Logo
Accueil > Reviews > Two Deaths of Henry Baker

Two Deaths of Henry Baker

  • Two Deaths of Henry Baker
    Lorsque le célèbre hors-la-loi Henry Baker est libéré de prison après 18 ans, de vieux amis et ennemis l'attendent. Le fils qu'il a laissé derrière lui,est chargé de veiller sur ses richesses volées. Un vagabond barbu avec un pistolet et une cicatrice de balle vieille de plusieurs décennies dans l'estomac. Un adjoint imbibé d'alcool avec une demi-oreille sur le côté. Et un escroc de rue brûlé avec une mère malade et une vendetta enragée. Ils suivent Henry jusqu'à un hôtel délabré où il prévoit de retrouver son fils, et le sac d'or secret qu'il a laissé derrière lui.

Critique de Mulder

  • Le cinéma Indépendant est un tremplin parfait pour de jeunes réalisateurs afin de montrer que malgré des moyens réduits, ils sont capables de donner vie à des films ambitieux et pétris avec un amour véritable de passionnés de cinéma. Dans ce premier film écrit par Sebastian Pigott et réalisé par Felipe Mucci, l’histoire certes simpliste se veut à la fois un véritable hommage aux westerns qui ont nourri notre passé mais aussi aux thrillers intimistes dans lesquels l’accent est plus mis sur la construction psychologique des personnages que sur l’action elle-même.

    L’histoire commence à la fin des années 50 et montre le personnage d’Henry Baker (Gi Bellows) aidant son père à cacher de l’argent que celui-ci a volé. Cette première scène parfaitement maitrisée est au centre même du récit et aura des répercussions nombreuses pour Henry Baker. Une trentaine d’année plus tard, Henry Baker revient avec son fils Hank pour récupérer le butin caché et affronter son frère Sam Bird (également interprété par Gil Bellows). Cet affrontement et ses terribles conséquences valent dix ans de prison à Henry Baker. Dix huit ans après, en 2008, à la sortie de prison d’Henry Baker, son fils Hank devenu adulte va aller à l’encontre de son père et scellé un destin qui va se révéler être funeste.

    Si Two Deaths of Henry Baker se révèle être une des bonnes surprises du Austin Film Festival c’est qu’il bénéficie non seulement d’un scénario parfaitement maitrisé et original mais surtout qu’il repose sur des comédiens aguerris qui se sont totalement investis dans ce film indépendant. Gil Bellows (Billy Thomas dans la série culte Ally McBeal) livre ici une de ses meilleures interprétations dans un double rôle et rajoute ainsi une valeur ajoutée certaine à ce film. De la même manière la photographie réussie de Two Deaths of Henry Baker et l’utilisation de la musique de Steve D'Angelo renforce notre immersion dans ce drame psychologique profond nous rappelant par la même occasion certains westerns et films noirs de notre passé.

    Nous ne pouvons donc que vous conseiller de découvrir Two Deaths of Henry Baker lors de sa prochaine sortie en vidéo et attendons avec une réelle impatience le nouveau film de Felipe Mucci. En espérant qu’il bénéficiera du même soin et sera porté par un casting tout aussi réussi.

    Two Deaths of Henry Baker
    Un film de Felipe Mucci
    Produit par Hayden Baptiste, Andrew C. Erin, Bonnie Zipursky
    Scénario de Sebastian Pigott
    Avec Gil Bellows, Tony Curran , Sebastian Pigott, Dani Kind, Jess Salgueiro, Joe Dinicol
    Musique de Steve D'Angelo
    Directeur de la photographie : Adrian Langley
    Montage : Adrian Langley
    Durée : 94 minutes

    Vu le 29 octobre 2020 (accès online Austin Film Festival)

  • 3.5

Critique de Fox

  • The Independent Cinema is a perfect springboard for young directors to show that, despite limited means, they are able to bring ambitious films to life, and that they are filled with the true love of film enthusiasts. In this first film written by Sebastian Pigott and directed by Felipe Mucci, the admittedly simplistic story is at the same time a true homage to the westerns that fed our past but also to the intimate thrillers in which the emphasis is more on the psychological construction of the characters than on the action itself.

    The story begins in the late 50s and shows the character of Henry Baker (Gi Bellows) helping his father hide money he has stolen. This first perfectly mastered scene is at the very center of the story and will have many repercussions for Henry Baker. About thirty years later, Henry Baker returns with his son Hank to retrieve the hidden loot and confront his brother Sam Bird (also played by Gil Bellows). This confrontation and its terrible consequences are worth ten years in prison to Henry Baker. Eighteen years later, in 2008, when Henry Baker is released from prison, his son Hank, now an adult, will go against his son and seal a fate that will turn out to be disastrous.

    If Two Deaths of Henry Baker turns out to be one of the good surprises of the Austin Film Festival, it is because it benefits not only from a perfectly mastered and original script, but above all because it is based on seasoned actors who have totally invested themselves in this independent film. Gil Bellows (Billy Thomas in the cult series Ally McBeal) gives here one of his best interpretations in a double role and thus adds a certain added value to this film. In the same way the successful photography of Two Deaths of Henry Baker and the use of Steve D'Angelo's music reinforces our immersion in this deep psychological drama reminding us at the same time of some westerns and film noirs of our past.

    We can therefore only advise you to discover Two Deaths of Henry Baker on its next video release and look forward to Felipe Mucci's new film. Hopefully it will be given the same care and attention and will be supported by an equally successful cast.

    Two Deaths of Henry Baker
    Directed by Felipe Mucci
    Produced by Hayden Baptiste, Andrew C. Erin, Bonnie Zipursky
    Written by Sebastian Pigott
    Starring Gil Bellows, Tony Curran , Sebastian Pigott, Dani Kind, Jess Salgueiro, Joe Dinicol
    Music by Steve D'Angelo
    Cinematography: Adrian Langley
    Edited by Adrian Langley
    Running time: 94 minutes

    Seen on October 29, 2020 (online access Austin Film Festival)

  • 3.5