Logo
Accueil > Reviews > Peninsula

Peninsula

  • Peninsula
    Quatre ans après Dernier train pour Busan, il ne reste que des zombies dans la péninsule. Un groupe de soldats forcés d’y retourner découvrent que des survivants non contaminés se sont regroupés dans une bande bien plus dangereuse que les zombies...

Critique de Mulder

  • Cette année deux films de la sélection officielle de Cannes 2020 ont dû retenir tout l’intérêt des passionnés de cinéma de genre, Teddy de Ludovic et Zoran Boukherma et surtout Peninsula de Yeon Sang-ho. Cette suite directe de l’excellent Dernier train pour Busan (2016) qui s’imposait comme l’un des meilleurs films de zombies vu depuis longtemps au cinéma. Pour cette suite, le scénariste Joo-Suk Park laiss e sa place à deux nouveaux scénaristes Park Joo-Suk, Yeon Sang-ho mais le réalisateur surdoué du premier volet est de retour et à notre plus grand plaisir il réussit à se renouveler et à éviter une redite inévitable. Certes le thriller oppressant du premier volet laisse place ici à un véritable blockbuster Sud-Coréen avec son lot de scènes violentes et spectaculaires. Ce que certains critiquent dans ce second volet à commencer par son changement de cap se révèle pourtant inévitable pour donner une plus grande ampleur à l’histoire contée. Ainsi quatre ans après les événements relatés dans Dernier train pour Busan, les zombies sont de plus en plus nombreux et le seul espoir est une terre encore libre et non tombée sous l’occupation des zombies.

    Le héros de ce film le capitaine Jung-seok est encore marquée par la mort de sa sœur ainée et de son neveu Dong-hwan qui ont été tués sur un navire quittant la corée du Sud. Lors de ce drame, il a eu juste le temps de sauver le mari de sa défunte sœur, Chul-min et continue à veiller sur lui. Quatre ans après ce drame, à Hong Koing, Jung-seok et Chul-min ainsi que deux autres coréens sont obligés à retourner à Incheon dans la péninsule en quarantaine pour récupérer vingt millions de dollars. Cette mission suicide ne va pas se dérouler comme prévu et ils vont non seulement faire face à une horde de zombies mais aussi à une unité de mercenaires (l’unité 631). L’enfer va de nouveau se déchainer et faire que Jung-seok va de nouveau devoir agir pour tenter de survivre. Il sera aidé notamment par des résistants.

    Certes Peninsula n’est pas aussi original et réussi que le premier volet car sa volonté de surenchère en scènes d’action fait que l’angoisse créée par le premier volet est issu remplacée par un film d’action lorgnant sur de nombreux films de science-fiction américains. On pensera aussi notamment à certains films de John Carpenter comme New York 1997 (Escape from New York) (1981) mais aussi pour ses scènes de courses-poursuites à la saga cinématographique Fast and Furious. A la vue du succès mondial du premier volet on comprend aisément la volonté du réalisateur de proposer un film plus imposant mais perdant au passage son identité. Du simple thrller horrifique, on passe ainsi à une version sud-coréenne de Mad Max. Malheureusement Yeon Sang-ho n’est ni john Carpenter et encore moins George Miller et son film se révèle plus un produit marketing mécanique qu’un véritable film d’auteur comme cela fut le cas pour Dernier train pour Busan.

    Reste que Peninsula se regarde avec plaisir et créé une véritable ambiance apocalyptique dans laquelle chaque erreur du passé peut avoir des incidences sur le présent. La dernière séquence du film nous renvoie aussi aux meilleurs films de John Woo c’est-à-dire à ce que le cinéma asiatique fait de meilleur. Ne tenant pas toutes ses promesses, Peninsula reste pourtant un film événement à découvrir si possible au cinéma.

    Peninsula (Train to Busan presents : Peninsula)
    Un film de Yeon Sang-ho
    Produit par Lee Dong-ha
    Scénario de Park Joo-Suk, Yeon Sang-ho
    Avec Gang Dong-won, Lee Jung-hyun, Lee Re
    Musique de Mowg
    Directeur de la photographe : Lee Hyung-deok
    Montage : Yang Jin-mo
    Production : Next Entertainment World, RedPeter Film, New Movie
    Distribution : Next Entertainment World (Worldwide), Well Go USA (United States), ARP (France)
    Date de sorti : 15 juillet 2020 (South Korea), 21 octobre 2020 (France)
    Durée : 116 minutes

    Vu le 5 septembre 2020 au Centre International de Deauville, en VO

  • 4

Critique de Fox

  • This year, two films in the official selection of Cannes 2020 had to retain all the interest of genre cinema enthusiasts, Teddy by Ludovic and Zoran Boukherma and especially Train to Busan presents : Peninsula by Yeon Sang-ho. This is a direct sequel to the excellent Last Train to Busan (2016), which established itself as one of the best zombie films seen in cinema for a long time. For this sequel, the screenwriter Joo-Suk Park leaves his place to two new Park Joo-Suk screenwriters, Yeon Sang-ho but the gifted director of the first part is back and to our great pleasure managed to renew himself and avoid an inevitable repetition. Certainly, the oppressive thriller of the first part gives way here to a real South Korean blockbuster with its share of violent and spectacular scenes. What some critics criticize in this second part, starting with its change of course, turns out to be unavoidable to give greater breadth to the story told. Thus, four years after the events recounted in Last Train to Busan, the zombies are more and more numerous and the only hope is a land that is still free and has not fallen under the occupation of the zombies.

    The hero of this film Captain Jung-seok is still marked by the death of his elder sister and nephew Dong-hwan who were killed on a ship leaving South Korea. During this drama, he had just enough time to save his late sister's husband Chul-min and continues to keep watch over him. Four years after this drama, in Hong Koing, Jung-seok and Chul-min as well as two other coéens are forced to return to Incheon in the peninsula in quarantine to recover twenty million dollars. This suicide mission will not take place as planned and they will not only face a horde of zombies but also a mercenary unit (Unit 631). Hell is about to break loose and make Jung-seok once again have to act to try to survive. He will be helped in particular by resistants.

    Admittedly Train to Busan presents : Peninsula is not as original and successful as the first part because its will to outbid in action scenes makes that the anguish created by the first part is replaced by an action film lorgnant on many American science fiction films. One will also think in particular of certain films by John Carpenter such as New York 1997 (Escape from New York) (1981) but also for his chase scenes in the cinematic saga Fast an Furious. In view of the worldwide success of the first part, it is easy to understand the director's desire to propose a more imposing film but losing its identity in the process. From a simple horrific thriller, we move on to a South Korean version of Mad Max. Unfortunately, Yeon Sang-ho is neither John Carpenter nor George Miller and his film turns out to be more a mechanical marketing product than a true auteur film as was the case for Last Train for Busan.

    The fact remains that Train to Busan presents : Peninsula is fun to watch and creates a true apocalyptic atmosphere in which every mistake of the past can affect the present. The last sequence of the film also takes us back to John Woo's best films, that is to say to the best of Asian cinema. Not keeping all its promises, Train to Busan presents : Peninsula remains nevertheless a film event to be discovered if possible in the cinema...

    Train to Busan presents : Peninsula
    Directed by Yeon Sang-ho
    Produced by Lee Dong-ha
    Written by Park Joo-Suk, Yeon Sang-ho
    Starring Gang Dong-won, Lee Jung-hyun, Lee Re
    Music by Mowg
    Cinematography : Lee Hyung-deok
    Edited by : Yang Jin-mo
    Production company : Next Entertainment World, RedPeter Film, New Movie
    Distributed by Next Entertainment World (Worldwide), Well Go USA (United States), ARP (France)
    Release date : July 15, 2020 (South Korea), October 21, 2020 (France)
    Running time : 116 minutes

    Score : 4/5

    Seen on September 5, 2020 at the Centre International de Deauville

  • 4