Logo
Accueil > Reviews > Don’t look back

Don’t look back

  • Don’t look back
    Lorsqu'une jeune femme qui a surmonté son passé traumatisant se retrouve parmi plusieurs témoins qui voient un homme mortellement agressé et n'interviennent pas, ils se retrouvent pris pour cible par quelqu'un, ou quelque chose, qui veut se venger.

Critique de Mulder

  • “ Avec Don't Look Back, je voulais créer un film de mystère/suspension/horreur qui traite du manque d'empathie des gens les uns envers les autres... ainsi que des thèmes de la culpabilité, du karma et de la foi. C'est ce que j'aime dans ce genre... nous pouvons divertir et effrayer les gens... tout en leur donnant, je l'espère, quelque chose à quoi penser lorsqu'ils ont terminé de voir ce film. En faisant cela comme dans les films indépendants, j'ai pu choisir qui je voulais et j'ai découvert une merveilleuse actrice noire, Kourtney Bell, dans le rôle principal. Kourtney est un bijou qui aime le genre et qui veut être une Scream Queen. " - Jeffrey Reddick

    Le cinéma horrifique reste une terre fertile pour des réalisateurs passionnés de cinéma et souhaitant mettre en scène des films leur ressemblant, sincères, innovateurs et originaux. Don't look back est ainsi un premier film aussi réussi qu'effrayant. Le réalisateur et scénariste Jeffrey Reddick (créateur de la saga culte Destination Final) parvient à jouer sur les codes du thriller et du film fantastique pour livrer un film qui saura parfaitement vous faire frissonner et surtout vous interpeller sur le fait de devoir intervenir lorsque des personnes sont en danger.

    A une époque où le cinéma d'horreur a tendance à se répéter et manque cruellement d'audace, Jeffrey Reddick se révèle être un excellent scénariste autant qu'un grand réalisateur en devenir. Son premier film vaut le détour. Loin du cinéma hollywoodien dans lequel la plupart des réalisateurs sont muselés, Jeffrey Reddick donne vie à un film qui lui ressemble. Après des scènes mettant en relief le climat de violence et d’insécurité des rues de certaines villes américaines et nous présentant des innocents attaqués par de sombres individus, nous découvrons une jeune femme Caitlin Kramer (Kourtney Bell) marquée par un événement tragique de son passé et qui se retrouve parmi plusieurs témoins d’un homme mortellement agressé et qui n’ont pas osé intervenir pour arrêter un agresseur de commettre l’impardonnable. Les témoins se retrouvent à leur tour menacer par une présence vengeresse.

    Don’t look back réussit à mixer intelligemment thriller et film fantastique et surtout à faire tressaillir les spectateurs avec de nombreuses scène marquantes. Jeffrey Reddick après avoir été le créateur d’une des meilleures sagas cinématographiques horrifiques et avoir mis en scène deux courts métrages Good Samaritan (2014) et Divine Cure (2016) nous livre un premier film maitrisé malgré un budget restreint. En découvrant ce film on pensera certes à de nombreux thrillers notamment les films d’Alfred Hitchcock (la présence d’un corbeau n’est pas un hasard fortuit) mais aussi à des films horrifiques jouant en même temps sur les rêves et la réalité comme la saga cinématographique Les griffes de la nuit (Nightmare on Elm Street). Jusqu’au dénouement final plutôt original, Don’t look back nous tient en haleine et s’avère être un premier film réussi

    L’utilisation de la musique pour renforcer l’immersion dans ce film ainsi que le grand soin porté au son donne à Don’t look back une aura particulière et montre qu’il est encore possible de réaliser d’excellent thrillers horrifiques sans à avoir à verser dans l’outrancier ou mettre en scène des déferlement sanglants. Au contraire, il faut donner aux personnages une réelle épaisseur psychologique et les mettre dans des situations dangereuses afin de créer un véritable lien émotionnel avec les spectateurs.

    A noter que ce film sera projeté dans le cadre du festival britanninque Frighfest qui se tiendra virtuellement du 21 au 25 octobre prochain.

    Don’t look back
    Écrit et réalisé par Jeffrey Reddick
    Produit par Roman Dent, Ashleigh Snead
    Avec Kourtney Bell, Will Stout, Skyler Hart, Jeremy Holm, Jaqueline Fleming, Amanda Grace Benitez, Damon Lipari, Han Soto
    Musique de Christopher Thomas
    Directeur de la photographie : Andy Steinman
    Montage : Mike Mendez , Erik Rosenbluh
    Date de sortie : 16 octobre 2020 (États-Unis)
    Durée : 87 minutes

    Vu le 4 octobre 2020 (screener presse)

  • 4

Critique de Fox

  • “ With Don’t Look Back I wanted to create a mystery/suspense/horror film that deals with people’s lack of empathy of each other…as well as the themes of guilt, karma and faith. That’s what I love about our genre…we can entertain and scare people…while hopefully giving them something to think about when they finish the film. By doing this as in Indie film, I was able to cast who I wanted and I discovered a wonderful black actress, Kourtney Bell, as our leading lady. Kourtney is a gem who loves the genre and wants to be scream queen. “ - Jeffrey Reddick

    Horror cinema remains a fertile ground for directors who are passionate about cinema and wish to direct films that resemble them, are sincere, innovative and original. Don't look back is thus a first film as successful as it is frightening. The director and screenwriter Jeffrey Reddick (creator of the cult saga Destination Final) manages to play on the codes of thriller and fantasy film to deliver a film that will perfectly know how to make you shiver and especially how to question you about having to intervene when people are in danger.

    At a time when horror cinema tends to be repetitive and lacks audacity, Jeffrey Reddick proves to be an excellent screenwriter as well as a great director in the making. His first film is worth the detour. Far from the Hollywood cinema in which most directors are muzzled, Jeffrey Reddick gives life to a film that resembles him. After scenes highlighting the climate of violence and insecurity on the streets of certain American cities and showing us innocent people attacked by dark individuals, we discover a young woman, Caitlin Kramer (Kourtney Bell), marked by a tragic event in her past and who finds herself among several witnesses of a man mortally assaulted and who did not dare to intervene to stop an assailant from committing the unforgivable. The witnesses in turn find themselves threatened by a vengeful presence.

    Don't look back succeeds in cleverly mixing thriller and fantasy film and above all makes the spectators thrill with many memorable scenes. Jeffrey Reddick after having created one of the best horror film sagas and having directed two short films Good Samaritan (2014) and Divine Cure (2016) delivers us a first film mastered despite a limited budget. While discovering this film, we will certainly think of many thrillers, notably the films of Alfred Hitchcock (the presence of a crow is not a fortuitous coincidence) but also of horrific films playing at the same time on dreams and reality like the cinematic saga The Claws of the Night (Nightmare on Elm Street). Until the rather original final dénouement, Don't look back keeps us in suspense and turns out to be a successful first film.

    The use of music to reinforce the immersion in this film and the great care given to the sound gives Don't look back a special aura and shows that it is still possible to make excellent horror thrillers without having to pour into the outrageous or staging bloody outbursts. On the contrary, we must give the characters a real psychological depth and put them in dangerous situations in order to create a real emotional bond with the spectators.

    Note that this film will be screened as part of the Britannic festival Frighfest which will be held virtually from October 21 to 25.

    Don't look back
    Written and Directed by Jeffrey Reddick
    Produced by Roman Dent, Ashleigh Snead
    Starring Kourtney Bell, Will Stout, Skyler Hart, Jeremy Holm, Jaqueline Fleming, Amanda Grace Benitez, Damon Lipari, Han Soto
    Music by Christopher Thomas
    Cinematography: Andy Steinman
    Edited by Mike Mendez , Erik Rosenbluh
    Release date: October 16, 2020 (USA)
    Running time: 87 minutes

    Viewed on October 4, 2020 (press sceener)

  • 4