Logo
Accueil > Reviews > Nightmare Island

Nightmare Island

  • Nightmare Island
    L’énigmatique M. Roarke donne vie aux rêves de ses chanceux invités dans un complexe hôtelier luxurieux et isolé. Mais quand leurs fantasmes les plus fous se transforment en véritables cauchemars, les invités n’ont d’autre choix que de résoudre les mystères de cette île pour en sortir vivants.

Critique de Mulder

  • On peut aisément comprendre la volonté de la société de production Blumhouse Productions de proposer autre chose qu’un simple film d’horreur à petit budget certes soigné mais trop souvent répondant à un simple cahier des charges et présentant peu de réelles surprises. Dans ce sens Nightmare island pourrait surprendre de nombreux spectateurs qui s’attendent à un film de genre horrifique habilement troussé mais vite oublié. De la même manière en adaptant la série culte des années 70/80 L’île fantastique (7 saisons, 155 épisodes au compteur) et en s’orientant vers un mixte fantastique et horreur, le réalisateur et co-scénariste Jeff Wadlow (Cry wolf (2005), Never Back down (2008), Kick-ass 2 (2013), Action ou vérité (2018)) nous livre un film certes mineur mais maitrisé qui joue avec un véritable savoir-faire sur les nerfs des spectateurs et sur certaines idées reçues.

    L’intrigue plutôt assez simpliste par sa forme présente un groupe de personnes ayant gagné à un concours arrivé sur une ile paradisiaque dont leur hôte un étrange personnage M. Roarke leur promet d’exaucer à chacun leur rêve absolu que cela soit revivre une scène importante de leur vie qu’ils ont gâché, retrouver une personne proche, se venger d’une ancienne élève de classe. Tout semble ainsi possible et marqué sous le signe de la magie. Pourtant les choses ne vont pas se passer comme prévu et ce qui aurait pu donner vie à un rêve éveillé va se transformer en cauchemar. Cette orientation diffère de la série mais pourtant à bien regarder, ce film pourrait apparaitre comme une préquelle de la série originale en portant attention à certains petits détails (notamment le tatouage du personnage Brax Weaver).

    L’approche du scénario isolant volontairement les personnages pour donner vie à une forme de sketches qui s’entrecroisent que cela soit une scène romantique, une scène de guerre, une scène de soirée déjantée. Cette palette de thèmes hisse aisément ce film comme un film fantastique assez réussi. Il nous rappelle ceux des années 80 dans lesquels on pouvait encore s’étonner non pas de voir de trop nombreux effets spéciaux s’étaler à l’écran mais plutôt un cinéma fantastique présentant une réalité alternative permettant aux personnages de changer le cours de l’histoire. Certes le côté horrifique n’est pas oublié et en dehors d’un terrifique docteur aux noirs dessins et d’un liquide noir donnant vie à des personnes et les rendant presque invincibles, il reste ici que secondaire laissant la place au genre fantastique.

    On appréciera aussi le soin porté au casting que cela soit la présence de Michael Peña (Mr. Roarke), Maggie Q (Gwen Olsen), Lucy Hale (Melanie Cole), Austin Stowell (Patrick Sullivan), Jimmy O. Yang (Brax Weaver), Portia Doubleday (Sloane Maddison), Ryan Hansen (JD Weaver), et Michael Rooker (Damon). Chacun des personnages principaux bénéficient ainsi d’une véritable épaisseur et présentent chacun des fêlures suite à un passé douloureux. Dans ce sens, le film s’éloigne aisément du simple film horrifique comme le précédent de son réalisateur Action ou vérité (2018 (déjà avec la comédienne Lucy Hale). Jusqu’à la dernière minute les pieces du puzzle se mettent en place et nous permettent de mieux comprendre pourquoi ces personnages invité sur cette ile ont gagné et ce qui se trame réellement sur celle-ci. On appréciera aussi l’utilisation de la musique composée par Bear McCreary pour renforcer l’atmosphère de ce film.

    Nightmare island (Fantasy Island) est certes imparfait mais réussit pourtant à retenir notre attention et à nous divertir. Malgré le fait que certains pourront rester insensible et cataloguer ce film de manière trop simpliste comme un simple film d’horreur exotique, il n’en est rien et la dernière scène de celui-ci nous permet de mieux comprendre qu’une fois les ténèbres vaincues, la vie nous laisse souvent une seconde chance et il faut la saisir à bras le corps..

    Nightmare island (Fantasy Island)
    Un film de Jeff Wadlow
    Produit par Jason Blum, Marc Toberoff, Jeff Wadlow
    Sur un scénario de Jeff Wadlow, Chris Roach, Jillian Jacobs
    Basé sur la série Fantasy Island de Gene Levitt
    Avec Michael Peña, Maggie Q, Lucy Hale, Austin Stowell, Jimmy O. Yang, Portia Doubleday, Ryan Hansen, Michael Rooker
    Musique de Bear McCreary
    Directeur de la photographie : Toby Oliver
    Montage : Sean Albertson
    Production : Columbia Pictures, Blumhouse Productions
    Distribution : Sony Pictures Releasing
    Date de sortie : 14 février 2020 (Etats-Unis)
    Durée : 110 minutes

    Vu le 11 février 2020 au Gaumont Disney Village, Salle 7 place A19 , en VF

  • 3.5