Logo
Accueil > Reviews > The Vigil

The Vigil

  • The Vigil
    New York, Brooklyn. Après avoir quitté la communauté juive orthodoxe, Yakov, à court d’argent comme de foi, accepte à contrecœur d’assurer la veillée funèbre d’un membre décédé de ce groupe religieux. Avec la dépouille du défunt pour seule compagnie, il se retrouve bientôt confronté à des phénomènes de plus en plus inquiétants…

Critique de Mulder

  • « J’ai toujours su que je voulais faire un film d’horreur. C’est le genre que j’aime le plus, celui avec lequel je m’identifie le plus. Mais je voulais faire un film d’horreur comme je n’en avais jamais vu. En cherchant quel angle je pourrais prendre, je me suis aperçu que je n’avais jamais vraiment vu de film d’horreur au concept basé sur la religion juive - en tous les cas, pas totalement basé là-dessus. Il y a quelques films avec des éléments bibliques ou un personnage de rabbin, mais rien qui ne soit dans ce monde-là ou qui ne vienne de ce monde là.. J’ai écrit le scénario et j’étais prêt à le tourner moi-même. Mais mon manager m’a mis en contact avec les producteurs Raphael Margules et JD Lifschitz chez Boulderlight Pictures. Il m’a dit que si une boîte allait produire le film, ce serait eux. Il avait raison. » - Keith Thomas

    Le cinéma horrifique a souvent été un terrain de jeu propice à de jeunes réalisateurs pour donner vie à des films ambitieux et originaux. On comprend aisément la volonté du réalisateur et scénariste Keith Thomas non seulement de rendre hommage à des classiques du genre, on pensera notamment à L’Exorciste (1973) et Poltergeist (1982) mais aux nombreux autres films mêlant religion, croyances diverses et notre lien entre le monde des vivants et des morts. Ancré dans la culture juive et le mysticisme, The Vigil place l’action dans un appartement de la communauté Hassidique de Borough Park à Brooklyn.

    Yakov Ronen (Dave Davis), dont le petit frère a été tué dans un accident, se sent coupable de ne pas avoir pu sauver celui-ci et a intégré un groupe de soutien de Brooklyn pour tenter de retrouver la foi et une manière de se pardonner. Sans travail, il accepte l’offre d’une de ses connaissances, Reb Shulem (Menashe Lustig), qui lui propose une certaine somme d’argent pour un travail de Shomer (veiller sur un cadavre pour protéger l'âme de celui-ci de tout mauvais esprit). Ce défunt est Mr Litvak (Ronald Cohen), un survivant de l'Holocauste qui a vécu sa vie en reclus. La soirée que va vivre Yakov Ronen va non seulement le faire affronter un démon ayant pris contrôle lorsque Mr Litvak était en vie mais continue à hanter les lieux de sa maison.

    The vigil montre que pour réussir à faire réellement peur aux spectateurs il ne faut pas forcément recourir aux excès horrifiques et à une profusion de sang mais au contraire comme l’a si bien fait Stephen King dans de nombreux livres de partir d’une situation réaliste pour plonger peu à peu dans un univers horrifique dans lequel la survie devient le véritable moteur. Par le soin autant porté à la réalisation et à la photographie, The vigil n’a rien à envier aux productions hollywoodiennes actuelles. Cette plongée en plein enfer urbain est d’autant plus immersive que le réalisateur a compris non seulement l’importance d’un bon scénario, de comédiens investis mais surtout de l’utilisation d’une musique pour renforcer les moments forts du film. On sursautera ainsi à de nombreuses reprises sur son fauteuil et on ne regrettera à aucun instant d’avoir vu ce premier film réussi et inquiétant.

    Distribué aux Etats-Unis par Blumhouse Productions, on reconnait une nouvelle fois le talent indéniable de la boite de production de Jason Blum pour proposer des films à petit budget mais d’une efficacité indéniable. On attend donc avec impatience le prochain film de Keith Thomas qui sera une nouvelle adaptation du roman culte Firestarter de Stephen King.

    The Vigil
    Un film écrit et réalisé par Keith Thomas
    Produit par Raphael Margules, J.D. Lifshitz, Adam Margules
    Avec Dave Davis, Menashe Lustig, Malky Goldman, Lynn Cohen, Fred Melamed, Ronald Cohen
    Compositeur : Michael Yezerski
    Producteurs : Raphael Margules, J.D. Lifshitz, Adam Margules
    Directeur de la photographie : Zach Kuperstein
    Montage : Brett W. Bachman
    Production : Blumhouse Productions, Boulderlight Pictures Angry Adam Productions
    Distribution : Wild Bunch (France)
    Date de sortie : 9 septembre 019 (TIFF), 5 août 2020 (international)

    Vu le 3 février 2020 au Club 13 , en VO

  • 4

Critique de Fox

  • "I always knew I wanted to make a horror movie. It's the genre I like the most, the one I identify with the most. But I wanted to make a horror movie like I've never seen before. When I was looking at what angle I could take, I realized that I had never really seen a horror film with a concept based on the Jewish religion - at least not totally based on it. There are a few films with biblical elements or a rabbi character, but nothing that's in this world or that doesn't come from this world.... I wrote the script and was ready to shoot it myself. But my manager put me in touch with producers Raphael Margules and JD Lifschitz at Boulderlight Pictures. He told me that if any company was going to produce the film, it would be them. And he was right. " - Keith Thomas

    Horror cinema has often been a playground for young directors to bring ambitious and original films to life. It is easy to understand the desire of director and screenwriter Keith Thomas not only to pay tribute to classics of the genre, such as The Exorcist (1973) and Poltergeist (1982), but also to the many other films mixing religion, diverse beliefs and our link between the world of the living and the dead. Anchored in Jewish culture and mysticism, The Vigil places the action in an apartment in the Hasidic community of Borough Park in Brooklyn.

    Yakov Ronen (Dave Davis), whose little brother was killed in an accident, feels guilty about not being able to save his brother and has joined a Brooklyn support group to try to regain his faith and a way to forgive himself. Without a job, he accepts the offer of one of his acquaintances, Reb Shulem (Menashe Lustig), who offers him a certain amount of money for a Shomer job (watching over a corpse to protect its soul from any evil spirits). The deceased is Mr. Litvak (Ronald Cohen), a Holocaust survivor who lived his life as a recluse. Yakov Ronen's evening will not only bring him face to face with a demon that took control of him when Mr. Litvak was alive but continues to haunt the premises of his home.

    The vigil shows that to succeed in really frightening the spectators, it is not necessary to resort to horrible excesses and a profusion of blood, but on the contrary, as Stephen King has done so well in many books, to start from a realistic situation to plunge little by little into a horrific universe in which survival becomes the real driving force. By the care so much given to directing and photography, The Vigil has nothing to envy the current Hollywood productions. This plunge into urban hell is all the more immersive as the director has understood not only the importance of a good script, invested actors but above all the use of music to reinforce the highlights of the film. One will thus startle many times on his armchair and one will not regret at any moment to have seen this first successful and worrying film.

    Distributed in the United States by Blumhouse Productions, we recognize once again the undeniable talent of Jason Blum's production company to offer low-budget films but with an undeniable efficiency. We therefore look forward to Keith Thomas' next film, which will be a new adaptation of Stephen King's cult novel Firestarter.

    The Vigil
    Written and Directed by Keith Thomas
    Produced by Raphael Margules, J.D. Lifshitz, Adam Margules
    Starring Dave Davis, Menashe Lustig, Malky Goldman, Fred Melamed, Lynn Cohen
    Music by Michael Yezerski
    Cinematography : Zach Kuperstein
    Edited by Brett W. Bachman
    Production company : Blumhouse Productions, Boulderlight Pictures, Angry Adam Productions
    Release date : September 2019 (TIFF), August 5, 2020 (international)Vu le 3 février 2020 au Club 13 , en VO

    Seen on 3 February 2020 at Club 13 (Paris)

  • 4