Logo
Accueil > Reviews > Sophie Jones

Sophie Jones

  • Sophie Jones
    Sophie Jones, seize ans, n’arrive pas à faire le deuil récent de sa mère. Le seul moyen qu’elle a trouvé pour ressentir encore quelque chose est de partager son intimité avec une autre personne. Elle interagit ainsi avec les autres dans l’espoir de se sentir encore en vie et de se créer des moments d’égarement. Elle va finalement apprendre que ces rencontres charnelles ne procurent qu’un apaisement de courte durée et que le seul véritable remède à sa détresse est l’amour.

Critique de Mulder

  • Le festival du cinéma américain de Deauville chaque année nous permet de découvrir des premiers films intéressants et abordant des thèmes divers. Dans le cas de ce film réalisé et scénarisé par Jessie Barr trace le portrait d’une jeune adolescente Sophie Jones (Jessie Barr, la cousine de la réalisatrice) qui vient de perdre sa mère est au centre du récit. Elle trouve une source de réconfort dans les bras de deux garçons qu’elle côtoie. Cette vision de l’adolescence sans fard donne à Sophie Jones un attrait tout particulier et permet à sa réalisatrice de proposer un premier film intéressant et qui ne cherche pas forcément à plaire à tout prix mais à rester constamment juste. Le deuil, la recherche de sa féminité et l’âge de l’adolescence trouvent ici par le biais d’une réalisatrice inspirée matière à réflexion.

    Le cinéma indépendant comme le montre si bien ce film n’a pas besoin de moyens financiers importants mais surtout d’un scénario intéressant, d’un casting inspiré et parfaitement dirigé et surtout d’une réelle volonté de donner vie à un film qui dépeint la réalité sans chercher à la transfigurer. Certes ce film ne s’impose pas comme un film parfait mais c’est sa fragilité qui le rend intéressant. Après deux court-métrages Stories We tell ourselves and Too long at the fair, la réalisatrice et scénariste Jessie Barr réussit son passage au long métrage et nous suivons avec plaisir le parcours de cette adolescente rebelle qui n’a pas peur de tenter de nouvelles expériences.

    On comprend également la présence de ce film dans la compétition officielle car il révèle une jeune réalisatrice inspirée qui fait de son film une véritable terre d’expérimentation et s’entoure pour l’occasion de jeunes comédiennes souhaitant enfin avoir des rôles consistants au cinéma loin d’être relayées à des apparitions dans des films ou séries. Certes Sophie Jones n’est pas parfait notamment un rythme que l’on aurait aimé plus rapide et des dialogues plus originaux mais il constitue un premier film intéressant d’une jeune réalisatrice à suivre.

    Sophie Jones
    Un film écrit et réalisé par Jessie Barr
    Produit par Jessie Barr, Joe Dinnen, Lindsay Friedman
    Avec Jessica Barr, Skyler Verity, Claire Manning, Charlie Jackson, Dave Roberts, Tristan Decker, Sam Kamerman, Elle Layne, Chase Offerle
    Musique de Nate Heller
    Directeur de la photographie : Scott Miller
    Montage : Naomi Sunrise Filoramo
    Durée : 85mns

    Vu le 10 septembre 2020 au Centre International de Deauville, en VO

  • 3.5

Critique de Fox

  • The Deauville American Film Festival each year allows us to discover interesting first films on various themes. In the case of this film directed and written by Jessie Barr, the portrait of a young teenage girl Sophie Jones (Jessie Barr, the director's cousin) who has just lost her mother is at the center of the story. She finds solace in the arms of two boys she lives with. This vision of unvarnished adolescence gives Sophie Jones a special appeal and allows her director to offer an interesting first film that does not necessarily seek to please at all costs but to remain constantly accurate. The mourning, the search for femininity and the age of adolescence find here, through an unsprung director, food for thought.

    Independent cinema, as this film shows so well, doesn't need important financial means but above all an interesting script, an inspired and perfectly directed cast and above all a real will to give life to a film that depicts reality without trying to transfigure it. Of course this film is not a perfect film, but it is its fragility that makes it interesting. After two short films Stories We tell ourselves and Too long at the fair, director and screenwriter Jessie Barr recounts her transition to feature film and we follow with pleasure the journey of this rebellious teenager who is not afraid to try new experiences.

    We also understand the presence of this film in the official competition because it reveals an inspired young director who makes her film a real land of experimentation and surrounds herself for the occasion with young actresses wishing to finally have consistent roles in cinema far from being relayed to appearances in films or series. Although Sophie Jones is not perfect, notably a rhythm that we would have liked to have seen faster and more original dialogue, it is an interesting first film by a young director to follow.

    Sophie Jones
    Written and directed by Jessie Barr
    Produced by Jessie Barr, Joe Dinnen, Lindsay Friedman
    Starring Jessica Barr, Skyler Verity, Claire Manning, Charlie Jackson, Dave Roberts, Tristan Decker, Sam Kamerman, Elle Layne, Chase Offerle
    Music by Nate Heller
    Cinematography: Scott Miller
    Edited by Naomi Sunrise Filoramo
    Running time : 85mns

    Seen on September 10, 2020 at the Centre International de Deauville, in VO

  • 3.5