Logo
Accueil > Reviews > Radio

Radio

  • Radio
    En 1964, dans une petite ville de la Caroline du Sud, Harold Jones, un entraîneur de football blanc, se lie d'amitié avec Radio, un handicapé mental noir ne sachant ni lire ni écrire. Ce dernier, victime des nombreuses railleries de ses camarades, ne tarde pas à rejoindre les rangs des Hanna Yellow Jackets, l'équipe de football locale. Il deviendra par la suite l'assistant du coach. La profonde amitié qui unit les deux hommes bouleversera la vie de la petite communauté. Site officiel http://www.radio-lefilm.com (Source Allociné)

Critique de tootpadu

  • Les films de football américain ne rencontrent décidément pas les faveurs dans l'hexagone, à commencer par la frilosité des exploitants qui montrent ce dernier fleuron du genre sur une seule copie en version originale et, qui plus est, dans la salle la plus minable d'un complexe mal placé qui en regorge. (A l'heure de la rédaction de ces quelques lignes, la semaine suivante, le film ne passe même plus du tout, étonnant en vue de la petite foule qui se pressait dans la trentaine de places en début d'un lundi après-midi !) Cet amalgame de plusieurs recettes à succès n'a rien d'exceptionnel, par contre, son optimisme d'une niaiserie confondante aurait pu plaire à un plus grand nombre de spectateurs estivaux.
    En effet, rien de bien nouveau dans cette histoire d'un handicapé mental qui devient la mascotte et l'âme d'une équipe de foot scolaire. Il y a par ci, par là, des observations trop nostalgiques de la vie quotidienne d'une petite ville, comme les analyses après le match au salon de coiffure. Mais ce côté désuet, qui ressemble à s'y méprendre à du toc, constitue l'atout majeur d'un film autrement très moyen. En somme, tout le monde est gentil au fond, il faut juste un simplet au grand coeur en or pour le révéler, tel est le message utopiste qu'il cherche à véhiculer.
    Alors que Cuba Gooding Jr. paraît parfois imiter Jerry Lewis et qu'Ed Harris donne un autre de ces hommes vertueux qui sont révoltés par l'inertie des autres, c'est le petit retour de Debra Winger qui nous a fait le plus chaud au coeur. Revoir cette actrice criminellement sous-exploitée - au point d'avoir un documentaire fait sur elle - relève toujours du plaisir, serait-ce que dans un rôle mineur.
    A mi-chemin entre le plus mauvais (Les Remplaçants) et le relativement meilleur du genre (Le Plus beau des combats), ce drame gentille se laisse regarder sans trop de peine.

    Vu le 19 juillet 2004, à l'UGC Forum Orient Express, Salle 7, en VO

  • 2.5

Critique de Mulder

  • Ce film reste honnête, calibré et sans surprises et bénéficie d'une réalisation discrète. Son sujet se laisse suivre sans déplaisir Cependant, le film patauge avec complaisance dans une bouillabaisse de bons sentiments, de clichés. Emouvant, Cuba Dooling Jr est certes très touchant face un Ed Harris génial, qui met en avant l'amour et le respect de l'être humain, mais le scénario ne tient pas toutes ses promesses.

    On rit, on pleure, et on entre immédiatement dans l'univers de Radio, jeune homme que tout le monde ignore ou se moque car, différent des autres... Mais un homme (Ed Harris) le remarque et le prendre sous son aile malgré le regard de ces concitoyens. Ce film tiré d'une histoire vraie est à voir.

    Vu récemment

  • 2.5