Logo
Accueil > Reviews > Bloody Hell

Bloody Hell

  • Bloody Hell
    Lorsqu'un braquage de banque tourne mal, Rex Coen passe huit ans en prison. A sa libération, il est devenu tristement célèbre dans sa ville natale de Boise, dans l'Idaho. Cette attention indésirable oblige Rex à fuir le pays, à la recherche d'une vie meilleure. Mais il atterrit dans un nouvel enfer. Il se réveille drogué, battu et ligoté... Rex se tourne vers sa Conscience personnifiée, qu'il a évoquée pour l'aider à faire face à son horrible passé. Ensemble, ils doivent courir contre la montre pour se libérer d'une famille tordue qui cache un sombre secret.

Critique de Mulder

  • Certains films de genre réussissent non seulement à dépasser toute nos attentes mais surtout à nous tenir en haleine tout au long du récit sans aucune fausse note et surtout en nous proposant un scénario original, des nombreuses scènes jubilatoires mais aussi à découvrir un nouveau réalisateur qui possède un véritable don de conteur. Après plusieurs courts métrages (Flight (2004), Bomb (2005)), Bloody Hell est le nouveau film d’Alister Grierson après Kokoda (2006), Sanctum (2011) et Tiger (2018) et assurément à ce jour de loin son meilleur. Véritable expérience cinématographique et hommage vibrant aux films de genre, Bloody Hell mixte à la perfection le film d’action, la comédie horrifique et d’une certaine manière le film romantique avec cet anti-héros par excellence nous rappelant par certains côtés aussi bien John McClane (le clin d’œil à Die Hard est parfaitement bien amené) mais aussi à Ashley 'Ash' J. Williams avec notamment quelques rapprochements clairement présentés. On ne redira jamais assez l’importance dans un film de genre de porter une grande attention non seulement aux personnages mais aussi au rythme et celui de Bloody Hell pourrait presque s’imposer comme un chef d’œuvre du genre tant il arrive constamment à nous étonner et à jongler entre les genres et donner vie à un personnage non seulement attachant mais qui semble marqué par une malchance hors du commun à force de ne pas pouvoir maitriser son instinct puissant de survie.

    Dès les premières minutes, nous découvrons le personnage principal, Rex Coen (Ben O'Toole) qui se retrouve pris en otage dans une banque par plusieurs malfaiteurs. N’écoutant que son courage, il arrive non seulement à s’opposer à eux mais aussi à leur régler leur compte une bonne fois pour toute tout en draguant une des banquières et en lui sauvant la vie. Malheureusement sa rage destructive de survie va l’amener à commettre une faute impardonnable et l’amener à passer huit ans en prison et en même temps devenir une star locale pour son courage indiscutable et la violence à laquelle il a dû recourir pour renverser la situation. Son action ayant été filmée, il est ainsi devenu malgré lui une star des réseaux sociaux et même huit ans après les faits, à sa sortie de prison, la presse semble prendre un malin plaisir à le mettre en avant dans des tabloïds.

    Pourtant Rex Coen ne souhaite que vivre normalement et son traitement pour tenir le coup l’a amené un créé un double de lui-même irréel mais qui semble communiquer avec lui (certaines scènes du film nous renvoient ainsi au personnage de Ash dans Evil Dead à notre plus grand plaisir). Décidé à refaire sa vie, Rex Coen quitte sa ville de Boise (Idaho) pour chercher refuge en Finlande mais une nouvelle fois la malchance va jouer contre lui et il va se retrouver pris en otage et attaché dans une cave d’une famille de psychopathes habitant à Helsinki. Ne pouvant compter que sur lui-même et sur la fille, Alia (Meg Fraser) de cette famille, Rex Coen va devoir non seulement cette fois sauver sa vie mais aussi celle de cette dernière.

    Si Bloody Hell s’impose comme une véritable réussite c’est que non seulement le scénario de Robert Benjamin est d’une efficacité redoutable mais surtout que le casting est parfaitement élaboré et permet à Ben O'Toole de trouver un rôle sur mesure et qui a toutes ses chances de retenir l’attention des grands studios hollywoodiens. Après le réussi et original Nekrotronic (2018) et des seconds rôles dans des films hollywoodiens, il démontre non seulement qu’il a toutes les qualités pour être un héros d’un film d’action mais aussi se révèle aussi parfait dans les scènes comiques du film. L’humour ici présent permet d’atténuer les nombreux effets gores de ce film et surtout nous montrer un véritable contraste culturel entre la Finlande et les Etats-Unis. Il est certain qu’après avoir vu ce film, on aura tendance à ne pas vouloir aller dans ce pays car l’accueil des gens ne semblent curieusement pas très attractif.

    Bloody Hell réussit également là où de nombreux films de genre échouent car il démontre une nouvelle fois que ce n’est pas le budget d’un film qui en fait forcément sa réussite mais l’attachement de l’équipe d’un film à donner le meilleur d’eux-mêmes. On appréciera aussi dans ce film la présence de la comédienne Meg Fraser qui se révèle être une excellente scream queen mémorable dont le courage et la force de survivre ne laissera personne insensible. Après avoir pu découvrir ce film dans d’excellentes conditions, on ne peut que vous le conseiller car il a toutes ses chances de venir aussi culte qu’un Evil dead dont il est l’un des meilleurs descendants.

    Bloody Hell
    Réalisé par Alister Grierson
    Produit par Joshua Paul, Brett Thornquest
    Écrit par Robert Benjamin
    Avec Ben O'Toole, Caroline Craig, Matthew Sunderland, Travis Jeffery, Jack Finsterer, Meg Fraser, Ashlee Lollback
    Musique de Brian Cachia
    Directeur de la photographie : Brad Shield
    Montage : Robert Benjamin, Alister Grierson
    Distribution : The Horror Collective
    Date de sortie : 14 janvier 2021 (États-Unis)
    Durée : 94 minutes

    Vu le 25 décembre 2020 (screener presse)

  • 5

Critique de Fox

  • Some genre films not only manage to exceed all our expectations but also to keep us on the edge of our seats throughout the story without any false notes and especially by offering us an original script, numerous jubilant scenes but also to discover a new director who has a real gift for storytelling. After several short films (Flight (2004), Bomb (2005)), Bloody Hell is Alister Grierson's new film after Kokoda (2006), Sanctum (2011) and Tiger (2018) and certainly his best to date. A true cinematic experience and a vibrant tribute to genre films, Bloody Hell perfectly mixes action film, horror comedy and somehow romantic film with this anti-hero par excellence reminding us in some ways of both John McClane (the nod to Die Hard is perfectly brought out) but also Ashley 'Ash' J. Williams with some clearly presented connections. One can never stress enough the importance in a genre film of paying attention not only to the characters but also to the rhythm and Bloody Hell could almost impose itself as a masterpiece of the genre as it constantly manages to amaze us and to juggle between the genres and give life to a character who is not only endearing but who seems to be marked by an extraordinary bad luck due to not being able to master his powerful survival instinct.

    From the very first minutes, we discover the main character, Rex Coen (Ben O'Toole) who finds himself taken hostage in a bank by several criminals. Listening only to his courage, he manages not only to oppose them but also to settle their account once and for all while hitting on one of the bankers and saving her life. Unfortunately, his destructive rage for survival led him to commit an unforgivable mistake and led him to spend eight years in prison and at the same time become a local star for his indisputable courage and the violence he had to resort to to turn the situation around. His action having been filmed, he became a social network star in spite of himself and even eight years after the fact, when he was released from prison, the press seems to take a malicious pleasure in highlighting him in tabloids.

    However Rex Coen only wants to live normally and his treatment to hold out has brought him to create a double of himself that is unreal but which seems to communicate with him (some scenes of the film thus refer us to the character of Ash in Evil Dead to our great pleasure). Determined to rebuild his life, Rex Coen decides to leave his city of Boise (Idaho) to seek refuge in Finland but once again bad luck will play against him and he will find himself taken hostage and tied up in a cellar of a family of psychopaths living in Helsinki. With only himself and the daughter, Alia (Meg Fraser) of the family to rely on, Rex Coen will have to save not only his life this time, but also that of the latter.

    If Bloody Hell imposes itself as a real success, it is not only because Robert Benjamin's script is so efficient but also because the casting is perfectly elaborated and allows Ben O'Toole to find a role that is tailor-made and that has all the chances to catch the attention of the big Hollywood studios. After the successful and original Nekrotronic (2018) and supporting roles in Hollywood movies, he not only shows that he has all the qualities to be a hero in an action movie but also proves to be perfect in the comedy scenes of the movie. The humor here helps to mitigate the many gory effects of this film and above all shows us a real cultural contrast between Finland and the United States. It is certain that after seeing this movie, we will tend not to want to go to this country because the welcome of the people doesn't seem curiously attractive.

    Bloody Hell also succeeds where many genre films fail because it shows once again that it is not the budget of a film that necessarily makes it successful but the commitment of a film's team to give the best of themselves. We will also appreciate the presence of actress Meg Fraser who proves to be an excellent and memorable scream queen whose courage and strength to survive will leave no one indifferent. After discovering this movie in excellent conditions, we can only advise you to watch it because it has every chance of coming as cult as the dead Evil of which he is one of the best descendants.

    Bloody Hell
    Directed by Alister Grierson
    Produced by Joshua Paul, Brett Thornquest
    Written by Robert Benjamin
    Starring Ben O'Toole, Caroline Craig, Matthew Sunderland, Travis Jeffery, Jack Finsterer, Meg Fraser, Ashlee Lollback
    Music by Brian Cachia
    Cinematography: Brad Shield
    Edited by Robert Benjamin, Alister Grierson
    Distributed by The Horror Collective
    Release date: January 14, 2021 (United State)
    Running time: 94 Minutes

    Viewed on December 25, 2020 (screener press)

  • 5