Logo
Accueil > Reviews > Madre

Madre

  • Madre
    Dix ans se sont écoulés depuis que le fils d’Elena, alors âgé de 6 ans, a disparu. Dix ans depuis ce coup de téléphone où seul et perdu sur une plage des Landes, il lui disait qu’il ne trouvait plus son père. Aujourd’hui, Elena y vit et y travaille dans un restaurant de bord de mer. Dévastée depuis ce tragique épisode, sa vie suit son cours tant bien que mal. Jusqu’à ce jour où elle rencontre un adolescent qui lui rappelle furieusement son fils disparu…

Critique de Mulder

  • « Écrire, créer, faire un film. Confectionner une histoire dans le langage cinématographique est une tâche ardue, longue, et parfois insupportable. Pleine de déviations en chemin. C’est une aventure fatigante, fascinante, souvent révélatrice. On pense que le plus important est le produit final, l’alliage d’images et de sons présenté au spectateur et condensé en une centaine de minutes. Mais nous tous, professionnels du métier, savons c’est le chemin que nous parcourons pendant le processus qui importe le plus. » - Rodrigo Sorogoyen

    Virtuose semble être le mot qui caractérise le mieux le nouveau film de Rodrigo Sorogoyen (8 Citas (2008), Stockholm (2013), Que Dios nos perdone (2016), El Reino (2018)) tant au niveau d’une mise en scène d’une telle perfection mais aussi par la volonté de proposer un scénario original et surprenant qu’il a co-écrit avec Isabel Peña. Tout est ici question de rythme et rien ne semble laisser au hasard tant du point de vue de vouloir aborder la thématique du deuil et de la pénitence d’une manière originale que livrer un portrait féminin envoutant et tout simplement beau. A ce titre l Prix de la meilleure actrice de la section Orizzonti pour la comédienne Marta Nieto est amplement mérité tant son personnage hante le film par sa force, sa féminité et sa fragilité.

    Le premier long plan séquence du film revisite le court métrage homonyme du même réalisateur avec également Marta Nieto dans le même rôle. Il a toute la force d’un thriller angoissant (on pensera notamment à Frantic de Roman Polanski) et aurait pu être significatif de l’orientation de l’histoire qui va se dérouler devant nos yeux, pourtant le scénario prend un vrai plaisir à brouiller les pistes et ce n’est pas un hasard si dix années séparent cette scène d’introduction du corps du film. On retrouve ainsi cette mère qui travaille sur la plage sur laquelle son fils a été enlevé. Elle est ainsi la responsable d’un restaurant de plage et a refait sa vie avec un nouvel homme. On se doute que ses recherches sont restées vaines et n’a jamais pu retrouver son fils et hante ainsi par sa présence ce lieu qui a changé à jamais sa vie. Lorsque cette mère va rencontrer un jeune adolescent qui ressemble à son fils, elle essaye de créer un lien avec celui-ci et essayer ainsi de se reconstruire psychologiquement.

    Si Madre s’impose dès sa découverte comme un véritable chef d’œuvre, c’est que le réalisateur Rodrigo Sorogoyen joue constamment avec différents genres de film, que cela soit le drame social, le thriller psychologique mais aussi d’une certaine manière la romance. De ce fait, le scénario du film n’est à aucun moment prévisible et surtout témoigne de la volonté du réalisateur de créer une véritable ambiance aussi envoutante qu’inquiétante. La comédienne Marta Nieto donne vie à un personnage fascinant et au comportement destructif et borderline (certaines scènes du film vont dans ce sens). De la même manière, le réalisateur Rodrigo Sorogoyen utilise à la perfection la musique du compositeur Olivier Arson pour renforcer les scènes dramatiques du film.

    Alors que le cinéma actuel tend trop souvent à être trop mécanique et manque cruellement d’originalité, Madre s’impose non seulement comme une excellente surprise mais surtout impose Rodrigo Sorogoyen assurément comme l’un des meilleurs réalisateurs actuels. On attend donc maintenant avec impatience son nouveau film..

    Madre
    Un film de Rodrigo Sorogoyen
    Produit par María del Puy Alvarado, Ibón Cormenzana, Ignasi Estape, Rodrigo Sorogoyen, Thomas Pibarot, Jean Labadie, Anne-Laure Labadie, Jérôme Vidal
    Sur un scénario d’Isabel Peña et Rodrigo Sorogoyen
    Avec Marta Nieto, Jules Porier, Alex Brendemühl , Anne Consigny, Frédéric Pierrot, Guillaume Arnault , Álvaro Balas, Blanca Apilánez Alexandre Pagani
    Directeur de la photographie : Alejandro de Pablo
    Montage : Alberto del Campo
    Musique : Olivier Arson
    Production : Amalur Films, Noodles Production, Le Pacte, Arcadia Motion Pictures, Noodles
    Coproduction : Movistar +, Canal+ / Vincent Flouret, Radio Televisión Española (RTVE)
    Distribution : Le Pacte (France)
    Pays d'origine : Espagne

    Vu le 15 juillet 2020 au Club 13 en VO

  • 5

Critique de Fox

  • "Write, create, make a film. Making a story in the language of film is an arduous, long, and sometimes unbearable task. Full of deviations along the way. It's a tiring, fascinating, often revealing adventure. We think that the most important thing is the final product, the alloy of images and sounds presented to the viewer and condensed into a hundred minutes or so. But all of us, professionals in the field, know that it is the path we take during the process that matters most. "Rodrigo Sorogoyen

    Virtuoso seems to be the word that best characterizes Rodrigo Sorogoyen's new film (8 Citas (2008), Stockholm (2013), Que Dios nos perdone (2016), El Reino (2018)), both in terms of such perfect direction and the desire to offer an original and surprising screenplay, which he co-wrote with Isabel Peña. Everything here is a question of rhythm and nothing seems to be left to chance, as much from the point of view of wanting to approach the theme of mourning and penance in an original way as from the point of view of delivering a bewitching and simply beautiful feminine portrait. As such, the Orizzonti Best Actress Award for actress Marta Nieto is well deserved, as her character haunts the film with her strength, femininity and fragility.

    The first long sequence shot of the film revisits the short film of the same name by the same director with also Marta Nieto in the same role. It has all the strength of a harrowing thriller (Roman Polanski's Frantic comes to mind) and could have been indicative of the direction of the story that will unfold before our eyes, yet the screenplay takes real pleasure in blurring the lines and it's no coincidence that ten years separate this introductory scene from the body of the film. We find this mother working on the beach where her son was kidnapped. She is the manager of a beach restaurant and has started a new life with a new man. One suspects that her search has been in vain and has never been able to find her son and thus haunts by her presence this place that has changed her life forever. When this mother goes to meet a young teenager who looks like her son, she tries to create a bond with him and thus tries to reconstruct herself psychologically.

    The reason Madre is a masterpiece from the moment it is discovered is that director Rodrigo Sorogoyen is constantly playing with different genres of film, whether it be social drama, psychological thriller or, in a way, romance. As a result, the film's script is at no time predictable and above all shows the director's desire to create a real atmosphere that is as bewitching as it is disturbing. Actress Marta Nieto brings to life a fascinating character with destructive and borderline behavior (some scenes in the film are along these lines). In the same way, director Rodrigo Sorogoyen makes perfect use of the music of composer Olivier Arson to reinforce the dramatic scenes of the film.

    At a time when current cinema tends too often to be too mechanical and cruelly lacks originality, Madre not only comes as an excellent surprise, but above all, imposes Rodrigo Sorogoyen undoubtedly as one of today's best directors. We are now looking forward to his new film...

    Mother (Madre)
    Directed by Rodrigo Sorogoyen
    Produced by María del Puy Alvarado, Ibón Cormenzana, Ignasi Estape, Rodrigo Sorogoyen, Thomas Pibarot, Jean Labadie, Anne-Laure Labadie, Jérôme Vidal
    Based on a screenplay by Isabel Peña and Rodrigo Sorogoyen...
    Starring Marta Nieto, Jules Porier, Alex Brendemühl , Anne Consigny, Frédéric Pierrot, Guillaume Arnault , Álvaro Balas, Blanca Apilánez Alexandre Pagani
    Cinematography : Alejandro de Pablo
    Edited by Alberto del Campo
    Music: Olivier Arson
    Production: Amalur Films, Noodles Production, Le Pacte, Arcadia Motion Pictures, Noodles
    Coproduction: Movistar +, Canal+ / Vincent Flouret, Radio Televisión Española (RTVE)
    Distribution: Le Pacte (France)

    Seen on 15 July 2020 at Club 13

  • 5