Logo
Accueil > Reviews > Vagabondes

Vagabondes

  • Vagabondes
    Quatre personnes au bord du monde, en marge de la société, vont chacune faire une rencontre " séisme ". Quatre personnages en errance à priori sans lendemain qui vont s’offrir de quoi espérer. Jo et Faustine, ce sont deux mondes qui s’entrechoquent : la misère et l’opulence, l’analphabétisme et la culture. Une jeune femme marginalisée, qui vit dans sa voiture et, une autre, écrivain en herbe, fuyant sa famille et la société de consommation. Si Jo est un magma d’émotions et d’histoires, Faustine sera peut-être l’encre qui l’écrira. Soha et Anastasia sont deux jeunes solitaires abimés par l’existence et la drogue qui tombent l’un sur l’autre et qui n’arrivent pas à se séparer. Main dans la main, ils se tirent du passé pour essayer d’exister au présent. Vont-ils repasser de l’autre côté ou vont-ils puiser dans l’amitié, dans l’amour, les forces nécessaires à un basculement dans une vie " normale " ?

Critique de Mulder

  • Dans le cadre du Austin Film Festival nous avons pu découvrir le nouveau film co-écriit et réalisé par Philippe Dajoux Vagabondes (Les collègues (1999), La grandes vie ! (2001)), Deux au crarré (2016)). En abandonnant le registre de la comédie populaire, Philippe Dajoux nous livre ici tout simplement son meilleur film à ce jour et réussit à donner vie à des personnages aux fêlures nombreuses et attachants.

    Dans Vagabondes, nous découvrons quatre personnes en marge de la société qui vont se rencontrer et s’entraider. Ces personnes apparemment sans avenir, vont découvrir le sens de l'espoir et surtout retrouver l’envie de changer leur vie quotidienne. Pour Jo et Faustine, deux mondes s'affrontent : la misère et l'opulence, l'analphabétisme et la culture. L'un est une jeune femme qui vit dans sa voiture en panne, tandis que l'autre, un écrivain en herbe, a fui sa famille et sa vie de consommation confortable. Jo est un gâchis d'émotions explosives avec un lourd passé, et Faustine pourrait être sur le point d'écrire son histoire. Soha et Anastasia sont deux jeunes vagabonds isolés, abîmés par la drogue et la rue. Ils tombent l'un sur l'autre et deviennent inséparables. Ensemble, ils leur passé pour aller vers un meilleur présent.

    La grande force du cinéma indépendant qu’il soit français, canadien ou américain est de pouvoir traiter librement de sujets d’actualité sans avoir à subir les diktats de studios voyant les films comme de simples produits marketing prêts à conquérir des parts de marché en reposant plus sur des castings prestigieux que sur des scénarios ambitieux et maitrisés. Certes, il arrive encore de trouver de grands films français qui arrivent à trouver comment contenter les studios dont ils émanent et à leurs réalisateurs de laisser libre-court à leurs inspirations.

    Des films comme Adieu les cons d’Abert Dupontel, Bac Nord de Cédric Jimenez ou encore Comment je suis devenu Super-Héros de Douglas Attal montre que le cinéma français sont des films capables de rivaliser avec ceux des grands studios américains et de rencontrer un très large public tant ils sont pétris du même amour pour le cinéma que Vagabondes de Philippe Dajoux. Certes ici, les moyens financiers ne sont pas les mêmes mais les comédiens principaux livrent des interprétations remarquables et apportent leur contribution à montrer les nombreux travers de de notre société actuelle.

    Ce film dresse aussi un paysage de la France plus réaliste et moins idyllique que ceux de nombreux autres et cela ajoute une valeur indéniable au film. En restant dans le concret, en évitant un happy end larmoyant et surtout en amenant les spectateurs à la réflexion, Vagabondes s’impose comme l’un de nos gros coups de cœur du Austin Film Festival. On espère que son réalisateur Philippe Dajoux continuera sur cette trace pour ses prochains films et surtout que Vagabondes sera distribué en France que cela soit en sortie cinéma ou vidéo.

    Vagabondes
    Un film de Philippe Dajoux
    Produit par Emmanuel Montamat, Philippe Dajoux
    Scénario de Philippe Dajoux and Rebecca Bitan
    Avec Sergi Lopez, Slimane Dazi, Sacha Bourdo, Pauline Bression, Bryan Tresor, Marysol Fertard, Aurelie Reinhorn, Andrea Ferreol, Michael Jonasz, Jo Prestia, Vincent Garanger, Francois Vincentelli
    Musique de Levon Minasian, Faf La Rage, Sébastien Damiani, Manu Katché, Jean-Yves D'Angelo
    Directeur de la photographie : Bruno Rossanvallon
    Montage Sébastien Pourcel
    Production : Lily and Lola Studios
    Durée : 108 minutes

    Vu le 25 octobre 2020 (accès online Austin Film Festival)

  • 4.5

Critique de Fox

  • Within the framework of the Austin Film Festival we were able to discover the new film co-written and directed by Philippe Dajoux Vagabondes (Les collègues (1999), La grande vie ! (2001)), Deux au crarré (2016)). By abandoning the register of popular comedy, Philippe Dajoux gives us here quite simply his best film to date and succeeds in giving life to characters with numerous and endearing cracks.

    In Vagabondes, we discover four people on the margins of society who will meet and help each other. These people, who seem to have no future, will discover the meaning of hope and above all find the desire to change their daily life. For Jo and Faustine, two worlds clash: misery and opulence, illiteracy and culture. One is a young woman living in her broken-down car, while the other, a budding writer, has fled her family and her comfortable consumer life. Jo is a waste of explosive emotions with a heavy past, and Faustine could be about to write her story. Soha and Anastasia are two isolated young vagabonds, damaged by drugs and the street. They bump into each other and become inseparable. Together, they bring their past to a better present.

    The great strength of independent cinema, be it French, Canadian or American, is that it is able to deal freely with current affairs without having to endure the diktats of studios that see films as mere marketing products ready to conquer market share by relying more on prestigious castings than on ambitious and mastered scripts. Admittedly, it still happens to find great French films that manage to find ways to satisfy the studios from which they emanate and their directors to let their inspirations run free.

    Films such as Adieu les cons by Abert Dupontel, Bac Nord by Cédric Jimenez or Comment je suis devenu Super-Héros by Douglas Attal show that French cinema is capable of rivaling those of the big American studios and of meeting a very large audience, as they are steeped in the same love for cinema as Vagabondes by Philippe Dajoux. Admittedly, the financial means are not the same here, but the main actors deliver remarkable interpretations and bring their contributions to show the many shortcomings of our current society.

    This film also portrays a landscape of France that is more realistic and less idyllic than those of many others and this adds an undeniable value to the film. By staying in the concrete, avoiding a tearful happy ending and above all by making viewers think, Vagabondes stands out as one of our big favorites of the Austin Film Festival. We hope that its director Philippe Dajoux will continue on this path for his next films and above all that Vagabondes will be distributed in France whether it is in cinema or video release.

    Vagabondes
    Directed by Philippe Dajoux
    Produced by Emmanuel Montamat, Philippe Dajoux
    Written by Philippe Dajoux and Rebecca Bitan
    Starring Sergi Lopez, Slimane Dazi, Sacha Bourdo, Pauline Bression, Bryan Tresor, Marysol Fertard, Aurelie Reinhorn, Andrea Ferreol, Michael Jonasz, Jo Prestia, Vincent Garanger, Francois Vincentelli
    Music : Levon Minasian, Faf La Rage, Sébastien Damiani, Manu Katché, Jean-Yves D'Angelo
    Cinematography : Bruno Rossanvallon
    Edited by Sébastien Pourcel
    Production companies : Lily and Lola Studios
    Running time : 108 minutes

    Viewed October 25, 2020 (online access Austin Film Festival)

  • 4.5