Logo
Accueil > Reviews > Les Traducteurs

Les Traducteurs

  • Les Traducteurs
    Isolés dans une luxueuse demeure sans aucun contact possible avec l'extérieur, neuf traducteurs sont rassemblés pour traduire le dernier tome d'un des plus grands succès de la littérature mondiale. Mais lorsque les dix premières pages du roman sont publiées sur internet et qu'un pirate menace de dévoiler la suite si on ne lui verse pas une rançon colossale, une question devient obsédante : d'où vient la fuite ?

Critique de Mulder

  • “L'acte d'écrire peut ouvrir tant de portes, comme si un stylo n'était pas vraiment une plume mais une étrange variété de passe-partout.” – Stephen King

    Le film Les traducteurs s’impose dès sa découverte comme un thriller d’une perfection rare sachant aussi bien jouer avec les nerfs des spectateurs, sur les fausses apparences mais surtout construire une mécanique tellement ingénieuse et généreuse qu’elle saura plaire à tous, que cela soit un spectateur ou un féru de cinéma à la critique aiguisée.

    Pour son second long métrage après le très remarqué Populaire (2012) avec Romain Duris, Déborah François, Bénérnice Béjo, Mélanie Bernier et Nicolas Bedos notamment, en passant de la comédie au thriller, le réalisateur et co-scénariste Régis Roinsard réussit une nouvelle fois à nous étonner, à nous tenir en haleine. Il montre que le cinéma français est capable de rivaliser avec les thrillers américains avec un véritable savoir-faire et une mise en scène inspirée.

    Le milieu littéraire a souvent été traité au cinéma non seulement dans différents thrillers mais aussi sous la forme de comédie. Dans le cas présent, Les traducteurs met en scène à la manière d’une intrigue d’Agatha Christie pour une partie du film en huis clos, plusieurs personnes devant s’atteler à traduire dans différentes langues le troisième volet d’un best-seller littéraire attendu mondialement. Celles-ci sont séquestrées dans une salle d’un château afin de traduire sous le contrôle d’un responsable d’une maison d’édition un livre. Privé de toutes connexions avec l’extérieur (téléphone portable, ordinateur connecté à internet..), ces personnes vont se retrouver sous la menace d’un pirate informatique faisant chanter cette maison d’édition qui les a réuni sous peine de dévoiler l’intégralité du livre.

    Alors que le dernier film de Rian Johnson, À couteaux tirés (Knives Out), a dépassé le million d’entrées en France en montrant qu’un excellent thriller était capable de remporter non seulement une critique unanime excellente mais aussi de plaire à un large public, le film Les traducteurs semble destiné à connaitre un identique excellent accueil. Le scénario écrit par le réalisateur Régis Roinsard épaulé par Daniel Presley et Romain Compingt réussit non seulement à nous tenir en haleine du début à la fin mais surtout tel un roller coaster à nous surprendre et surtout à défricher un cinéma français soit trop académique soit trop commercial.

    La véritable révélation du film, le jeune comédien Alex Lawther (Le monde de Nathan (2014), Departure (2015), Ghost stories (2017)..) témoigne ici d’une réelle présence à l’écran et la réussite du film lui doit beaucoup. De la même manière on retrouve dans les rôles principaux la trop rare et magnifique Sidse Babett Knudsen, Olga Kurylenko (dans l’un de ses meilleurs rôles), Lambert Wilson, Ricardo Scamarcio, l’excellent Eduardo Noriega (Blackthorn (2011), Le dernier remprt (2013)..).Frédérich Chau (parfait dans son rôle à contre-emploi), Sara Giraudeau , Anna Maria Sturm et surtout Patrick Bauchau (la série culte Le Caméléon). Un tel casting attire non seulement l’attention mais montre bien la qualité scénaristique d’un tel film qui sait parfaitement s’imposer comme une réussite indéniable.

    On appréciera également les différents niveaux de lecture du film car derrière l’intrigue qui retient notre attention, le scénario rend également hommage à sa manière à plusieurs classiques du cinéma américain que cela soit Mission Impossible, Usual Suspects ou autres adaptations à l’écran d’Agatha Christie. Alors que le cinéma français hormis quelques exceptions préfère mettre en pratique des formules marketing prémâchées et aux ficelles artificielles trop visibles et fragiles, le film Les traducteurs surprend en permanence et surtout arrive à s’imposer comme une véritable partie d’échecs ou chaque révélation a son importance et est amenée d’une manière limpide et efficace.

    Certes on pourra voir dans ce film trois axes distincts, l’enquête pour savoir qui est parmi les personnes enfermées le coupable, un film mettant en scène une arnaque et enfin la partie la plus intéressante, celle d’une vengeance que l’on ne peut que valider. Mais ces trois axes sont parfaitement emboités pour éviter toute baisse de régime. La fin du film est d’une très forte émotion et d’une réussite exemplaire qu’on ne peut qu’applaudir et encourager notre entourage à aller le voir dès sa sortie le 29 janvier prochain..

    Les Traducteurs
    Un film de Régis Roinsard
    Sur un scénario de Régis Roinsard, Daniel Presley et Romain Compingt
    Avec Lambert Wilson, Olga Kurylenko, Riccardo Scamarcio, Sidse Babett Knudsen, Eduardo Noriega, Alex Lawther, Anna Maria Sturm, Frédéric Chau, Maria Leite, Manolis Mavromatakis, Sara Giraudeau, Patrick Bauchau, Fontaine
    Michel Bompoil, Nicolas Koretzky, Marc Arnaud, Jade Phan-Gia, Vinciane Millereau, Miglen Mirtchev
    Musique : Jun Miyake
    Montage : Loïc Lallemand
    Photographie : Guillaume Schiffman
    Décors : Julien Tesseraud
    Producteurs : Alain Attal et Xavier Amblard
    Production : Trésor Films, co-production Wild Bunch, Mars Films, France 2 Cinéma
    Distribution : Trésor Films
    Durée : 1h 45 minutes
    Date de sortie : 29 janvier 2020 (France)

    Vu le 13 janvier 2020 à l’UGC Ciné-cité Bercy, salle 31

  • 5