Logo
Accueil > Reviews > Come true

Come true

  • Come true
    Sarah (Stone), une lycéenne, est au plus bas quand elle s'enfuit de chez elle et se retrouve sans personne sur qui compter et aux prises avec des cauchemars récurrents. Elle s'engage dans une étude universitaire sur le sommeil qui lui offre la promesse de sécurité et d'argent et lui apporte un ami et un confident inattendu en la personne du scientifique superviseur Jeremy (Liboiron). Mais les procédures ont quelque chose de curieux, et le fait d'être sous observation semble rendre les rêves dérangeants de Sarah encore pires. Alors que l'obscurité commence à se faire sentir, il est vite évident que Sarah est devenue, sans le savoir, le conduit d'une nouvelle découverte terrifiante...

Critique de Mulder

  • Après l’avoir raté lors de sa projection dans le cadre du festival Fantasia en aout dernier, nous avons enfin pu rattraper le second film écrit et réalisé par Anthony Scott Burns (Our House (2018)) et nous avons été conquis par son originalité, ses nombreux effets horrifiques et inquiétants réussis mais aussi par son casting. Une nouvelle fois le cinéma canadien montre qu’il est capable de rivaliser avec le cinéma américain et proposer des films fantastiques parfaitement calibrés et tenant en haleine les spectateurs tout au long du récit.

    Nous découvrons ainsi Sarah (Julia Sarah Stone) qui après s’être enfuie de chez elle et face à des cauchemars récurrents décide de participer à une étude sur le sommeil qui devient progressivement une plongée cauchemardesque dans les profondeurs de son esprit et l’amène à faire face à une entité démoniaque ayant de plus en plus une empreinte forte sur elle. Ses cauchemars semblent prendre vie et non seulement mettent sa vie en danger mais aussi celle de ses proches.

    Le scénariste et réalisateur Anthony Scott Burns réussit à créer un cadre réellement inquiétant dans lequel l’analyse du rêve est au centre du récit. Également présent au poste de directeur de la photographie et monteur de son fils, celui-ci a un contrôle complet sur son œuvre et peut ainsi contrôler totalement son film sans avoir à répondre à certains diktats mais aussi à livrer le film qu’il avait réellement en tête. Cette liberté se ressent totalement par une volonté de proposer un film ayant ses propres fondations même si la thématique des cauchemars prenant vie est une récurrente du cinéma horrifique (on pensera notamment à la saga cinématographique Nightmare on Elm Street).

    Pour donner vie aux cauchemars de Sarah, le réalisateur témoigne d’un véritable savoir-faire notamment au niveau de l’utilisation de l’espace mais aussi des bruits renforçant le climat inquiétant. On ressent également l’influence sur ce réalisateur de John Carpenter par cette volonté de fonctionner à l’économie et d’utiliser parfaitement la musique pour renforcer le climat oppressant du film. De la même manière la présence de la jeune comédienne Julia Sarah Stone donne à ce film une réelle crédibilité tant son jeu est irréprochable et réussit à donner une réelle épaisseur psychologique à son personnage.

    Certes la fin du film vient gâcher un peu la réussite de celui-ci tant elle vient à expliquer la raison des cauchemars incessants de Sarah. Pourtant le grand soin porté à la réalisation et surtout une volonté d’éviter toute redite et de construire un film avec un soin visible à l’écran laisse à espérer que nous n’avons pas fini d’entendre parler du réalisateur Anthony Scott Burns.

    Come True
    Écrit et réalisé par Anthony Scott Burns
    Produit par Steven Hoban, Mark Smith
    Avec Landon Liboiron, Skylar Radzion, Julia Sarah Stone, Tiffany Helm, Tedra Rogers, Chantal Perron, Carlee Ryski, Marla Renae, Michelle Rios
    Producteurs exécutifs : Andrea Hatzinikolas, Vincenzo Natali, Christopher Wallace
    Musique d'Anthony Scott Burns, Pilotpriest, Electric Youth
    Directeur de la photographie : Anthony Scott Burns
    Montage : Anthony Scott Burns
    Production : Reel Suspects
    Date de sortie : 12 mars 2021 (USA)
    Durée : 105 minutes

    Vu le 29 janvier 2020 (Festival Gerardmer)

  • 4

Critique de Fox

  • After having missed it during its screening at the Fantasia festival last August, we were finally able to catch up with the second film written and directed by Anthony Scott Burns (Our House (2018)) and we were conquered by its originality, its many successful horrific and disturbing effects but also by its casting. Once again, Canadian cinema shows that it is able to compete with American cinema and offer fantastic films that are perfectly calibrated and hold the viewer's breath throughout the story.

    We thus discover Sarah (Julia Sarah Stone) who, after running away from home and facing recurring nightmares, decides to take part in a sleep study that gradually becomes a nightmarish dive into the depths of her mind and leads her to face a demonic entity with an increasingly strong imprint on her. Her nightmares seem to come to life and not only endanger her life but also that of her loved ones.

    Writer and director Anthony Scott Burns has succeeded in creating a truly disturbing framework in which the analysis of the dream is at the center of the story. Also present as his son's cinematographer and editor, Burns has complete control over his work and can therefore totally control his film without having to respond to certain diktats but also to deliver the film he really had in mind. This freedom is totally felt through a willingness to propose a film with its own foundations, even if the theme of nightmares coming to life is a recurrent theme in horrific cinema (one will think in particular of the Nightmare on Elm Street film saga).

    To bring Sarah's nightmares to life, the director demonstrates a real know-how, particularly in the use of space but also in the noises that reinforce the disturbing climate. One can also feel the influence on this director of John Carpenter by his willingness to function economically and to use music perfectly to reinforce the oppressive climate of the film. In the same way, the presence of the young actress Julia Sarah Stone gives this film real credibility as her acting is irreproachable and succeeds in giving a real psychological depth to her character.

    Certainly the end of the film spoils a little the success of this one so much it comes to explain the reason of Sarah's incessant nightmares. Yet the great care taken in the direction and above all a will to avoid any repetition and to build a film with a visible care on the screen leaves us to hope that we have not heard the last of director Anthony Scott Burns.

    Come True
    Written and Directed by Anthony Scott Burns
    Produced by Steven Hoban, Mark Smith
    Starring Landon Liboiron, Skylar Radzion, Julia Sarah Stone, Tiffany Helm, Tedra Rogers, Chantal Perron, Carlee Ryski, Marla Renae, Michelle Rios
    Executive producers: Andrea Hatzinikolas, Vincenzo Natali, Christopher Wallace
    Music by Anthony Scott Burns, Pilotpriest, Electric Youth
    Cinematography: Anthony Scott Burns
    Edited by Anthony Scott Burns
    Production companies : Reel Suspects
    Release date: March 12, 2021 (USA)
    Running time: 105 minutes

    Seen January 29 janvier (Gerardmer Festival)

  • 4