Logo
Accueil > Reviews > Chanson douce

Chanson douce

  • Chanson douce
    Paul et Myriam ont deux enfants en bas âge. Ils engagent Louise, une nounou expérimentée, pour que Myriam puisse reprendre le travail. Louise se montre dévouée, consciencieuse, volontaire, au point que sa présence occupe une place centrale dans la famille. Mais très vite les réactions de Louise deviennent inquiétantes.

Critique de Mulder

  • « J’ai lu le livre d’une traite, au moment de sa sortie, avant qu’il ne reçoive le Prix Goncourt. Chanson douce a quelque chose de magnétique. Je me souviens d'un fort sentiment de vertige, comme face à un puits sans fond. Ce qui est intéressant, c’est que Leïla Slimani ne condamne pas cette criminelle, pas plus que les parents ; j’y ai donc vu une peinture très cruelle de la société actuelle, qui dévore ses propres enfants..» - Lucie Borleteau

    Chanson douce est l’adaptation du roman homonyme de Leïla Slimani qui fut couronné d’un prix Goncourt en 2016. Croisement parfaite de l’étude sociale d’un personnage proche de la folie et d’un thriller angoissant qui ne ménage à aucun moment les spectateurs, Chanson douce s’impose aisément comme un film réussi et surtout amenant à la réflexion sur notre société actuelle. En rejetant certaines personnes de la société ou en leur faisant mener un véritable enfer lié à des difficultés personnelles et financières, notre société actuelle créée de véritables monstres comme Louise. Cette nourrice loin du personnage idyllique de Mary Poppins semble pourtant irréprochable et vouloir être irréprochable dans sa manière de vouloir prendre soin des deux enfants d’un jeune couple parisien Paul et Myriam mais peu à peu son comportement laisse apparaitre certains signes inquiétants.

    Il serait intéressant de comparer la structure du film et celle du livre d’autant que le scénario de Lucie Borleteau et Jérémie Elkaïm réussi à insuffler aux personnages du roman une véritable personnalité et épaisseur de caractère. Alors que de nombreux thrillers préfèrent jouer sur un trop plein de violence, Chanson douce préfère prendre son temps pour planter le décor, présenter les trois personnages adultes centraux et également donner la parole aux deux enfants. Il en ressort un film non seulement étouffant mais aussi ne cherchant à aucun moment à rechercher la facilité pour retenir l’attention des spectateurs.

    Certes les nounous inquiétantes ont toujours été une thématique récurrente du cinéma et on se souvient encore notamment de films comme La main sur le berceau (1992). Pourtant ce film est d’autant plus réussi qu’il reste en permanence crédible et trouve même sa source d’un fait divers qui a inspiré la romancière lors de l’écriture de son livre. En effet à Manhattan en 2012 deux enfants avaient été retrouvés morts tués par leur nourrice. Nous comprenons d’autant plus la position des parents qui obnubilés dans ce film par leur volonté de réussite sociale s’en vont à oublier le plus important est de savoir protéger sa famille du mal extérieur omniprésent actuellement dans notre société.

    En se laissant aveugler par cette nourrice paraissant irréprochable, ils auraient dû se soucier d’avantages de leurs enfants. En cela le film montre le devoir des parents de trouver un réel équilibre entre leurs vies professionnelles et personnelles. Chanson douce est d’autant plus réussi qu’il sait parfaitement jouer avec les nerfs des spectateurs jusqu’à un final proche du livre dans lequel on se doute déjà de ce qui va arriver. C’est en effet plus le cheminement des différentes situations qui vont amener à ces crimes horribles qui semble fasciner la réalisatrice.

    Très inspirée, la réalisatrice Lucie Borleteau trouve la parfaite approche pour donner une réelle force à chacune des scènes du film y compris celle dans l’appartement de Louise dans lequel sa folie prend toute sa dimension. Elle bénéficie d’autant plus du support de deux très grandes comédiennes Karin Viard et Leïla Bekhti qui se sont réellement investies dans leur rôle et leur apportent une réelle épaisseur. Habituée à être plus présente dans des comédies grand public, Karin Viard trouve ici un contre-rôle magistral dans lequel elle fait apparaitre une nouvelle fois qu’elle est une des meilleures comédiennes actuelles

    Chanson douce s’impose ainsi aisément comme une des bonnes surprises de cette fin d’année. Loin des comédies commerciales et des thrillers manquant réellement de forces, Chanson douce est un film à ne pas rater au cinéma que vous soyez parents ou non, il s’agit d’une histoire qui ne laissera personne insensible.

    Chanson douce
    Un film de Lucie Borleteau
    Sur un scénario de Lucie Borleteau et Jérémie Elkaïm
    d'après le roman Chanson douce de Leïla Slimani
    Avec Karin Viard, Leïla Bekhti, Antoine Reinartz et Noëlle Renaude.
    Décors : Samuel Deshors
    Costumes : Dorothée Guiraud
    Photographie : Alexis Kavyrchine
    Montage : Laurence Briaud
    Musique : Pierre Desprats
    Production : Pascal Caucheteux, Nathalie Gastaldo, Philippe Godeau et Grégoire Sorlat
    Sociétés de production : Why Not Productions et Pan-Européenne, avec la participation de Canal+, Ciné+ et France 3 Cinéma
    Société de distribution : StudioCanal (France)
    Date de sortie :27 novembre 2019 (France)

    Vu le 21 novembre 2019 au Gaumont Disney Parnasse, Salle 2

  • 4