Logo
Accueil > Reviews > Teddy

Teddy

  • Teddy
    Dans les Pyrénées, un loup attise la colère des villageois.Teddy, 19 ans, sans diplôme, vit avec son oncle adoptif et travaille dans un salon de massage. Sa petite amie Rebecca passe bientôt son bac, promise à un avenir radieux. Pour eux, c’est un été ordinaire qui s’annonce. Mais un soir de pleine lune, Teddy est griffé par une bête inconnue. Les semaines qui suivent, il est pris de curieuses pulsions animales…

Critique de Mulder

  • "Nous avons grandi dans un coin perdu du Lot-et-Garonne, entre les champs de maïs et les vergers de kiwi. Et ce sont les monstres qui nous ont sauvé de l’ennui. Notre mère - la plus fervente admiratrice de Stephen King - nous les a inoculés dès le berceau, à travers les nouvelles qu’elle nous lisait. Ces monstres étaient pour nous de fidèles compagnons qui déambulaient dans les rues désertes de notre village. Nous avions à cœur d’en faire un film, et ce film fantastico-campagnard, c’est Teddy !" - Ludovic et Zoran Boukherma.

    En 2016, à 23 ans, les frères jumeaux Ludovic & Zoran Boukherma coréalisaient avec Marielle Gautier et Hugo Thomas leur premier long métrage Willy 1er,. Celui-ci fut récompensé du Prix d’Ornano-Valenti du meilleur premier film français. Teddy, leur deuxième long métrage dont ils signent également le scénario se veut à la fois une comédie et un hommage aux films d’horreur qui ont bercé leur enfance dans les années 80.

    En plantant le décor dans les Pyrénées et en faisant de leur personnage principal, Teddy (Anthony Bajon) un jeune asocial, orphelin et en perpétuelle révolte, Teddy réussit aisément à mettre en place un environnement à part et surtout à insuffler dans la comédie française un véritable vent de renouveau. Loin de se cantonner à une succession de scènes mettant ce jeune délinquant dans des situations de révolte permanente, les deux réalisateurs et scénaristes lui apportent une véritable épaisseur psychologique et l’entourent de parents adoptifs, d’une petite amie dont les parents voient d’un mauvais œil leurs relations et surtout en faisant de lui un employé d’un petit salon de massage dont la patronne Ghislaine (Noémie Lvovsky) le harcèle sexuellement en permanence. Que cela soit à un hommage rendu à des militaires morts pour la France, à une scène de crime ou encore à une soirée entre étudiants, le personnage principal donne au film de nombreuses scènes de comédie réussies et fait que nous nous laisser immerger dans ce film atypique du paysage cinématographique français.

    L’élément fantastique du film vient de la présence d’un loup garou qui sévit dans la région et qui tue aussi bien des troupeaux entiers de moutons mais aussi des personnes (la scène prometteuse d’introduction laisse présager un bon film d’horreur). Lorsque Teddy se fait attaquer par celui-ci, il devient à son tour un loup-garou et sa transformation par étapes successives fait que le film navigue entre une comédie réussie et un film de genre manquant cruellement d’un véritable suspense. En découvrant ce film, il est impossible de ne pas penser aux classiques du genre que sont Hurlements (1981) Le loup-garou de Londres (1981), Wolf (1984). Ce film fait également penser à Carrie (1977) mais aussi à de nombreux films des années 80 dont Teddy rend hommage à sa manière. Malheureusement le côté horrifique du film n’est pas assez maitrisé et montre que ce film ne bénéficie pas d’un budget suffisant pour dévoiler le loup-garou en pleine action. Reste une tentative intéressante de créer un film de loup-garou à la française et une scène de transformation intéressante.

    Présenté dans la sélection officielle Cannes 2020 et figurant au programme du festival du cinéma américain de Deauville, Teddy mérite pourtant amplement le détour notamment pour la présence dans les deux rôles principaux d’Anthony Bajon (Au nom de la terre (2019), la série Ad Vitam) mais aussi de la jeune comédienne Christine Gautier.

    Teddy
    Un film écrit et réalisé par Ludovic et Zoran Boukherma
    Avec Anthony Bajon, Noémie Lvovsky, Christine Gautier
    Compositeur : Amaury Chabauty
    Producteurs délégués : Pierre-Louis Garnon, Frédéric Jouve
    Directeur de la photographie : Augustin Barbaroux
    Production : Baxter Films, Les Films Velvet
    Exportation/Distribution internationale : WTFilms
    Distributeur : The jokers (France)
    Date de sortie :13 janvier 2021

    Vu le 5 septembre 2020 au Casino Cinema (Deauville)

  • 3.5

Critique de Fox

  • "We grew up in a remote corner of Lot-et-Garonne, between corn fields and kiwi orchards. And it was the monsters that saved us from boredom. Our mother - Stephen King's most fervent admirer - inoculated them into us from the cradle, through the news she would read to us. These monsters were for us faithful companions who wandered through the deserted streets of our village. We had at heart to make a film of it, and this fantastical country film is Teddy!" - Ludovic and Zoran Boukherma.

    In 2016, at the age of 23, the twin brothers Ludovic & Zoran Boukherma co-directed with Marielle Gautier and Hugo Thomas their first feature film Willy 1er,. This one was awarded the Ornano-Valenti Prize for the best first French film. Teddy, their second feature film for which they also wrote the script, is both a comedy and a tribute to the horror films that cradled their childhood in the 80s.

    By setting the scene in the Pyrenees and by making their main character, Teddy (Anthony Bajon) a young antisocial, orphan and in perpetual revolt, Teddy easily manages to set up a special environment and especially to breathe into French comedy a real wind of renewal. Far from confining themselves to a succession of scenes putting this young delinquent in situations of permanent revolt, the two directors and screenwriters give him a real psychological depth and surround him with adoptive parents, a girlfriend whose parents view their relationship with him with suspicion, and above all by making him an employee of a small massage parlor whose owner Ghislaine (Noémie Lvovsky) constantly sexually harasses him. Whether it's a tribute to soldiers who died for France, a crime scene or an evening with students, the main character gives the film many successful comedy scenes and makes us immerse ourselves in this atypical film of the French cinematic landscape.

    The fantastic element of the film comes from the presence of a werewolf that rages in the region and kills entire herds of sheep as well as people (the promising introductory scene hints at a good horror film). When Teddy is attacked by it, he in turn becomes a werewolf and transforms himself in successive stages so that the film navigates between a successful comedy and a genre film cruelly lacking in real suspense. In discovering this film, it is impossible not to think of the classics of the genre that are Howling (1981) The Werewolf of London (1981), Wolf (1984). This film also reminds us of Carrie (1977) but also of many films of the 80s to which Teddy pays tribute in his own way. Unfortunately, the horrific side of the film is not sufficiently mastered and shows that this film does not have a sufficient budget to unveil the werewolf in action. What remains is an interesting attempt to create a French werewolf movie and an interesting transformation scene.

    Presented in the official Cannes 2020 selection and included in the program of the Deauville American Film Festival, Teddy is nonetheless well worth the detour, particularly for the presence in the two main roles of Anthony Bajon (In the Name of the Earth (2019), the Ad Vitam series) but also of the young actress Christine Gautier.

    Teddy
    Written and directed by Ludovic and Zoran Boukherma
    Starring Anthony Bajon, Noémie Lvovsky, Christine Gautier
    Music by Amaury Chabauty
    Line Producers : Pierre-Louis Garnon, Frédéric Jouve
    Cinematography: Augustin Barbaroux
    Production : Baxter Films, Les Films Velvet
    Distributed by The jokers (France)
    Relase date: January 13 2021 (France)

    Seen on September 5, 2020 at the Casino Cinema (Deauville)

  • 3.5