Logo
Accueil > Reviews > Spenser Confidential

Spenser Confidential

  • Spenser Confidential
    Spenser, un ancien flic, replonge dans les bas-fonds de Boston lorsqu'il découvre la vérité sur un complot retors et un meurtre qui a défrayé la chronique. Malgré des menaces répétées, Spenser décide de prendre l'affaire en main pour prouver que personne n'est au-dessus des lois.

Critique de Mulder

  • Spenser Confidential marque la cinquième collaboration entre le réalisateur Peter Berg et son comédien fétiche Mark Wahlberg après Du sang et des larmes (Lone Survivor) (2013), Deepwater (Deepwater Horizon) (2016), Traque à Boston (Patriots day) (2016) et 22 miles (Mile 22) (2018). Sur la base de la série de romans de Robert B. Parker et Ace Atkins mettant en scène le personnage de Spenser, le scénario de Sean O’Keefe permet de suivre cet ancien policier dans sa première enquête en tant que détective.

    Pour ce film distribué par Netflix, on retrouve tout ce qui fait la force du réalisateur Peter Berg, c’est-à-dire des dialogues percutants, une mise en scène efficace et surtout une direction de comédiens irréprochable. Loin des nombreux films Netflix qui nous laissent souvent sur notre faim et qui semblent par moment manquer de moyens, Spenser Confidential s’impose aisément comme l’une des bonnes surprises de ce début du mois de mars.

    Après avoir été arrêté pour l’agression d’un agent de police corrompu et mis en prison, Spenser en sort finalement avec la volonté de retrouver ses repères et régler certains comptes. Sa première enquête va le mettre sur la piste de plusieurs agents de polices corrompus. Spenser sera épaulé par son ami Henry Cimoli qui l’héberge chez lui mais aussi Hawk avec lequel il se voit obliger de partager sa chambre le temps de sa garde à vue. Son ancienne amie qui l’avait oublié lors des cinq ans qu’il a passé en prison refait également surface dans sa vie.

    De rebondissements en rebondissements, ce film ne s’impose certes pas comme le meilleur film de Peter Berg mais bénéficie de bonnes scènes d’action dans lequel le comédien Mark Wahlberg semble prendre un vrai plaisir. Par sa forme ce film nous rappelle aussi les bons Buddy movies des années 80 et 90 dans lesquels on prenait un certain plaisir à suivre des intrigues certes simplistes mais dans lesquels les comédiens apportaient une valeur ajoutée indéniable. Dans le cas présent, le capital de sympathie du film doit beaucoup au duo atypique des comédiens Mark Wahlberg et Winston Duke qui prennent un plaisir palpable à l’écran de jouer ensemble.

    Alors que le cinéma reste actuellement l’un des meilleurs moyens (comme un bon livre ou une série) de se changer les esprits et oublier nos inquiétudes actuelles, il faut reconnaitre que Spenser Confidential nous divertit parfaitement et nous fait passer un bon moment. Certes ce n’est pas le film d’action de l’année mais indéniablement l’un des meilleurs que Netflix nous a présenté récemment.

    Spenser Confidential
    Un film de Peter Berg
    Produit par Mark Wahlberg, Peter Berg, Neal H. Moritz et Stephen Levinson
    Ecrit par Sean O’Keefe
    D’après l’œuvre de Robert B. Parker et Ace Atkins
    Avec Mark Wahlberg, Alan Arkin, Winston Duke, Iliza Shlesinger, Bokeem Woodbine, Marc Maron, Post Malone, Colleen Camp…
    Musique : Steve Jablonsky
    Directeurs de la photographie : Tobias A. Schliessler
    Montage : Michael L. Sale
    Décorateur : Karen O’Hara
    Société de production : Film 44, original Film
    Distribution : Netflix
    Date de mise en ligne : 6 mars 2020 (France)

    Vu le 07 mars en version originale

  • 3.5

Critique de Marianne Velma

  • Au fur et à mesure de sa filmographie, Peter Berg s’est forgé une réputation de cinéaste de l’Amérique des cols bleus. Comprenez qu’au travers de sujets sérieux ou plus légers, il dresse toujours en creux un portrait en demi-teinte du rêve américain, en s’intéressant à ceux qui en sont exclus.

    Avec Spenser Confidential, Berg s’éloigne de ces grands récits romanesques, inspirés d’une histoire vraie (Deepwater, Traque à Boston), pour revenir à la pure comédie d’action. Sa séquence d’exposition située dans la bibliothèque d’une prison, aussi drôle que violente, nous donne le ton. Spenser Confidential s’inscrit dans la veine du cinéma d’action des années 80 et 90 nourrit à la testostérone, à l’humour décalé et à la violence graphique.
    Question efficacité, Berg maîtrise parfaitement son sujet. Les scènes d’action ne manquent ni de rythme ni de brutalité organique. Ainsi le cinéaste s’attache à proposer au spectateur de l’action un peu plus réaliste que celle mise en avant ces dernières années avec les franchises Fast and Furious ou Mission Impossible.

    Ce savoir-faire dans les séquences d’action est assorti d’une dynamique à la Buddy Movie qui fonctionne à merveille. Le duo Mark Wahlberg (acteur fétiche de Peter Berg) et Winston Duke (découvert dans Black Panther, de Ryan Coogler) nous offre de beaux moments de comédie, notamment grâce à l’opposition de styles entre les deux personnages. Evidemment ils partagent cependant l’essentiel : un vrai sens de l’honneur.

    Car derrière le personnage de Spenser (créée par l’auteur Robert B. Parker qui en a fait le héros d’une série de romans populaire) se cache ce qui intéresse sans doute un peu Berg, une critique du système. Car cet ancien flic met en exergue la corruption de ce milieu asservi aux puissants.

    Dommage que cette charge ne soit pas plus frontale et que les personnages bien qu’astucieux ne tentent pas de casser les codes du genre. On pense notamment au personnage féminin qui reste enfermée dans des stéréotypes, alors qu’on aurait aimé qu’elle réussisse à passer le fameux Beschdel Test ! Cet ultra classicisme n’empêche pas Spenser Confidential de s’affirmer comme un divertissement énergique.

    Spenser Confidential
    Un film de Peter Berg
    Produit par Mark Wahlberg, Peter Berg, Neal H. Moritz et Stephen Levinson
    Ecrit par Sean O’Keefe
    D’après l’œuvre de Robert B. Parker et Ace Atkins
    Avec Mark Wahlberg, Alan Arkin, Winston Duke, Iliza Shlesinger, Bokeem Woodbine, Marc Maron, Post Malone, Colleen Camp…
    Musique : Steve Jablonsky
    Directeurs de la photographie : Tobias A. Schliessler
    Montage : Michael L. Sale
    Décorateur : Karen O’Hara
    Société de production : Film 44, original Film
    Distribution : Netflix
    Date de mise en ligne : 6 mars 2020 (France)

    Vu le 25 février 2020 en version originale au Club 13

  • 3