Logo
Accueil > Reviews > Yummy

Yummy

  • Yummy
    Subir une intervention chirurgicale est déjà assez stressant, mais Alison (Maaike Neuville) ne soupçonne pas ce qui l’attend lorsqu’elle arrive à la Klinika Krawczyk pour une opération de réduction mammaire. Elle est accompagnée de sa mère Oksana (Taeke Nicolai), là pour une autre procédure, et de son copain Michael (Bart Hollanders), qui ne supporte pas la vue du sang. Son hématophobie sera rudement mise à l’épreuve après qu’il ait découvert le résultat d’un traitement de rajeunissement des cellules de peau basé sur une technologie expérimentale, qui entraîne une épidémie mortelle qui se propage à travers l’hôpital. Bientôt, Alison, ses proches, le docteur Krawczyk et quelques autres sont les seuls survivants, tentant de traverser le centre de santé envahi par des morts-vivants assoiffés de sang. Et même si ces créatures ne les tuent pas, leurs propres mauvaises décisions et motifs cachés pourraient s’en occuper...

Critique de Mulder

  • En sélection officielle du festival Fantasia qui se tiendra virtuellement du 20 aout au 2 septembre, le film belge Yummy réalisé et co-écrit par Lars Damoiseaux est un hommage à peine déguisé aux nombreux films de genre. Ce n’est pas un hasard fortuit en découvrant ce film de penser à de nombreux films de zombies qui ont marqué nos mémoires (ceux de George A. Romero mais aussi le très réussi L’armée des morts (2004) de Zack Snyder), de la même manière on pensera aussi à d’autres films comme Re-Animator de Stuart Gordon (dont le festival rendra hommage lors d’un panel), Braindead (1992) de Peter Jackson (la créature animale du film) et d’une certaine manière à Machete Kills (2013) de Robert Rodriguez )pour sa scène relatif à l’utilisation d’une partie de notre corps (on en dira pas plus)) et à Piranha 3D (2010) d’Alexandre Aja..

    En pleine pandémie actuelle, découvrir Yummy devient un plaisir jubilatoire dans la mesure que ce film nous renvoie aux nombreuses défaillances de notre système actuel et vise paticulièrement à ces cliniques des pays de l’Europe de l’Est proposant des opérations chirurgicales à des prix défiants toutes concurrences. Alors que les films d’horreur américains se font de plus en plus rares, la Belgique semble pourvoir combler efficacement ce vide comme le montre si bien Yummy. L’intrigue est pourtant simpliste mais le traitement appliqué ici se révèle tout aussi réussi non seulement en utilisant avec parcimonie une forme d’humour mais aussi en se reposant sur des effets spéciaux, maquillages et autres prothèses criant de vérité.

    Dès les premières minutes l’action est mise en place et on découvre un jeune couple, Alison (Maaike Neuville), et son copain Michael (Bart Hollanders) et la mère de celle-ci Oksana (Taeke Nicolai) qui se rendent dans une clinique d'Europe de l'Est pour une opération de chirurgie plastique. Alison souhaite en effet une réduction mammaire zfin de ne plus subir les railleries de plusieurs personnes. Pourtant, les choses ne vont pas se dérouler comme prévu et quand Michael libère une patiente attachée à son lit, il ne se doute pas qu’il vient de lâcher dans cette clinique la patiente zéro qui va transformer en zombie toutes les personnes. Les seuls survivants vont donc tenter de s’échapper mais aussi devoir tuer ces nombreuses créatures.

    Si Yummy réussit à capturer toute notre attention pendant tout le récit c’est en parti grâce à une réalisation convaincante reposant sur un scénario aux multiples rebondissements mais surtout à des effets spéciaux réussis et à un casting réellement investi. Après de nombreux courts-métrages (Patent zero (2016), Chopper (2015),..), le réalisateur Lars Damoiseaux semble avoir parfaitement assimilé les règles des films de zombies mais aussi vouloir y apporté un traitement un peu différent en y amenant une bonne dose d’action, une réalisation qui nous rappellera la fureur d’Evil Dead (1981) de Sam Raimi et surtout une absence d’happy end comme c’est trop souvent le cas dans les films d’horreur américains.

    Yummy
    Un film de Lars Damoiseaux
    Produit par Kobe Van Steenberghe, Hendrik Verthé
    Sur un scénario de Lars Damoiseaux, Eveline Hagenbeek
    Avec Maaike Neuville, Bart Hollanders, Benjamin Ramon, Clara Cleymans
    Musique de Nico Renson
    Directeur de la photographie : Daan Nieuwenhuijs
    Montage : Pieter Smet
    Productio : A Team Productions
    Date de sortie: 13 décembre 2019 (Bobbejaanland), 18 décembre 2019 (Belgique)
    Durée : 89 minutes

    Vu le 27 juin 2020

  • 3.5

Critique de Fox

  • In the official selection of the Fantasia festival, which will take place virtually from August 20 to September 2, the Belgian film Yummy, directed and co-written by Lars Damoiseaux, is a barely disguised tribute to the many genre films. It's not by chance that when we discover this film, we think about many zombie films that have left their mark on our memories (those of George A.). Romero but also the very successful The Army of the Dead (2004) by Zack Snyder), in the same way one will also think of other films like Re-Animator by Stuart Gordon (which the festival will pay tribute to during a panel discussion), Braindead (1992) by Peter Jackson (the animal creature in the film) and in a way to Machete Kills (2013) by Robert Rodriguez )for his scene about the use of a part of our body (we won't say more)) and Piranha 3D (2010) by Alexandre Aja. .

    In the midst of the current pandemic, discovering Yummy becomes a jubilant pleasure in that this film refers us to the many failures of our current system and is aimed particularly at those clinics in Eastern European countries offering surgical operations at prices defying all competition. At a time when American horror films are becoming increasingly rare, Belgium seems to be able to effectively fill this void, as Yummy shows so well. The plot is simplistic, but the treatment here is just as successful, not only by sparing use of humour, but also by relying on special effects, make-up and other truth-telling prosthetics.

    From the very first minutes the action is set up and we discover a young couple, Alison (Maaike Neuville), and her boyfriend Michael (Bart Hollanders) and her mother Oksana (Taeke Nicolai) going to a clinic in Eastern Europe for plastic surgery. Alison wants a breast reduction so that she no longer has to endure the taunting of many people. However, things are not going to go according to plan and when Michael releases a patient tied to his bed, he has no idea that he has just released patient zero in this clinic, who will turn everyone into a zombie. The only survivors will therefore try to escape but will also have to kill these numerous creatures.

    If Yummy succeeds in capturing our full attention during the whole story, it's partly thanks to a convincing realization based on a scenario with multiple twists and turns, but above all thanks to successful special effects and a really invested casting. After many short films (Patent zero (2016), Chopper (2015),...), director Lars Damoiseaux seems to have perfectly assimilated the rules of zombie films but also wants to treat them a little differently by bringing a good dose of action, a direction that will remind us of the fury of Sam Raimi's Evil Dead (1981) and especially the absence of a happy ending as it is too often the case in American horror films.

    Yummy
    Directed by Lars Damoiseaux
    Produced by Kobe Van Steenberghe, Hendrik Verthé
    Written by Lars Damoiseaux, Eveline Hagenbeek
    Starring Maaike Neuville, Bart Hollanders, Benjamin Ramon, Clara Cleymans
    Music by Nico Renson
    Cinematography : Daan Nieuwenhuijs
    Edited by : Pieter Smet
    Production company : A Team Productions
    Release date : December 13, 2019 (Bobbejaanland), December 18, 2019 (Belgium)
    Running time : 89 minutes

    Seen June 27 2020

  • 3.5