Logo
Accueil > Events > Entretiens > Tar : Notre interview du realisateur Aaron Wolf

Events

Entretiens - Tar : Notre interview du realisateur Aaron Wolf

  • Par Mulder, Los Angeles, le 2.10.2020

    Tar est un nouveau thriller sur une entreprise familiale, qui est obligée de fermer et de déménager alors que le métro de la ville se développe sous leurs pieds et que leur immeuble de bureaux est destiné à être démoli. Cependant, la construction souterraine réveille quelque chose de primitif, et une nuit de sombre emballage devient un combat désespéré pour la survie !

    Tar est écrit et réalisé par Aaron Wolf, avec Timothy Bottoms (nominé aux Golden Globe), Graham Greene (nominé aux Oscars), Tifanny Shepis et Max Perlich. Le film sera présenté dans certains Drive-Ins et cinémas à partir du vendredi 2 octobre, et sera disponible en numérique et à la demande le mardi 20 octobre.

    Nous avons l'occasion d'interviewer son réalisateur et co-scénariste Aaron Wolf.

    Q : Bonjour Aaron, pouvez-vous vous présenter et nous parler un peu de votre parcours ?

    Aaron Wolf : Le cinéma est ma passion, ma vie, surtout les histoires. Je m'amuse généralement au cinéma et cela a toujours été dans ma vie, mais j'ai commencé le théâtre communautaire à l'âge de 7 ans ainsi que la lecture des reportages de variétés, donc c'est quelque chose que j'ai toujours fait.

    Q : Que pouvez-vous nous dire sur votre tournage ? Où avez-vous tourné des films à Los Angeles et ailleurs ?

    Aaron Wolf : En remplissant Tar, ce que nous voulons faire, c'est mettre en lumière un film d'aventure et de guerre déséquilibré, quelque chose où les gens peuvent s'échapper et s'amuser pendant quelques heures. C'est le moment idéal parce que c'est Halloween et que je suis très excité à l'idée de donner vie aux cibles de la marque, car c'est un endroit que je faisais quand j'étais enfant. J'ai tourné plusieurs films à Los Angeles, donc je suis aussi sur la côte Est. Mais notre film Restoring tomorrow, je l’ai aussi tourne à Los Angeles, celui-là était en compétition pour un Oscar, donc j'en suis très fier.

    Q : Que devrait être pour vous une bonne direction d'acteur ? Que pouvez-vous nous dire sur votre travail avec Timothy Bottoms et Graham Green ?

    Aaron Wolf : J'aime toujours que les acteurs s'assurent qu'ils sont capables d'apporter une part de leur personnalité à notre film, donc en travaillant dans ce domaine avec des gens comme Graham Greene, nominé aux Oscars, Timothy Bottoms, ces acteurs légendaires, je veux m'assurer qu'ils prennent ce qu'ils veulent dans le scénario, puis qu'ils lui donnent vie et qu'ils ajoutent ce qu'ils veulent à la scène pour qu'ensemble nous puissions nous rencontrer, même si la réalisation pourrait être rebaptisée collaboration.

    Q : Que pouvez-vous nous dire sur votre personnage Zach Greenwood dans ce film ?

    Aaron Wolf : Zach Greenwood est un mec typique qui a une petite entreprise. Il a grandi avec sa famille, des immigrants venus d'Europe pour travailler à Los Angeles et il veut,. Il en a marre de faire partie de l'entreprise familiale, mais il doit aussi se battre avec son père pour savoir ce qu'ils doivent faire, car maintenant ils doivent fermer l'entreprise à cause de la demande du métro et des appartements en construction. Il se bat donc toujours pour s'assurer qu'il va apprendre à se connaître un peu au fur et à mesure qu'il vit cette expérience folle.

    Q : Croyez-vous en certaines légendes urbaines de Los Angeles ?

    Aaron Wolf : Je ne sais pas si je crois en lui autant que je l'aime. J'aime les légendes urbaines dans l'idée qu'un endroit où je suis allé quand j'étais enfant a une histoire comme celle-ci derrière lui. Je pense juste que c'est fantastique, donc nous avons vraiment plongé pour apporter le seigneur de la vie et pour apporter le plaisir, la vie de ce qu'est ce film et l'histoire de l'arrière-plan et ainsi de suite, afin que nous puissions montrer quelque chose que les gens n'ont pas vu avant que personne n'ait fait un film sur La Brea Tar Pits avant.

    Q : Quelles ont été vos principales sources d'inspiration pour Tar ?

    Aaron Wolf : J'ai toujours été inspiré par l'aventure et les histoires d'horreur gore, mais aussi par les thrillers comme Arachnophobie, Indiana Jones, les Goonies, des films que je regardais en DVD ou en Blu-ray quand j'étais enfant, mais j'adore ce genre de films d'aventure et d'horreur amusants.

    Q : Que pouvez-vous nous dire sur la créature de votre film et comment l'avez-vous créée ?

    Aaron Wolf : La créature sur laquelle nous travaillons utilise autant d'effets pratiques que possible et parce que j'adore ça. Le concept n'est pas entièrement numérique et la créature, je ne veux pas trop la gâcher, mais disons que ce n'est pas une créature que vous avez déjà vue.

    Q : En ce moment précis, comment se fait-il qu'il soit difficile de créer un film et de trouver des fonds pour le faire ?

    Aaron Wolf : Pourtant, la création de ce film a été une aventure en soi : nous pouvons faire un film sur la réalisation du film parce que ce film a pris environ un an à tourner ; nous avons dû déplacer les lieux de travail autour de différents acteurs et cela a donc pris du temps pour le faire parce que nous savions que ce n'est pas un film à gros budget ; ce ne sont pas des transformateurs ; ce n'est pas un film Marvel. Nous avions donc des limites et nous avons essayé de les utiliser au mieux pour le processus créatif afin de donner vie à cette histoire.

    Q : Quels sont pour vous les bons ingrédients pour créer une bonne bande annonce de film d'horreur ?

    Aaron Wolf : Pour faire une bande-annonce pour ce film, il s'agissait de montrer autant que possible que personne n'était dans le décor et ce que nous voulons faire avec ce film, c'est un film de retour en arrière, c'est s'amuser à Halloween, c'est pour le public. La bande-annonce est donc entièrement consacrée à la démonstration de l'amour. Venez-vous amuser à Halloween et faites un tour avec nous.

    Q : Après quelques courts métrages, The Walk, Guest House, Imagine Reality, Fourth Time's the Charm et un documentaire Restoring tomorrow, Tar est votre premier film. Comment cela a-t-il été difficile de le construire ? Qu'avez-vous appris sur ces courts métrages et qu'avez-vous utilisé pour réaliser celui-ci ?

    Aaron Wolf : oui, c'est le premier grand film narratif que j'ai réalisé. J'ai fait un tas de courts métrages et j'ai fait tout ce que j'ai pu. C'est juste un processus rapide, vous savez, vous le tournez une semaine et puis vous avez fini et c'est long, nous en avons pour un an, donc c'est juste que c'était beaucoup plus stressant. On essaie de tout faire sortir, de tout faire, parce qu'il y a tellement de pièces en mouvement et parce que le budget n'est pas si important, nous avons dû travailler sur beaucoup de pièces pour être sûrs d'obtenir ce que nous voulions et aussi pour travailler avec les limites qui nous ont été données.

    Q : Quels ont été les principaux jours difficiles pendant le tournage de ce film ?

    Aaron Wolf : Les jours les plus difficiles ont été ceux où c'était probablement le dernier jour du tournage et où nous devions produire un grand effet ou un grand effet pratique, un facteur de mort ou quelque chose comme ça pour être sûrs que ça marche parce que nous savions qu'il n'y avait pas de seconde chance, donc nous devions faire en sorte que ça marche pour que ce soit toujours au réveil qu'ils vous aient comme j'espère vraiment que nous réussissions et que nous finissions la journée avec ça. Si nous y parvenons et que nous terminons cette journée, oui, et que nous nous préoccupons du lendemain.

    Q : Quelle a été la scène la plus difficile à tourner pour vous et pourquoi ?

    Aaron Wolf : La scène la plus difficile à tourner, c'est sans aucun doute la fin. Nous avons eu comme un point culminant parce qu'il y a beaucoup de choses qui en sortent sans donner de spoilers ; il y a beaucoup de pièces en mouvement dans les dix dernières minutes du film et vraiment tout le monde je pense que l'équipe et les acteurs ont fait leur part pour que ça marche parce que c'était très difficile de travailler aussi avec Tar. Le film s'appelle Tar lui-même. Une des caractéristiques d'une créature qui vient d'une zone à faible teneur en goudron est qu'elle est entourée de morceaux du monde, mais le goudron est aussi très collant. Il vous colle. C'est inconfortable, donc ce n'est pas très agréable d'en être recouvert toute la journée, et il ne s'enlève pas facilement, alors essayons de faire en sorte que les scènes fonctionnent, ce qui a été un défi pour certaines de ces leçons.

    Q : Quels sont vos réalisateurs préférés et quels films sont les principaux moteurs de votre création artistique ?

    Aaron Wolf : J'aime les bons conteurs. Les cinéastes qui se donnent en spectacle ne cherchent que des choses dégoûtantes et beaucoup de surnaturel. Dans d'autres films, j'aime les histoires, j'aime construire les personnages, donc les réalisateurs comme lui, il y a un réalisateur nommé Peter Weir qui a fait tant de films étonnants. Je pense qu'il est évident que Spielberg a eu une influence, ce qu'il a fait avec Les dents de la mer est une influence pour quiconque fait un film. D'autres cinéastes comme Richard Linkletter, des gens qui, selon moi, racontent de grandes histoires et se plongent dans la question de savoir s'ils sont les plus grands succès, ne sont pas ce qui compte pour moi, mais c'est juste ma façon de raconter ce qu'ils ont porté à l'écran.

    Q : Y a-t-il des acteurs français avec lesquels vous aimeriez travailler ?

    Aaron Wolf : Des acteurs français avec lesquels j'aimerais travailler. Vous savez, j'ai toujours pensé que ce serait cool de travailler avec Gérard Depardieu. C'est une légende. Je ne sais même pas ce qu'il fait en ce moment, je sais juste que lorsque j’étaisenfant, il était comme le roi du cinéma français et aussi des films pour enfants que j'ai vu ici, donc j'ai pensé que ce type semble plus grand que la vie que j'aimerais travailler.

    Q : Quels sont vos projets actuels ?

    Aaron Wolf : Les projets sont tournés vers notre industrie cinématographique en ce moment tout tourne au ralenti mais nous avons un talk show qui s’intitule The together show sur Facebook et sur youtube. Nous sommes en train d'y intégrer ce qui se passe pendant cette période, donc nous avons fait les présentations et notre prochain invité est Alec Baldwin. Il s'agit de rassembler les gens à une époque où les gens sont séparés. Il ne s'agit pas de toutes les applications podcast et c'est la même chose. Il s'agit de savoir comment rassembler les gens et leur donner de l'espoir quand tout est désespéré, donc nous faisons cela et nous avons un tas de projets pour le moment qu'ils ont pu recommencer à remplir.

    Synopsis :
    Pendant 40 000 ans, une zone humide longtemps oubliée a grouillé de créatures anciennes, mais maintenant tout ce qui reste est une fosse de goudron chaud et collant entourée d'un vaste paysage urbain. Pour Barry Greenwood et son fils Zach, il ne reste pas grand-chose de leur entreprise familiale non plus. Avec le métro de la ville qui se développe sous leurs pieds et leur immeuble de bureaux qui va être démoli, Barry, Zach et leurs employés sont obligés de fermer leur atelier et de déménager. Trois générations de famille et trois vies de dur labeur à transformer en décombres. Mais lorsque la construction souterraine réveille quelque chose de primitif, une nuit de sombre emballage devient une lutte désespérée pour la survie.

    Tar
    Réalisé par Aaron Wolf
    Produit par Andrew Kappel et Timoth Nuttall
    Écrit par Timothy Nuttall et Aaron Wolf
    Avec Timothy Bottoms, Graham Greene, Aaron Wolf, Emily Peachey, Max Perlich, Nicole Alexandra Shipley, Tiffany Shepis, Stuart Stone, Sandy Danto
    Musique de Conor Jones
    Directeur de la photographie : Aashish Gandhi
    Montage : Simon Carmody
    Distribution : 1091 images (Etats-Unis)
    Date de sortie : 2 octobre 2020 (États-Unis)
    Durée : 95 minutes

    Nous tenons à remercier Madeline Schwinn et Aaron Wolf pour cette interview