Logo
Accueil > Reviews > Paul Dood's Deadly Lunch Break

Paul Dood's Deadly Lunch Break

  • Paul Dood's Deadly Lunch Break
    Lorsque les chances de Paul de gagner un concours national de talents sont ruinées et ses rêves de célébrité anéantis, il planifie une mission de vengeance mortelle. Une pause déjeuner, 5 meurtres spectaculaires ! Paul, en costume étincelant, réussira-t-il à s'en sortir et à garder une longueur d'avance sur les flics ?

Critique de Mulder

  • Quel tribu est-on prêt à payer pour devenir célèbre et star des réseaux sociaux. Certains youtubers semblent en effet prêts à tout pour se faire connaitre, apprécier d’un public en perte de repères, aduler par des marques réputées. Si le film Paul Dood's Deadly Lunch Break découvert dans le cadre du festival SXSW est un bon début de réponse et une nouvelle fois une illustration parfaite de la sphère des youtubers, le film échoue par contre à trouver un rythme parfait et satisfaire nos attentes de spectateurs.

    Paul, un petit employé d'un magasin de charité, veut absolument gagner un concours national de talents. Avec un costume étincelant, une routine de tueur et sa chère vieille mère dans les pattes... c'est sa grande chance. Mais lorsque les actions de cinq personnes intransigeantes et égoïstes se mettent en travers de son chemin et lui font rater l'audition, Paul planifie une mission de vengeance mortelle. Une pause déjeuner, cinq meurtres spectaculaires. Chaque malfaiteur sera éliminé d'une manière appropriée par un Paul en costume étincelant qui se déchaîne pour se venger dans sa petite ville natale. Réussira-t-il à garder une longueur d'avance sur la police et à trouver la célébrité dont il a toujours rêvé ?

    Après un premier film passé inaperçu Tank 432 (2015), le réalisateur Nick Gillespie passe du film d’horreur à une comédie dramatique et nous propose une comédie débridée qui peine réellement à trouver ses repères. On peut certes comprendre que derrière cette comédie satirique, le réalisateur et scénariste pointe les travers de la société anglaise avec notamment des forces de l’ordre inefficace, une église corrompue et surtout un public anglais voyeuriste qui semble en manque de leur dose d’hémoglobine au point d’encourager le personnage principal à exorciser ses démons par la violence.

    Paul Dood's Deadly Lunch Break aurait pu être un bon film si son scénario moins décousu avait suivi la même direction que celle de la comédie culte La folle journée de Ferris Bueller (Ferris Bueller's Day Off) (1986) en narrant la journée de Paul dans laquelle il laissait ses instincts primitifs prendre le dessus et nous entrainait dans une aventure mixant à la perfection la comédie et l’horreur. Malheureusement le résultat obtenu ici nous laisse complètement dubitatif à moins que cela soit de l’humour anglais très éloigné du nôtre.

    Paul Dood's Deadly Lunch Break
    Un film de Nick Gillespie
    Produit par Finn Bruce
    Producteur exécutif : Finn Bruce
    Scénario de Brook Driver, Matt White, Nick Gillespie
    Avec Tom Meeten, Katherine Parkinson, Kris Marshall, Alice Lowe, Mandeep Dhillon, Johnny Vegas, Steve Oram, Craig Parkinson, Kevin Bishop, Pippa Haywood
    Musique de Dan Baboulene
    Directeur de la photographie : Billy J Jackson
    Son : Martin Pavey
    Montage : Tom Longmore
    Production : A Bonnebouche Media presentation of a Belstone Pictures production.
    Date de sortie : 17 mars 2021 (SXSW)
    Running time : 95 minutes

    Vu le 19 mars 2021 (SXSW)

  • 2

Critique de Fox

  • How much is it worth to become a celebrity and a social network star? Some youtubers seem to be ready to do anything to become known, appreciated by a public in loss of references, adulated by famous brands. If the movie Paul Dood's Deadly Lunch Break discovered during the SXSW festival is a good start of answer and once again a perfect illustration of the youtubers' sphere, the movie fails on the other hand to find a perfect rhythm and to satisfy our expectations of spectators.

    Paul, a small employee of a charity store, is desperate to win a national talent contest. With a sparkling suit, a killer routine and his dear old mother in tow... this is his big chance. But when the actions of five uncompromising and selfish people get in the way and cause him to miss the audition, Paul plans a deadly mission of revenge. One lunch break, five spectacular murders. Each evildoer will be disposed of in a fitting manner by a sparklingly suited Paul who goes on a vengeance rampage in his small hometown. Will he be able to stay one step ahead of the police and find the fame he's always wanted?

    After an unnoticed debut film Tank 432 (2015), director Nick Gillespie switches from horror to a comedy-drama and delivers an unbridled comedy that really struggles to find its footing. We can certainly understand that behind this satirical comedy, the director and screenwriter points out the flaws of English society with notably inefficient law enforcement, a corrupt church and especially a voyeuristic English public that seems to be in need of their dose of hemoglobin to the point of encouraging the main character to exorcise his demons through violence.

    Paul Dood's Deadly Lunch Break could have been a good movie if its less disjointed script had followed the same direction as the cult comedy Ferris Bueller's Day Off (1986) by narrating Paul's day in which he let his primitive instincts get the better of him and led us into an adventure mixing perfectly comedy and horror. Unfortunately, the result obtained here leaves us completely doubtful, unless it is English humor that is very different from ours.

    Paul Dood's Deadly Lunch Break
    Directed by Nick Gillespie
    Produced by Finn Bruce
    Executive Producer: Finn Bruce
    Written by Brook Driver, Matt White, Nick Gillespie
    Starring Tom Meeten, Katherine Parkinson, Kris Marshall, Alice Lowe, Mandeep Dhillon, Johnny Vegas, Steve Oram, Craig Parkinson, Kevin Bishop, Pippa Haywood
    Music by Dan Baboulene
    Cinematography: Billy J Jackson
    Production Designer: Laura Little
    Sound: Martin Pavey
    Costume Designer: Jasmin Knox
    Colourist: Karol Cybulski
    Edited by Tom Longmore
    Production : A Bonnebouche Media presentation of a Belstone Pictures production.
    Release date : March 17,2021 (SXSW)
    Running time : 95 minutes

    Seen on March 19, 2021 (SXSW)

  • 2