Logo
Accueil > Reviews > La terre et le sang

La terre et le sang

  • La terre et le sang
    Après sa fille de 18 ans Sarah, sa scierie familiale représente toute la vie de Said. Pendant des années, il a difficilement maintenu à flot son entreprise, principalement pour ses employés, tous des anciens détenus et jeunes en réinsertion ; jusqu'au jour où l'un d'eux se sert de la scierie pour cacher une voiture bourrée de drogue. Lorsque le cartel auquel elle appartient débarque dans la scierie, Saïd et Sarah vont devoir tout faire pour la protéger. Ils ont un avantage : cette scierie c'est leur terre, ils en connaissent les moindres recoins…

Critique de Mulder

  • La terre et le sang réalisé et co-scénarisé par Julien Leclercq témoigne d’un savoir-faire indéniable pour proposer un thriller implacable parfaitement interprété par Sami Bouajila. Pour son sixième film après, Chrysalis (2007), L'Assaut (2011), Gibraltar (2013), Braqueurs (2016) et Lukas (2018), Julien Leclercq retrouve un genre dans lequel il excelle le thriller réaliste âpre et violent, une plongée en plein enfer urbain même s’il place ici le cadre de son histoire dans une petite ville française.

    Alors que le cinéma américain est omniprésent aussi bien dans nos cinémas (certes fermés pour le moment) et à la télévision et sur de multiples plateformes de streaming, il est toujours intéressant de savoir qu’en France nous avons un véritable savoir-faire. Déjà aux travers ses précédents films, Julien Leclercq avait témoigné du soin qu’il portait non seulement à la direction de ses comédiens (Albert Dupontel, Vincent Elbaz, Gilles Lellouche, Tahar Rahiù, Jean-Claude Van Damme) mais aussi et surtout à créer une véritable ambiance angoissante amenant des hommes ordinaires à se dépasser et à se battre.

    Cette fois-ci le film met en avant un gérant d’une scierie, Saïd (Sami Bouajila) qui a décidé de la revendre afin de pouvoir aider sa fille sourde et muette à pouvoir faire des études et avoir une meilleure vie que la sienne. Dans son entreprise, la plupart de ses employés ont des casiers judiciaires mais essayent de revenir dans le droit chemin. Pourtant l’un d’eux a décidé d’y cacher une quantité importante de cocaïne. Le frère de ce dernier et son gang ont donc décidé de le récupérer mais vont tomber sur Saïd prêt à tout pour sauver sa fille.

    Certes le scénario du film rappellera pour certains Nid de guêpes de Florent Siri mais le réalisateur Julien Leclercq réussit à nous livrer un thriller sans temps mort et implacable dans lequel la violence se déchaine le temps de quelques scènes. Malgré sa faible durée, le réalisateur réussit à donner l’épaisseur nécessaire à ses personnages et à utiliser les décors naturels de ce village reculé pour nous livrer une histoire efficace et captivante. A noter qu’il s’agit du premier film du réalisateur qui ne sortira pas au cinéma et qui sera distribué exclusivement sur Netflix dès le 17 avril prochain

    La terre et le sang (Earth and Blodod
    Un film de Julien Leclercq
    Produit par Julien Madon
    Sur un scénario de Jérémie Guez, Julien Leclercq
    Avec Carole Weyers, Sami Bouajila, Eriq Ebouaney, Sofia Lesaffre, Samy Seghir, Eric Kabongo
    Directeur de la photographie : Brecht Goyvaerts
    Montage : Benjamin Courtines
    Production : Labyrinthe Films, UMedia
    Distributeur : Netflix (France)
    Durée : 80mns

    Vu le 7 avril 2020 en lien presse Netflix

  • 4