Logo
Accueil > Reviews > Relic

Relic

  • Relic
    Lorsque la mère âgée Edna (Robyn Nevin) disparaît inexplicablement, sa fille Kay (Emily Mortimer) et sa petite-fille Sam (Bella Heathcote) se précipitent dans la maison de campagne délabrée de leur famille, trouvant des indices de sa démence croissante disséminés dans la maison en son absence. Après le retour d'Edna, tout aussi mystérieux que sa disparition, l'inquiétude de Kay, dont la mère ne semble pas vouloir ou pouvoir dire où elle est allée, se heurte à l'enthousiasme sans faille de Sam pour le retour de sa grand-mère. Alors que le comportement d'Edna devient de plus en plus instable, tous deux commencent à sentir qu'une présence insidieuse dans la maison pourrait prendre le contrôle d'elle. Les trois générations de femmes sont réunies par un traumatisme et un puissant sentiment de force et de loyauté pour affronter ensemble la peur ultime.

Critique de Mulder

  • « En utilisant une histoire multigénérationnelle pour créer un personnage d'horreur à résonance émotionnelle, j'ai cherché à explorer les peines de cœur et les horreurs de la démence âgée, l'importance du lien humain et l'évolution des rôles et des dynamiques au sein d'une famille. Relic commence plus fermement ancré dans le drame et se transforme lentement en un film d'horreur et de genre, reflétant la détérioration mentale et physique d'Edna. La descente d'Edna dans l'Autre démontre qu'il existe des choses plus horribles que la simple mort. Le pire, c'est de pleurer la perte d'une personne de son vivant ; c'est la dégradation d'esprits autrefois brillants, d'âmes bienveillantes et d'une vie de souvenirs précieux ; c'est le sentiment de devenir un étranger pour la personne qui vous a mis au monde - ce sont là les vraies terreurs » - Natalie Erika James

    Pour son premier long métrage, Natalie Erika James nous livre une véritable plongée dans l’horreur pure et surtout aborde les thématiques de la maison hantée, des morts-vivants avec une approche aussi originale qu’effrayante à la fois qu’elle fait de Relic instantanément un film culte à voir et revoir. On ne redira jamais assez que le film d’horreur n’est pas une sous-catégorie mais un genre à part dans lequel de nombreux réalisateurs ont pu non seulement faire leurs armes mais aussi construire un univers et une manière de filmer qui leur est propre.

    Cette histoire se déroulant pratiquement dans une maison de campagne délabrée dans laquelle se rendent Kay (Emily Mortimer) et sa petite-fille Sam (Bella Heathcote) . Dans celle-ci, la mère de Kay, Edna (Robyn Nevin) a disparu et les recherches des forces de l’ordre n’ont pas été fructueuses. Pourtant lorsque celle-ci réapparait, son comportement inquiétant fait que cette maison ne semble plus être un lieu sûr. Une présence invisible semble est également présente et fait que Edna et Kay vont plonger dans un véritable cauchemar éveillé.

    On ne redira jamais à quel point le manque de budget peut se révéler être un bon facteur stimulant pour des réalisateurs et scénaristes pour trouver une réelle originalité pour donner vie à une histoire. Jouant aussi bien sur les nerfs des spectateurs. En débutant comme un thriller psychologique, le film s’oriente peu à peu vers un film d’horreur effrayant. En s’appuyant sur un casting essentiellement féminin et sur trois générations d’une même famille, le film aborde aussi bien les liens humains entre trois femmes mais aussi les thématiques du deuil et de ce qui peut nous attendre lors de nos derniers jours. En refusant tout sensationnalisme et en donnant à ce film une véritable aura magnifiée par une excellente photographie et une réalisation investie, Relic s’impose aisément comme l’un des meilleurs films d’horreur de cette années (la note de 92% sur le site Rotten Tomatoes est justifiée).

    On ne peut que vous encourager à découvrir ce film lors de la sortie en France dans les mois à venir.

    Un film de Natalie Erika James
    Producteurs : Anna McLeish, Sarah Shaw, Jake Gyllenhaal, Riva Marker
    Sur un scénario de Natalie Erika James and Christian White
    Avec Emily Mortimer, Bella Heathcote, Robyn Nevin
    Producteurs exécutifs : Joe Russo, Anthony Russo, Mike Larocca, Todd Makurath, Wang Zhongjun, Wang Zhonglei, Hu Junyi
    Directeur de la photographie Charlie Sarroff
    Musique de Brian Reitzell
    Montage : Denise Haratzis, Sean Lahiff
    Production : Screen Australia, Film Victoria, Nine Stories Productions, AGBO, Carver Films
    Distribution : IFC Midnight
    Date de sortie : 10 juillet 2020 (USA) (cinéma, VOD)
    Durée : 89 minutes

    Vu le 10 juin 2020 en version originale

  • 5

Critique de Fox

  • Using a multigenerational story to create a character driven, emotionally resonant horror, I sought to explore the heartbreak and horrors of aged dementia, the importance of human connection and the shifting roles and dynamics within a family. Relic begins more firmly rooted in drama, and slowly devolves into a horror and genre space, mirroring Edna’s mental and physical deterioration. Edna’s descent into the Other demonstrates that there are more horrific things than simply death. What’s worse is grieving for the loss of someone while they are still alive; it is the degradation of once brilliant minds, kind souls, and a treasured lifetime of memories; it is the feeling of becoming a stranger to the person who brought you into the world – these are the true terrors.” - Natalie Erika James

    For her first feature film, Natalie Erika James gives us a real plunge into pure horror and above all tackles the themes of the haunted house and the undead with an approach that is as original as it is frightening, making Relic Instant Relic a cult film to see and see again. We can never repeat enough that horror films are not a sub-category but a genre apart in which many directors have not only been able to make their own weapons but also to build a universe and a way of filming that is their own.

    This story takes place in a dilapidated country house that Kay (Emily Mortimer) and her granddaughter Sam (Bella Heathcote) go to. Kay's mother, Edna (Robyn Nevin) is missing and the search by law enforcement has been unsuccessful. However, when she reappears, her disturbing behavior makes this house no longer appear to be a safe place. An invisible presence also seems to be present and causes Edna and Kay to plunge into a waking nightmare.

    We will never say again how lack of budget can be a good stimulating factor for directors and writers to find real originality to bring a story to life. Playing as well on the nerves of the audience. Beginning as a psychological thriller, the film gradually moves towards a scary horror film. Based on an essentially female cast and three generations of the same family, the film addresses the human ties between three women as well as the themes of mourning and what can await us in our final days. By refusing all sensationalism and by giving this film a real aura magnified by excellent photography and invested direction, Relic easily imposes itself as one of the best horror films of this year (the 92% rating on the Rotten Tomatoes website is justified).

    Relic
    Directed by Natalie Erika James
    Producers: Anna McLeish, Sarah Shaw, Jake Gyllenhaal, Riva Marker
    Screenplay by Natalie Erika James and Christian White
    Starring: Emily Mortimer, Bella Heathcote, Robyn Nevin
    Executive Producers: Joe Russo, Anthony Russo, Mike Larocca, Todd Makurath, Wang Zhongjun, Wang Zhonglei, Hu Junyi
    Cinematographer: Charlie Sarroff
    Music by Brian Reitzell
    Edited by Denise Haratzis, Sean Lahiff
    Production companies: Screen Australia, Film Victoria, Nine Stories Productions, AGBO, Carver Films
    Distributor: IFC Midnight
    Release Date: July 10, 2020 (Theaters, VOD, Digital Rental)
    Running time: 89 minutes

    Viewed on 10 June 2020

  • 5