Logo
Accueil > Reviews > Dinner in America

Dinner in America

  • Dinner in America
    Patty (Emily Skeggs, The Miseducation of Cameron Post) est mal à l'aise en société. Dans une animalerie, elle occupe un emploi qu'elle déteste. La vie à la maison est inconfortable, c'est le moins qu'on puisse dire. Les gens se moquent d'elle régulièrement. Elle croise un jour un punk rocker dénommé Simon (Kyle Gallner, Ameican Sniper), et cette rencontre changera sa vie. Pas que ce soit le coup de foudre, non. Simon est dédaigneux, agressif, et juste un tantinet pyromane sur les bords. Mais qu'à cela ne tienne : les énergies combinées de ces deux parias déclencheront une sorte d'odyssée de la révolte qui les mènera à travers les banlieues dilapidées du Midwest américain. Dans un univers situé à mi-chemin entre Welcome to the Dollhouse et Repo Man, ce film est un hymne punk follement échevelé ainsi qu'une comédie anti-romantique qui se révèle, en fin de compte, d'un authentique romantisme. C'est la découverte de soi par l'intermédiaire de la colère, de la créativité et de la musique.

Critique de Mulder

  • Le cinéma américain indépendant reste une terre propice pour permettre à des réalisateurs de laisser libre court à leur imagination et surtout de pouvoir faire le film qu’ils souhaitent sans avoir à subir les pressions de certains studios préférant proposer des films sans âme mais propices à cartonner au box office. Dans ce sens, le quatrième film de Adam Rehmeier après The bunny game (2011), Jonas (2013) et H.P Lovecraft : two left arms (2013) s’impose non seulement comme son plus réussi mais surtout comme l’un des films majeurs à découvrir pendant le festival international Fantasia.

    Nombreux films traitent de la rencontre d’un homme et d’une femme qui semble en décalage avec leur époque et qu’ils arrivent en s’unissant à retrouver leur place dans la société mais aussi à accéder à un véritable amour. Le souci avec la plupart des comédies américaines est leur volonté de propose des œuvres aseptisées dans lesquelles le politiquement correct trône en maître. Le réalisateur Adam Rehmeier semble totalement à contre-courant en nous proposant avec Dinner in America sa version d’une Amérique dans laquelle certains osent encore braver les interdits et profiter de la vie. La rencontre de Patty (Emily Skeggs, révélation du film) et de Simon (Kyle Gallner) un dealer mais aussi chanteur masqué d’un groupe punk va se révéler non seulement explosive mais surtout laisser place à un amour mutuel.

    Dès la première scène du film, l’accent irrévérencieux du film est présent et nous découvrons Simon qui se fait mettre à la porte d’une étude de recherche sur les médicaments pour laquelle il s’était inscrit comme cobaye afin de gagner un peu d’argent. Il y croise une certaine Beth (Hannah Marks)) qui l’invite chez elle et la présente notamment à sa mère (interprétée par la comédienne Lea Thompson). Les choses dégénèrent vite au sein de la maison de Beth et Simon est obligé de partir après avoir mis la pagaille dans la famille de celle-ci. Simon occupe sa vie comme chanteur d’un groupe punk mais aussi comme dealer et semble déjà dans le collimateur de la police de cette petite ville américaine qui sert de décor de fond au film. Alors que Simon est poursuivi par des policiers, il ne doit son salut que grâce à l’intervention de Patty qui était entrain de prendre sa pause alors qu’elle travaillait comme employée d’une animalerie. Patty est comme lui asociale et est traitée par ses parents et son environnement comme une ratée au caractère difficile. Sans le savoir Patty vient de rencontrer le chanteur masqué de son groupe préféré, John Q , qui n’est autre que Simon.

    Dinner In America s’impose comme un ovni entre le drame social, la comédie débridée mais surtout dresse un portrait de l’Amérique actuelle réaliste dans laquelle à force de vouloir tout harmoniser, certains se retrouvent rejeter d’un tel système. Les nombreux dialogues percutants du film er surtout l’excellente prestation de Kyle Gallner et Emily Skegg en fait non seulement un film incontournable de cette année mais surtout l’une des plus belles surprises. Il aurait facilement eu sa place également dans la sélection officielle du festival de Deauville qui se tiendra début septembre. En attendant le festival Fantasia lui offre une belle mise en avant et nous ne pouvons que vous encourager à découvrir ce film.

    Dinner in America
    Un film écrit et réalisé par Adam Rehmeier
    Produit par John Covert, David Hunter, Ross Putman, Sam Slater, Ben Stiller, Nicholas Weinstock
    Avec Kyle Gallner, Emily Skegg, Brittany Sheets, Pat Healy, Griffin Gluck, Lea Thompson
    Musique de John Swihart
    Directeur de photographie : Jean-Philippe Bernier
    Montage : Adam Rehmeier
    Production : Atlas Industries, Bee-Hive Productions, PSH Collective, Red Hour Films, Visit Films
    Date de sortie : January 24, 2020 (Sundance)
    Running time : 106 minutes

    Vu le 11 aout 2020 en VO

  • 5

Critique de Fox

  • Independent American cinema remains a fertile ground for directors to let their imagination run wild and, above all, to make the film they want without having to face pressure from certain studios that prefer to offer soulless films that are likely to be box-office hits. In this sense, Adam Rehmeier's fourth film after The bunny game (2011), Jonas (2013) and H.P Lovecraft: two left arms (2013) stands out not only as his most successful soundtrack but also as one of the major films to be discovered during the Fantasia International Film Festival.

    Many films deal with the meeting of a man and a woman who seem out of step with their times and who, by uniting, manage to find their place in society but also to find true love. The concern with most American comedies is their desire to offer sanitized works in which political correctness reigns supreme. Director Adam Rehmeier seems to be going completely against the tide by offering us with Dinner in America his version of an America in which some people still dare to brave the forbidden and enjoy life. The meeting of Patty (Emily Skeggs, the revelation of the film) and Simon (Kyle Gallner), a drug dealer but also masked singer in a punk band, will not only prove to be explosive but will also give way to mutual love.

    From the very first scene of the film, the irreverent accent of the film is present and we discover Simon who gets kicked out of a drug research study for which he had signed up as a guinea pig in order to earn some money. He meets a woman named Beth (Hannah Marks) who invites him to her home and introduces him to her mother (played by actress Lea Thompson). Things quickly escalate at Beth's house and Simon is forced to leave after having messed up Beth's family. Simon lives his life as a singer in a punk band but also as a drug dealer and already seems to be in the sights of the police in this small American town that serves as a backdrop for the film. While Simon is being chased by police officers, he only owes his salvation to the intervention of Patty who was taking her break while she was working as an employee in a pet store. Patty, like Simon, is antisocial and is treated by her parents and her environment as a failure with a difficult character. Unknowingly Patty has just met the masked singer of her favorite band, John Q, who is none other than Simon.

    Dinner In America is a mix between social drama, unbridled comedy but above all draws a portrait of today's realistic America in which by dint of wanting to harmonize everything, some find themselves rejected by such a system. The film's many striking dialogues and especially the excellent performance of Kyle Gallner and Emily Skegg make it not only a must-see film of this year but also one of the most beautiful surprises. It would easily have had its place also in the official selection of the Deauville festival to be held in early September. In the meantime, the Fantasia festival is offering it a nice showcase and we can only encourage you to discover this film.

    Dinner in America
    Directed by Adam Rehmeier
    Produced by John Covert, David Hunter, Ross Putman, Sam Slater, Ben Stiller, Nicholas Weinstock
    Written by Adam Rehmeier
    Starring Kyle Gallner, Emily Skegg, Brittany Sheets, Pat Healy, Griffin Gluck, Lea Thompson
    Music by John Swihart
    Cinematography : Jean-Philippe Bernier
    Edited by Adam Rehmeier
    Production company: Atlas Industries, Bee-Hive Productions, PSH Collective, Red Hour Films, Visit Films
    Release date: January 24, 2020 (Sundance)
    Running time: 106 minutes

    Seen on August 11, 2020

  • 5