Logo
Accueil > Reviews > Black Christmas

Black Christmas

  • Black Christmas
    C'est bientôt le début des vacances de fin d'année à l'université Hawthorne. Parmi les étudiants qui vont rester sur le campus pendant les fêtes, il y'a Riley Stone, une jeune femme ayant été victime d'un acte horrible de la part d'un membre de l'une des fraternité les plus puissantes d'Hawthorne lors de sa première année. Depuis, Riley se fait discrète et timide.Le soir d'un spectacle de fin d'année, Riley affronte ses peurs et chante avec ses amies une chanson satirique pour dénoncer la culture du viol au sein de l'université. Suite à cette performance, elle commence à recevoir des messages anonymes et menaçants. Riley devient de plus en plus méfiante et s'inquiète quand l'une des membre de la sororité ne donne plus signe de vie. Une nuit, Riley et ses amies deviennent les proies de violents tueurs. Les filles font devoir affronter ces intrus pour se défendre et l'empêcher de les éliminer.

Critique de Mulder

  • Les films d’horreur se déroulant pendant les fêtes de Noël sont en général ratés par manque d’ambition ou gâchés par des scénarios trop simplistes et laissant trop peu de surprises. Certes Douce Nuit Sanglante nuit (1984), Père Noel Origines (2010), Silent Night (2012), Krampus (2015), A christmas horror story (2015)) figurent parmi les quelques rares exceptions et cette courte liste ne sera pas complétée par ce remake raté du film homonyme de Bob Clark (1974).

    On peut aisément comprendre la volonté de Blumhouse Productions de proposer une nouvelle version d’un film d’horreur ayant connu du succès lors de sa sortie en salle surtout par la réussite que fut Halloween (2018) de David Gordon Green. Malheureusement alors que le film original s’est imposé dans le temps pour devenir culte et malgré un premier remake en 2006 réalisé par Glen Morgan, cette seconde relecture n’arrive ni à instaurer un climat singulier ni à nous faire peur. Malheureusement, le scénario co-écrit par Sophia Takal et April Wolfe même en incorporant des éléments fantastiques n’arrive pas à faire oublier la platitude d’une mise en scène guère sophistiquée et se contenant de filmer platement sans aucune ingéniosité l’intrigue.

    Certes pour réussir un bon film d’horreur (un slasher dans le cas présent) il faut non seulement être capable d’apporter un tant soit peu d’originalité et surtout ne pas se contenter d’affiler les scènes de meurtres les unes après les autres en n’en montrant le moins possible alors qu’il s’agit des scènes les plus attendues d’un tel film. A défaut de les montrer, il est certes possible de les faire imaginer par les spectateurs à condition de les plonger dans un milieu effrayant. On pensera notamment au classique du genre Halloween (1978) de John Carpenter.

    Que cela soit la scène du meurtre dans la première scène du film ou les autres qui suivent, tout semble avoir été gommé pour enlever une interdiction en dessous d’un certain âge et le résultat est donc une totale déception. Malgré la présence de la comédienne Imogen Poots , on s’ennuie ferme devant ce film manquant cruellement d’ambition et de rythme…

    Black Christmas
    Un film de Sophia Takal
    Produit par Jason Blum, Ben Cosgrove, Adam Hendricks
    Sur un scénario de Sophia Takal, April Wolfe
    Basé sur Black Christmas de A. Roy Moore
    Avec Imogen Poots, Lily Donoghue, Aleyse Shannon, Brittany O'Grady, Caleb Eberhardt, Cary Elwes
    Musique de Will Blair, Brooke Blair
    Directeur de la photographie : Mark Schwartzbard
    Montage : Jeff Betancourt
    Production : Blumhouse Productions, Divide/Conquer
    Distribution : Universal Pictures
    Date de sortie : 11 décembre 2019 (France) , 13 décembre 2019 (Etats-Unis),
    Durée : 92 minutes

    Vu le 13 décembre 2019 au Gaumont Disney Village, Salle 3 place A18, en VF

  • 0.5