus pour m'assurer que j'ai des notes très claires d'une grande variété de personnes qui me diraient ok oui, c'est mieux de retirer tout ce qui cherche à se C'est logique que ce soit un gros truc et voir si la post-production en général n'était pas un cauchemar, c'est plus de 300 heures d'images brutes, ça prend beaucoup de temps à rassembler. On parle de plusieurs mois de triage des images d'interviews par sujet, vous savez, avoir une Lisa Muckle, notre assistante-monteuse, qui a passé plusieurs mois et c'était ça, vous savez, beaucoup de travail était difficile. Le fait d'essayer d'assembler toutes ces séquences dans les 90 à 100 minutes de cette histoire a été pour le moins difficile ; cela a permis d'envoyer un document que j'adore les documentaires sur ces trois sujets parce que c'est beaucoup de travail. Il y a tellement de travail, surtout après la fin de la guerre, mais au final, je pense que tout cela en vaut la peine, c'est certain.

    Q : Avez-vous déjà pensé à écrire un livre sur l'industrie du cinéma et plus précisément sur les différentes phases de la création d'un film ? Ce film est tellement intéressant que j'ai déjà parlé à beaucoup de mes amis et leur ai dit qu'ils devaient voir celui-ci.

    Justin McConnell : Merci. Je pense beaucoup aux livres et aux podcasts, nous avons les 8 épisodes de la série télévisée qui sont en post-production en ce moment, il y a beaucoup de contenu étendu. C'est vraiment le résultat du nombre d'heures que j'ai passé dans la journée et de l'ampleur que je peux donner à cette série sans, mais vous savez, si je suis le seul à le faire, c'est juste que cela épuise beaucoup d'autres choses que je voulais faire, donc c'est une possibilité, mais il y a beaucoup de livres sur lesquels on peut lire. Il y a beaucoup de choses à ce sujet. J'ai probablement un point de vue unique sur la question, mais il reste à voir si je décide de suivre cette voie ou non, alors qu'il y a encore tant de choses à créer et qu'il est possible de les diffuser. Il n'y a pas d'autre solution avec toutes les séquences brutes, car vous savez que nous avons également pensé à un podcast, car vous pouvez prendre des extraits d'interviews et travailler sur une histoire de podcast avec des invités et des choses comme les possibilités sont si nombreuses qu'il n'en est qu'à ses débuts, alors je vous verrais bien vous demander ici et nous verrons ensuite comment les choses se sont passées.

    Q : Que retenez-vous du tournage du film Lifechanger ? Qu'avez-vous appris à son sujet ?

    Justin McConnell : J'ai toujours plus de jours de tournage si vous le pouvez, c'était un gros film et un autre y figure, c'est idiot mais. Nous faisions un film indépendant et il y a eu un jour précis où j'ai eu une journée très compliquée où j'ai eu une scène de combat et tout ça, c'était dans ma tête, c'était une façon de dire pourquoi on a finalement été exécuté, c'était une autre façon et l'histoire des coulisses. Nous avons réservé un emplacement avec le propriétaire de l'appartement, mais nous n'avons pas parlé au propriétaire, alors vers la fin de la journée, le propriétaire s'est montré très en colère et a essayé de nous faire fermer, alors nous avons dû nous dépêcher de faire un tir massif, mais nous avons été très courts pour sortir de là et ensuite négocier l'acte, qui est resté le même. C'est un oubli de notre part qui a été une dure journée, mais cela se reflète aussi dans l'exécution du film et je pense que les scènes sont toujours correctes, mais comparées à ce que j'avais en tête et à ce que nous avions prévu, c'était juste un problème logistique. La production de sorte que lorsque des problèmes surviennent sur le plateau, vous avez déjà tout compris et vous essayez de ne rien oublier à l'avance ; vous pensez à toutes les possibilités parce que si vous ne le faites pas, c'est là que vous avez rencontré des problèmes sur le plateau qui peuvent en fait affecter votre ressenti tout entier sur le leur. J'ai tellement appris que je n'en suis pas sûr, mais nous n'avons pas le temps.

    Q : Pouvez-vous nous raconter une anecdote sur une de vos interviews que nous pouvons découvrir dans ce film documentaire ?

    Justin McConnell : L'interview de John McNaughton que nous avons essayé de faire dans l'hôtel d'abord dans la cour arrière ; c'était dans le nouvel hôtel Bell pendant Fantasia ; de toute façon, à chaque fois que nous montions le plan, soit beaucoup plus partaient de leur style de jardin ; soit quelqu'un traversait le choc, soit un enfant passait en courant et je pense qu'il en fallait 4, Cinq fois, nous avons installé la caméra et commencé l'interview avant d'avoir pu passer toute l'année. Nous avons dû continuer à descendre la caméra pour ouvrir un nouveau lieu de tournage et il y a même un épisode où John dit que c'est ici que ça se passe. Il faut être prêt à changer de lieu de tournage et à tout recommencer parce que tout ce qui peut mal tourner, parce que c'était un parfait condensé de ce que l'on a fait là, le fait de faire des films, c'est ce qui peut mal tourner, Michael, il faut être prêt à aimer parce qu'on est mauvais.

    Q : Entre votre premier film documentaire et celui-ci, il y a un écart de sept ans... Avez-vous constaté des différences significatives dans votre approche de la réalisation ?

    Justin McConnell : J'achète tous les films que j'ai faits et sur lesquels j'ai appris, mais je dirais qu'il y a un écart de sept ans parce que j'ai littéralement commencé à produire ce film six mois après la sortie du dernier, donc c'est oui, je pense... Au moment où vous pensez savoir tout ce que la Gestapo Cooper dit dans le documentaire, les meilleurs d'entre vous pensent que vous êtes bons et que vous devriez démissionner parce que nous nous sommes aussi enfermés d'une certaine manière, donc nous devons toujours nous améliorer, c'est-à-dire être des artistes que vous connaissez, détestant ce que vous faites et faisant mieux la prochaine fois.

    Q : Quels sont vos réalisateurs préférés et quels films sont le principal moteur de votre création artistique ?

    Justin McConnell : Je serai ici toute la journée pour en faire la liste. Je suis à fond dans le jeu en ce qui concerne leurs réalisateurs ; vous savez que j'aime les gens comme les centaines d'autres. George Romero et d'autres qui sont de vrais francs-tireurs dans le métier ont suivi leur propre voie et ont fait des choses qui n'étaient pas vraiment influencées par le système des studios et ce que le public voulait et racontait comme des histoires qui avaient un sens pour eux et puis avec le temps, ils ont besoin de quelque chose pour beaucoup d'autres personnes parce que vous savez qu'ils ne parlaient pas spécifiquement à un public ; ils parlaient de quelque chose. J'aimais les réalisateurs comme ça, mais par la même occasion. Mais vous savez. Oui, laissez-moi vous dire que vous connaissez Katherine Bigelow et que vous le savez, tout comme les vrais réalisateurs professionnels. J'aime ce genre de disque, honnêtement, nous serions ici à jamais à dresser la liste des gens. C'est juste que j'ai regardé tellement de films que vous savez que je ne pourrais pas dire spécifiquement que je suis évidemment un grand fan de John Carpenter. J'ai grandi en regardant John Carpenter. Je sais que ce n'est pas moi qui vous dit ça. J'aime les petits monstres Critters. Tout film avec des petits monstres de la taille d'une pinte, je suis à fond dans ce genre, mais même dans les drames, les comédies et la science-fiction, je regarde tous les genres sous le soleil. J'aime les films d'arts martiaux et cela a aussi permis aux films d'effusion de sang de Hong Kong, quoi qu'il arrive, de se faire voir. J'adore ce film Je ne peux pas Je ne peux pas dire qu'un seul réalisateur préféré je serais là toute la journée

    Q : Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

    Justin McConnell : Nous sommes toujours en post-production sur la série des 8 épisodes du club ou de la jungle, donc c'est une grande partie du travail. Je viens de terminer un nouveau court métrage que je tourne chaque année complètement seul, Soul contact. Et j'ai enfin assez pour écrire. Je viens d'écrire un album avec pour projet "Instant Way Metal Industrial" qui s'appelle "Castle Ridge". Donc oui, j'écris aussi de la musique maintenant...

    Synopsis :
    Après cinq ans dans la vie et la carrière d'un cinéaste indépendant, étayé par des dizaines d'interviews, une question se pose : comment un cinéaste indépendant peut-il survivre dans le monde du cinéma actuel ?

    Clapboard jungle
    Un film de Justin McConnell
    Produit par by Justin McConnell, Darryl Shaw
    Avec Michael Biehn, Larry Cohen, Barbara Crampton, Guillermo Del Toro, Gigi Saul Guerrero, Frank Henenlotter, George A. Romero, Tom Savini, Paul Schrader, Richard Stanley
    Musique de Sean Motley
    Montage : Kevin Burke, Justin McConnell
    Durée : 98mns

    Transcription et traduction : Boris Colletier

    (Source : Fantasia 2020 site officiel)