Logo
Accueil > Reviews > Willy's Wonderland

Willy's Wonderland

  • Willy's Wonderland
    Un solitaire (Nicolas Cage) se retrouve bloqué dans une ville isolée lorsque sa voiture tombe en panne. Incapable de payer les réparations dont il a besoin, il accepte de passer la nuit à nettoyer Willy's Wonderland, un centre de loisirs familial abandonné. Mais ce pays des merveilles a un sombre secret que ce concierge est sur le point de découvrir. Il se retrouve bientôt enfermé dans une bataille épique avec des mascottes animatroniques possédées qui errent dans les couloirs. Pour survivre, il doit se frayer un chemin à travers chacune d'elles.

Critique de Mulder

  • Il était un temps où le cinéma horrifique se révélait être aussi effrayant qu’original et mettait en avant des réalisateurs capables de transcender un genre mineur pour livrer aux spectateurs de véritables grand huit horrifiques. En découvrant Willy's Wonderland on retrouve intact tout le charme de ces productions de genre des années 80 et 90 c’est-à-dire des films qui ne cherchent pas à tout prix à impressionner leur public mais à proposer un véritable univers macabre tout en répondant à un cahier des charges préétabli (nudité, humour, scènes sanglantes et une fin laissant présager une suite le plus souvent). Alors que The banana splits movie de Danishka Esterhazy sorti en 2019 aux Etats-Unis (qui nous présentait l’affrontement entre un public d’une émission télévisée The Banana Splits et des robots meurtriers correspondant aux personnages de ce show) se révélait être une déception eu égard à un scénario trop confus, Willy's Wonderland reprend ce même concept de créatures tueuses pour le transplanter dans un restaurant à thème sur lequel plane une malédiction ancienne.

    Le film place l’action dans la ville isolée de Hayesville (Nevada) , un vagabond muet qui vient d’avoir un accident de la route avec son bolide, une chevrolet Camaro, et ne pouvant pas payer les réparations car aucun distributeur dans la ville et le garagiste refuse d’être payé par carte de crédit accepte de travailler comme concierge le temps d’une nuit à Willy's Wonderland, un centre de divertissement familial qui a fermé ses portes suite à différents accidents graves. Ses tâches ménagères se transforment en une lutte acharnée pour sa survie lorsque les huit personnages animatroniques du restaurant s'animent et tentent de le tuer. Faisant équipe avec un groupe d'adolescents qui ont également trouvé leur chemin dans le bâtiment, il est obligé de se défendre dans une course désespérée pour survivre jusqu'au matin.

    Sur un scénario simpliste et en déroulant essentiellement l’action au sein du Willy's Wonderland , le film se révèle non seulement jubilatoire grâce à la présence d’un Nicolas Cage en pleine forme mais aussi n’hésite pas à égratigner la mentalité de certaines petites villes américaines prêtes à tout pour garder leur calme.

    Dans un rôle muet, Nicolas Cage se révèle ici un argument de taille pour sortir cette production horrifique de son cadre et en faire une comédie horrifique déjantée et terriblement efficace. A la lisière du thriller, du western par cet étranger qui arrive dans une ville et se voit charger de faire le ménage au propre comme au figuré, Willy's Wonderland s’impose comme une bonne surprise et surtout l’un des meilleurs films avec Nicolas Cage vu récemment. Certes son personnage ne dira aucun mot mais son comportement proche d’un véritable psychokiller inversera la donne face à ces créatures qui se révèlent être possédées par l’ancien tenancier de Willy's Wonderland et de son équipe.

    On appréciera aussi le grand soin donné aux personnages diaboliques que sont Arty l'alligator, Cammy Le caméléon, Gus Le gorille, Jackson le chevalier, Ozzie l'autruche, Sara La Sirène, Tito La tortue et Willy la belette. Leurs affrontements avec le personnage incarné par Nicolas Cage est assurément une raison pour laquelle il faut voir Willy's Wonderland. Violent, outrancier et filmé avec talent, ce scènes donnent à cette production indépendante une valeur ajoutée indéniable et nous ne pouvons que vous conseiller de découvrir ce film.

    Willy's Wonderland
    Un film de Kevin Lewis
    Produit par Nicolas Cage, Grant Cramer, Jeremy Davis, Mike Nilon, David Ozer, Bryan Lord
    Scénario de G. O. Parsons
    Avec Nicolas Cage, Emily Tosta, Ric Reitz, Chris Warner, Kai Kadlec, Christian Delgrosso, Caylee Cowan
    Terayle Hill, Jonathan Mercedes, David Sheftell, Beth Grant
    Musique d’Émoi
    Directeur de la photographie : David Newbert
    Montage Ryan Liebert
    Production : Saturn Films, JD Entertainment, Landafar Entertainment, Landmark Studio Group, Foresight Unlimited
    Distribution : Screen Media Films
    Date de sortie : 12 février 2021 (Etats-Unis)
    Durée : 82 minutes

    Vu le 12 février 2021 en version originale

  • 4

Critique de Fox

  • There was a time when horrific cinema turned out to be as frightening as it was original, and featured directors capable of transcending a minor genre to deliver to viewers real horrific roller coasters. In discovering Willy's Wonderland, we find intact all the charm of these genre productions of the 80's and 90's, that is to say, films that do not seek at all costs to impress their audience but to propose a true macabre universe while responding to pre-established specifications (nudity, humor, bloody scenes and an ending that most often foreshadows a sequel). While Danishka Esterhazy's The banana splits movie released in 2019 in the United States (which presented the confrontation between an audience of a TV show The Banana Splits and murderous robots corresponding to the characters of this show) turned out to be a disappointment regarding a too confused scenario, Willy's Wonderland takes this same concept of killer creatures to transplant it in a theme restaurant on which hovers an ancient curse.

    The film sets the action in the remote town of Hayesville, Nevada, where a mute drifter who has just been in a car accident with his speedster, a Chevrolet Camaro, is unable to pay for repairs because no ATM in town and the garage owner refuses to be paid by credit card and agrees to work as a janitor for one night at Willy's Wonderland, a family entertainment center that has closed down due to a number of fatal accidents. His household chores turn into a bitter struggle for survival when the restaurant's eight animatronic characters come to life and try to kill him. Teaming up with a group of teenagers who have also found their way into the building, he is forced to defend himself in a desperate race to survive until morning.

    Based on a simplistic scenario and taking place essentially in Willy's Wonderland, the film is not only jubilant thanks to the presence of a fit Nicolas Cage, but also does not hesitate to scratch the mentality of some small American towns ready to do anything to keep their calm. The

    In a silent role, Nicolas Cage proves here to be a strong argument to take this horrific production out of its frame and turn it into a crazy and terribly effective horror comedy. On the edge of the thriller, a western by this stranger who arrives in a city and is given the task of cleaning up both literally and figuratively, Willy's Wonderland is a good surprise and above all one of the best films with Nicolas Cage seen recently. His character won't say a word, but his behavior, close to a real psychokiller, will reverse the situation with these creatures who turn out to be possessed by the former owner of Willy's Wonderland and his team.

    One will also appreciate the great care given to the diabolical characters that are Arty the alligator, Cammy the chameleon, Gus the gorilla, Jackson the knight, Ozzie the ostrich, Sara the mermaid, Tito the turtle and Willy the bellette. Their confrontations with the character played by Nicolas Cage is certainly a reason to see Willy's Wonderland. Violent, outrageous and filmed with talent, these scenes give this independent production an undeniable added value and we can only advise you to discover this film...

    Willy's Wonderland
    Directed by Kevin Lewis
    Produced by Nicolas Cage, Grant Cramer, Jeremy Davis, Mike Nilon, David Ozer, Bryan Lord
    Written by G. O. Parsons
    Starring Nicolas Cage, Emily Tosta, Ric Reitz, Chris Warner, Kai Kadlec, Christian Delgrosso, Caylee Cowan, Terayle Hill, Jonathan Mercedes, David Sheftell, Beth Grant
    Music by Émoi
    Cinematography: David Newbert
    Edited by Ryan Liebert
    Production company: Saturn Films, JD Entertainment, Landafar Entertainment, Landmark Studio Group, Foresight Unlimited
    Distributed by Screen Media Films
    Release date: February 12, 2021 (United States)
    Running time: 82 minutes

    Viewed on February 12, 2021

  • 4