Logo
Accueil > Reviews > Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn

Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn

  • Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
    Vous connaissez l'histoire du flic, de l'oiseau chanteur, de la cinglée et de la princesse mafieuse ? Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn est une histoire déjantée racontée par Harley en personne – d'une manière dont elle seule a le secret. Lorsque Roman Sionis, l'ennemi le plus abominable – et le plus narcissique – de Gotham, et son fidèle acolyte Zsasz décident de s'en prendre à une certaine Cass, la ville est passée au peigne fin pour retrouver la trace de la jeune fille. Les parcours de Harley, de la Chasseuse, de Black Canary et de Renee Montoya se télescopent et ce quatuor improbable n'a d'autre choix que de faire équipe pour éliminer Roman…

Critique de Mulder

  • Le personnage iconique de Harley Quinn qui fut créé à l’origine dans le cadre de la série d’animation Batman (1992) par Paul Dini et Bruce Timm est devenu l’un des plus appréciés de l’univers DC Comics non seulement par sa folie et surtout pour avoir été longtemps rattaché au personnage du Joker. C’est également grâce à la brillante et jubilatoire interprétation de Margot Robbie qu’elle a pu s’imposer au cinéma comme une valeur sûre. Certes le film Suicide Squad (2016) réalisé par David Ayer n’était pas parfait mais il a le mérite de donner vie à ce personnage et surtout montré son fort potentiel. Ce n’est pas non plus un hasard si la nouvelle série d’animation Harley Quinn aux Etats-Unis sur DC Universe rencontre un énorme succès public et critique.

    On comprend donc aisément que les premières minutes du film nous présentant le passé de ce personnage se déroule sous la forme d’un dessin animé et nous narre aussi bien son passé dans un orphelinat, ses études, sa rencontre avec le Joker et nous rappelle par la même occasion le film The Suicide Squad. Après le décevant Justice League (2017) et malgré les très réussis Man of Steel (2013), Wonder Woman (2017), Aquaman (2018) et Shazam ! (2019), on ne peut que saluer la volonté de Warner Bros de retrouver toute l’énergie de la trilogie Dark Knight et la qualité indéniable du film culte de Richard Donner Superman (1978). Le film Joker qui est non seulement un triomphe mondial critique et publique semble aller dans le même sens et témoigne que les studios Warner Bros ont retrouvé la parfaite orientation pour damer le pion à l’univers cinématographique Marvel.

    Le système Hollywoodien semble enfin se réveiller et vouloir évoluer et surtout donner à des comédiennes des rôles plus élaborés voire même les mettre au premier plan comme récemment Scandale (2019) avec également Margot Robbie. Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn se révèle non seulement une excellente surprise mais surtout montre que donner les rênes à une réalisatrice comme ce fut déjà le cas avec Wonder Woman de Patty Jenkins c’est apporter un souffle nouveau et parfaitement en phase avec son sujet. Cathy Yan remarquée avec son premier film Dead Pigs (2018) réussie non seulement à trouver le bon angle d’approche et donner une réelle épaisseur aux comédiennes principales mais surtout réussit malgré un scénario qui aurait mérité un meilleur traitement à nous divertir et à éviter toute baisse de régime.

    Avec ses nombreux flashbacks, ses cinq personnages féminins principaux Margot Robbie (Harley Quinn), Mary Elizabeth Winstead (Helena Bertinelli / Huntress), Jurnee Smollett-Bell (Dinah Lance / Black Canary), Rosie Perez (Renee Montoya) et la jeune comédienne Ella Jay Basco (Cassandra Cain), nous sommes totalement immergés dans l’action et nous prenons un vrai plaisir à retrouver le personnage de Harley Quinn dans de nouvelles aventures. Une nouvelle fois Margot Robbie fait le show et quel spectacle intense et magique. Elle transcende totalement son personnage et ses nombreux dialogues sont tout simplement jubilatoires même si le scénario trop linéaire semble par moment être trop simpliste et se contenter de proposer un Harley Quinn Show. Reste que découvrir Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn en IMAX est un véritable plaisir et que le film se déroule à la perfection. De plus le fait que la comédienne Margot Robbie soit également une des productrices du film lui permet de contrôler son film et l’orner de multiples talents.

    Ce film permet de retrouver l’excellente comédienne Mary Elizabeth Winstead (Dieh Hard 4 – retour en enfer (2007), The Spectacular now (2013), 10 Cloverfield Lane (2016)..). Pour l’un de ses premiers films d’action, elle se révèle parfaite aussi bien dans les scènes d’action que dans les moments plus dramatiques. Elle réussit même dans certaines scènes à éclipser Margot Robbie…

    On appréciera aussi la présence d’un véritable Bad Guy interprété à la perfection par Ewan McGregor qui semble trouver un véritable plaisir à le jouer. Son personnage Roman Sionis (Black Mask) rappelle par certains côtés les personnages de mafiosi dans les films de gangsters chers à Martin Scorsese. De la même manière le découpage du film nous rappelle celui des comics DC avec sa recherche du meilleur plan possible et un rythme continu sans aucune fausse note. Certes le film gagne en efficacité ce qu’il perd en originalité. On aurait aussi apprécié une scène post générique au lieu d’un dialogue de Harley Quinn relatif à Batman. Malgré tout le film pose des bases solides pour prolonger les aventures de Harley Quinn et lancer une nouvelle équipe de justicières (Birds of Prey).

    Birds of Prey (and the Fantabulous Emancipation of One Harley Quinn)
    Un film de Cathy Yan
    Produit par Margot Robbie, Bryan Unkeless, Sue Kroll
    Sur un scénario de Christina Hodson
    Basé sur Birds of Prey de Jordan B. Gorfinkel et Chuck Dixon, Harley Quinn de Paul Dini et Bruce Timm
    Avec Margot Robbie, Mary Elizabeth Winstead, Jurnee Smollett-Bell, Rosie Perez, Chris Messina, Ella Jay Basco, Ali Wong, Ewan McGregor
    Musique de Daniel Pemberton
    Directeur de la photographie : Matthew Libatique
    Montage : Jay Cassidy, Evan Schiff
    Production : DC Films, LuckyChap Entertainment, Kroll & Co. Entertainment, Clubhouse Pictures
    Distribution : Warner Bros. Pictures
    Date de sortie : 25 janvier 2020 (Mexique), 5 février 2020 (France), 7 février 2020 (Etats-Unis)
    Durée : 109 minutes

    Vu le 5 février 2020 au Gaumont Disney Village, Salle 11 E22, en VF

  • 4.5