Logo
Accueil > Reviews > The Grudge

The Grudge

  • The Grudge
    En 2004, une infirmière, Fiona Landers, assassine son mari et leur petite fille dans sa demeure en Pennsylvanie. Les Détectives Goodman et Wilson enquêtent sur les meurtres. Mais il s'avère que la résidence est hantée. Peu de temps avant le meurtre, Fiona a fuit précipitamment Tokyo après avoir vu les fantômes d'une jeune japonaise, Kayako Saeki, et d'un petit garçon, Toshio, dans un autre domicile inquiétant... Possédée par elle, Fiona tua ses proches avant de se suicider. Désormais, tous ceux et celles qui pénétreront dans sa demeure se verront maudits à leur tour par les fantômes de Kayako et Toshio...    

Critique de Mulder

  • Dans une industrie cinématographique en perpétuelle évolution, on peut comprendre aisément la volonté de certains studios à mettre en place suite à un succès d’un film de genre de nombreuses suites, voire à essayer de relancer une ancienne saga cinématographique. Pourtant, cela sous-entend non seulement avoir une excellente idée originale et surtout savoir proposer une véritable intrigue propice à retenir toute l’attention des spectateurs. Dans le cas présent cette tentative de reboot de la saga The Grudge se révèle être non seulement d’une laideur atroce au niveau de la photographie mais surtout reposer sur une direction d’acteurs mal maitrisée et un scénario d’une platitude inouïe et dénouée de réelles surprises. Le réalisateur et scénariste réussit non seulement à nous ennuyer ferme mais surtout n’arrive pas à nous faire peur à aucun moment. Sa conception semble vouloir montrer une envie d’appliquer bêtement les règles du genre propice à un tel film sans chercher à aucun moment à entrainer les spectateurs dans un univers aussi inquiétant qu’attirant.

    Sorti en 2002 le film japonais Ju-on: The Grudge réalisé et écrit par Takashi Shimizu avait non seulement connu un succès critique mais également conquis un large public au point d’être prolongé par de nombreuses suites (neuf films japonais au total) et un remake américain (également prolongé de trois suites) déjà produit par Sam Raimi par sa boite de production Ghost House Pictures. L’impression que Ghost house pictures veuille remettre au goût du jour The Grudge aurait pu réussir si le film avait bénéficié d’un traitement de qualité, d’un scénario propice à de nombreux rebondissements mais surtout avait été capable de faire réellement peur. On appréciera pourtant au début du film la volonté de commencer l’histoire au Japon avant de la déplacer aux Etats-Unis et de montrer que le foyer, endroit par excellence de calme pouvait se transformer en véritable cauchemar urbain.

    La maison où se déroulait l’action du film original ramène avec elle aux Etats-Unis cette entité japonaise diabolique et capable de prendre n’importe quelle forme humaine de ses victimes. Par de nombreux allers et retours entre 2014 et 2016 le film se focalise sur différents personnages que cela soit deux agents de police, trois familles américaines ayant vécu ou en contact avec la maison américaine contaminée par cette créature diabolique.

    Il faut reconnaitre que ces nombreux sauts dans le temps empêchent totalement le film de fonctionner et surtout ont plutôt tendance à nous faire rire que peur. Le réalisateur semble appliquer la formule prémachée du film original et de l’usage du son annonçant l’arrivée de la créature mais sans savoir précisément quand et comment l’amener dans le récit. Pourtant, Nicolas Pesce n’est pas un novice du genre et avait déjà écrit et réalisé deux films (The Eyes of my mother (2016) et Piercing (2018)).

    Pourtant le film aurait pu être totalement différent et réussi s’il avait été dans de bonnes mains. Son casting par exemple avec Andrea Riseborough, Demian Bichir, John Cho, Betty Gilpi, Lin Shaye et William Sadler avait tout pour séduire à condition qu’ils aient en leur possession un scénario suffisamment bien construit pour faire exister leur personnage et ce n’est pas ici malheureusement le cas. Entre des effets ratés, une intrigue qui s’écroule dès les premières images du film et une fin tellement inepte qu’elle en est risible, The Grudge est un reboot inefficace et complètement raté dont on vous encourage à attendre la sortie vidéo voire son passage à la télévision mais en aucun cas ne mérite de dépenser le prix d’une place de cinéma. Avec seulement dix personnes dans la salle le lendemain de sa sortie, on peut aisément avancer que les spectateurs se rangent de notre côté.

    The Grudge
    Un film écrit et réalisé par Nicolas Pesce
    Produit par Sam Raimi, Rob Tapert, Taka Ichise
    Sur une histoire de Nicolas Pesce et Jeff Buhler
    Basé sur Ju-On: The Grudge de Takashi Shimizu
    Avec Andrea Riseborough, Demián Bichir, John Cho, Betty Gilpin, Lin Shaye, Jacki Weaver
    Musique de The Newton Brothers
    Directeur de la photographie : Zachary Galler
    Montage : Gardner Gould, Ken Blackwell
    Production : Screen Gems, Stage 6 Films, Ghost House Pictures
    Distribution : Sony Pictures Releasing
    Date de sortie : 3 janvier 2020 (Etats-Unis)
    Durée :

    Vu le 16 janvier 2020 au Gaumont Disney Village, Salle 3 place A18, en VF

  • 1