Logo
Accueil > Reviews > Here before

Here before

  • Here before
    Lorsqu'une nouvelle famille emménage à côté, leur jeune fille, Megan, captive rapidement Laura, faisant resurgir des souvenirs douloureux de sa propre fille, décédée plusieurs années auparavant. Très vite, les souvenirs de Laura se transforment en obsession lorsque le comportement inquiétant de Megan commence à la convaincre de quelque chose de surnaturel. Alors que la détermination de Laura à aller au fond des choses devient dévorante, sa famille commence à se fracturer et la frontière entre l'extraordinaire et le réel devient de plus en plus obscure dans cette histoire obsédante sur l'amour d'une mère.

Critique de Mulder

  • Pour son premier film comme réalisatrice et scénariste Stacey Gregg nous livre un thriller psychologique efficace dans lequel les apparences sont souvent trompeuses et dans lequel chaque indice parsemé a un sens et un impact sur le déroulé de l’action. Dans la banlieue de Belfast, après l'emménagement de nouveaux voisins, une mère endeuillée, Laura (Andrea Riseborough) commence à remettre en question sa réalité. Il est intéressant de voir comment le scénario se sert de la thématique du deuil pour placer son personne principal féminin dans une zone inconfortable en permanence.

    Cette femme marquée par la fatalité et interprétée magistralement par la comédienne Andrea Riseborough semble ne pas se remettre de la suite d’un accident de voiture qui a couté la vie à sa fille. Les cicatrices émotionnelles ne sont pas toujours pas renfermées. La fille des voisins de Laura semble avoir un lien fort avec elle et cela semble reliée à un des événements du passé.

    Le scénario laisse ainsi planer le doute sur une éventuelle réincarnation de sa fille décédée. Impression renforcée par une scène de cauchemar très réussie dans laquelle un enfant au visage flou semble vouloir se glisser dans le lit de Laura et de son mari. Pourtant, la réalisatrice préfère ne pas recourir à des éléments surnaturels et le dénouement final viendra apporter toutes les réponses que les spectateurs se posent tout au long du récit.

    Débarrassé de tous ces artifices fantastiques, Here before s’apprécie comme un thriller psychologique porté par un excellent casting et surtout nous montrant bien une nouvelle fois qu’un bon thriller repose sur un scénario propice au développement des personnages mais surtout à tenir en haleine jusqu’à le dernière minute. Mission amplement réussie pour ce film indépendant qui sait à la perfection utiliser son manque de ressources financières pour orienter son récit vers une originalité réelle.

    Here before
    Un film écrit et réalisé par Stacey Gregg
    Produit par Sophie Vickers, Julia Godzinskaya
    Avec Andrea Riseborough, Martin McCann, Jonjo O’Neill, Eileen O’Higgins
    Musique d’Adam Janota Bzowski
    Directeur de la photographie : Chloë Thomson
    Montage : Brian Philip Davis
    Production: A BBC Films, Pia Pressure, Northern Ireland Screen presentation of a Rooks Nest production
    Date de sortie : 17 mars 2021 (SXSW)
    Durée : 83 minutes

    Vu le 19 mars 2021 (SXSW)

  • 4.5

Critique de Fox

  • For her first film as director and screenwriter Stacey Gregg delivers an effective psychological thriller in which appearances are often deceptive and in which every clue sprinkled throughout has a meaning and an impact on the course of the action. In the suburbs of Belfast, after new neighbors move in, a grieving mother, Laura (Andrea Riseborough) begins to question her reality. It is interesting to see how the script uses the theme of grief to place its female lead in a permanently uncomfortable zone.

    This woman marked by fatality and masterfully played by actress Andrea Riseborough seems to be unable to recover from the aftermath of a car accident that took her daughter's life. The emotional scars are not always closed up. The daughter of Laura's neighbors seems to have a strong bond with her and this seems to be related to one of the events of the past.

    The script leaves the doubt about a possible reincarnation of her deceased daughter. This impression is reinforced by a very successful nightmare scene in which a child with a blurred face seems to want to slip into the bed of Laura and her husband. However, the director prefers not to resort to supernatural elements and the final denouement will bring all the answers that the spectators ask themselves throughout the story.

    Without all these fantastic devices, Here before is appreciated as a psychological thriller carried by an excellent cast and above all showing us once again that a good thriller relies on a scenario conducive to the development of the characters but above all to keep us on the edge of our seats until the last minute. Mission amply succeeded for this independent film which knows perfectly how to use its lack of financial resources to direct its story towards a real originality.

    Here before
    Written and directed by Stacey Gregg
    Produced by Sophie Vickers, Julia Godzinskaya
    Starring Andrea Riseborough, Martin McCann, Jonjo O'Neill, Eileen O'Higgins
    Music by Adam Janota Bzowski
    Cinematography : Chloë Thomson
    Edited by Brian Philip Davis
    Production: A BBC Films, Pia Pressure, Northern Ireland Screen presentation of a Rooks Nest production
    Release date : March, 17 2021 (SXSW)
    Running time : 83 minutes

    Seen on March 19, 2021 (SXSW)

  • 4.5