Logo
Accueil > Reviews > Madame Claude

Madame Claude

  • Madame Claude
    Fin des années 1960, Madame Claude règne sur Paris et au-delà grâce à son commerce florissant. En réinventant les codes de la prostitution, en empruntant ceux de la bourgeoisie et en s’inventant un passé respectable, elle est devenue une femme d’affaires redoutée et estimée du monde politique au grand banditisme. Femme de pouvoir dans un milieu et une époque d’hommes, à la veille des grands mouvements de libération de la femme, elle sera aussi le témoin de la fin d’une époque. Sa rencontre avec Sidonie, son opposée mais aussi son alter ego, sera imperceptiblement le fil conducteur de l’érosion de son empire. Sidonie est la fille qu’elle s’est choisie, qui deviendra presque son bras droit. Pour la première fois de sa vie, elle tient à quelqu’un. Elle qui tient le tout Paris dans ses carnets, qui s’est construite sur la haine et la honte, aimer quelqu’un, ça, elle ne sait pas le gérer. Sans le vouloir, et sans doute aussi car elle représente la liberté et l’indépendance, Sidonie précipitera sa chute...

Critique de Mulder

  • « Son destin était tout tracé.
    Elle s’est inventée une autre voie.
    Elle a fait avec ce qu’elle avait : son corps.
    Elle est montée à Paris et a fait le trottoir.
    Elle aurait pu en rester là, au mieux se trouver un client gentil, si elle était maligne, ou sombrer.
    Elle a su saisir une opportunité et elle a monté son affaire.
    Là où elle a eu une idée de génie : faire payer les riches en leur faisant croire qu’elle venait du
    même monde. Se réinventer, mentir.... » - Sylvie Verheyde

    Qui était réellement Fernande Grudet plus connue sous le nom de Madame Claude, une tenancière de maison close française, une femme libre qui a construit un véritable empire en s’acoquinant avec des agents des forces de l’ordre et des hauts dirigeants. Dans les années 1960, après avoir laissé sa fille unique à ses parents, elle monte à Paris, apprend le métier et surtout se retrouve à la tête d'un réseau français de call-girls qui travaillaient notamment pour des dignitaires et des fonctionnaires et des stars de cinéma de réputation mondiale.

    La réalisatrice Sylvie Verheyde (Un frère (1997), Princesses (2000), Stella (2008), Confession d’un enfant du siècle (2012), Sex doll (2015)) réussit à trouver la bonne approche et nous livre une véritable fresque historique dans laquelle les apparences sont souvent trompeuses, les hommes semblent manipulables ou ne pouvant pas maitriser leurs bas instincts. Dans ce bal sordide entre sexe et violence, deux femmes vont apprendre l’une de l’autre.

    Loin de vouloir nous raconter toute la vie de Fernande Grudet (Madame Claude), le film se focalise sur une période de sa vie. On découvre donc dans le Paris des années 1960, l'influence de celle-ci qui s'étend au-delà du monde de la simple industrie du sexe jusqu'à ce qu'une jeune femme fortunée menace de tout changer et que le gouvernement décide de mettre son nez dans ses affaires et de détruire tout simplement son empire indécent. Le passé de Fernande Grudet (Madame Claude) est narré ici par les nombreux dialogues en off de celle-ci nous racontant notamment comment elle s’est inventée un passé, comment le mensonge est devenu un des ses outils de travail.

    Madame Claude réussit aussi à capter toute l’ambiance des années 60 en montrant des images d’époques à la télévision et sa manière de s’habiller. L’aspect politique du film n’est pas non plus oublié et aussi l’évolution du rapport des forces de l’ordre qui ont utilisé le réseau de Madame Claude pour arriver à leur fin puis ont décidé de couper court et surtout de tout faire pour détruire son empire. Le scénario réussit à rester proche de la réalité et surtout livre deux très beaux portraits de femmes fortes prêtes à tout pour réussir.

    Là ou un tel sujet aurait pu faire de Madame Claude un film graveleux prétexte à une multitude de scènes nues, le scénario très maitrisé de Sylvie Verheyde se focalise sur la psychologie des personnages et sur la description d’une époque dans laquelle la mafia semblait exercer une emprise sur Paris. La réussite de ce film passe notamment par son casting réussi dans lequel on retrouve dans les deux rôles principaux féminins les comédiennes Karole Rocher (Princesses (2000), Le bal des actrices (2007), Polisse (2011), Blake Snake, la légende du serpent noir (2017)…) et surtout Garance Marillier (Mange (2012), Grave (2016), Pompei (2019)) dans l’un de ses meilleurs rôles. Les seconds rôles ne sont pas en reste avec notamment Roschdy Zem, Pierre Deladonchamps, Annabelle Belmondo, Hafsia Herzi, Josephine de la Baume et Mylène Jampanoï.

    Madame Claude
    Un film écrit et réalisé par Sylvie Verheyde
    Produit par Florence Gastaud
    Avec Karole Rocher, Roschdy Zem, Garance Marillier, Pierre Deladonchamps, Annabelle Belmondo, Hafsia Herzi, Joséphine de La Baume, Mylène Jampanoï
    Directeur de la photographie : Léo Hinstin
    Montage : Christel Dewynter
    Production : Les Compagnons du Cinema, TNG Productions
    Distribution : Netflix
    Date de sortie : 4 Avril 2021 (Monde)
    Durée : 112 minutes

    Vu le 29 mars 2021 (screener Netflix)

  • 4

Critique de Fox

  • "Her destiny was set.
    She invented another path for herself.
    She made do with what she had: her body.
    She went up to Paris and did the sidewalk.
    She could have stayed there, at best find a nice client, if she was smart, or sink.
    She seized an opportunity and started her own business.
    There she had a brilliant idea: to make the rich pay by making them believe that she came from the
    same world. Reinventing herself, lying.... " - Sylvie Verheyde

    Who was really Fernande Grudet, better known as Madame Claude, a French brothel owner, a free woman who built a veritable empire by consorting with law enforcement agents and high officials. In the 1960s, after leaving her only daughter with her parents, she moves to Paris, learns the trade and, most importantly, finds herself at the head of a French network of call girls who worked for dignitaries, government officials and world-famous movie stars, among others.

    Director Sylvie Verheyde (A Brother (1997), Princesses (2000), Stella (2008), Confession of a Child of the Century (2012), Sex Doll (2015)) manages to find the right approach and delivers a real historical fresco in which appearances are often deceiving, men seem manipulable or unable to control their baser instincts. In this sordid ball between sex and violence, two women will learn from each other.

    Far from wanting to tell us the whole life of Fernande Grudet (Madame Claude), the film focuses on a period of her life. We discover the influence of Fernande Grudet in the Paris of the 1960s, which extends beyond the world of the simple sex industry until a wealthy young woman threatens to change everything and the government decides to put its nose in her business and simply destroy her indecent empire. The past of Fernande Grudet (Madame Claude) is narrated here through her numerous off-screen dialogues telling us how she invented a past for herself, how lying became one of her working tools.

    Madame Claude also succeeds in capturing the atmosphere of the 60's by showing images of the time on television and the way she dresses. The political aspect of the film is not forgotten either and also the evolution of the relationship of the forces of law and order who used Madame Claude's network to reach their end and then decided to cut it short and especially to do everything to destroy her empire. The scenario manages to stay close to reality and above all delivers two very beautiful portraits of strong women ready to do anything to succeed.

    Where such a subject could have made Madame Claude a gravelly film pretext for a multitude of naked scenes, Sylvie Verheyde's very masterful screenplay focuses on the psychology of the characters and on the description of an era in which the mafia seemed to have a hold on Paris. The success of this film is due in particular to its successful casting in which we find in the two main female roles the actresses Karole Rocher (Princesses (2000), Le bal des actrices (2007), Polisse (2011), Blake Snake, the legend of the black snake (2017) ...) and especially Garance Marillier (Eat (2012), Grave (2016), Pompei (2019)) in one of its best roles. The supporting cast is not left out with notably Roschdy Zem, Pierre Deladonchamps, Annabelle Belmondo, Hafsia Herzi, Josephine de la Baume and Mylène Jampanoï.

    Madame Claude
    Written and Directed by Sylvie Verheyde
    Produced by Florence Gastaud
    Starring Karole Rocher, Roschdy Zem, Garance Marillier, Pierre Deladonchamps, Annabelle Belmondo, Hafsia Herzi, Joséphine de La Baume, Mylène Jampanoï
    Cinematography : Léo Hinstin
    Edited by Christel Dewynter
    Production companies : Les Compagnons du Cinema, TNG Productions
    Distributed by Netflix
    Release date : April 4, 2021 (World)
    Running time : 112 minutes

    Seen on March 29, 2021 (screener Netflix)

  • 4