Logo
Accueil > Reviews > Ad Astra

Ad Astra

  • Ad Astra
    L’astronaute Roy McBride s’aventure jusqu’aux confins du système solaire à la recherche de son père disparu et pour résoudre un mystère qui menace la survie de notre planète. Lors de son voyage, il sera confronté à des révélations mettant en cause la nature même de l’existence humaine, et notre place dans l’univers.

Critique de Mulder

  • LLe titre du film "Ad astra" ("vers les étoiles, à travers la difficulté") fait référence à la NASA. Il fait également référence à une forme de voyage initiatique parcouru dans un environnement hostile, comme dans le roman Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad. Il correspond à la perfection au niveau film du réalisateur et scénariste James Gray qui met ici en scène son premier film de science-fiction. En découvrant les premières images de ce film, on repense aux grands films se déroulant aussi bien dans un avenir réaliste et très pessimiste mais aussi aux nombreux films se déroulant dans l’espace que cela soit 2001 : l’odyssée de l’espace (1968) de Stanley kubrick, Blade Runner (1982) de Ridley Scott, l’Etoffe des héros (1984), Gravity (2013) de Alfonso Cuaron, Interstellar (2014) de Christopher Nolan, Premier contact (2016) de Denis Villeneuve.

    Conçu comme une véritable expérience cinématographique dans laquelle l’ambiance mise en place compte autant que l’histoire, Ad Astra rend autant hommage à ces astronautes, véritables héros des nouveaux temps et explorateurs de notre système solaire qui nous rappelle l’importance du côté éphémère de notre vie, de ce court passage sur cette terre que nous devrions plus respecter que détruire pour des raisons liées au développement sans limite de l’industrialisation de notre société. Le personnage Roy McBride (Brad Pitt dans l’un de ses meilleurs rôles) semble vouer à suivre les traces de son père l’un des plus grands scientifiques et cosmonautes. Ce dernier en mission dans l’espace semble avoir disparu alors qu’il était parti avec son équipe dans l’espace pour répondre à l’une des plus grandes questions restées encore à ce jour sans réponse réelle, est-ce que nous sommes seuls dans l’univers. Roy McBride est un brillant cosmonaute qui ne semble avoir peur de rien et qui est prêt à relever les nombreuses missions difficiles qu’on lui soumet y compris partir dans une mission périlleuse pour retrouver e ramener sur terre son père.

    Ce septième film de James Gray même si le réalisateur délaisse les films dramatiques qui ont fait sa notoriété montre qu’il est resté fidèle à des thématiques qui lui tiennent à cœur comme la famille, survivre et se battre pour une cause noble. Ainsi après Little Odessa (1994), The Yards (2000), La nuit nous appartient (We own the night) (2007), Two lovers (2008), The immigrant (2013) et The Lost City of Z (2016), Ad Astra semble montrer la volonté du réalisateur de poursuivre l’œuvre de ces réalisateurs surdoués comme Stanley kubrick, Ridley Scott, Christopher Nolan et Alfonso Cuaron. Loin de verser dans la démesure et montrer de nombreux effets spéciaux masquant comme c’est trop souvent le cas la finesse de scénario quelconque, comme ces prédécesseurs, James Gray reste focaliser sur le côté humain de son film. Que cela soit les racines de son personnage principal, la raison principale de trouver un sens à sa vie, James Gray nous livre ici une quête d’un homme qui peu à peu retrouve enfin une volonté de vivre et de s’ouvrir à son environnement.

    Certes le rythme du film est très lent mais à aucun moment le réalisateur ne cherche à faire de son film qu’un tableau figé surréaliste. Chacune des scènes est importante et surtout permet de retrouver de grands comédiens ayant enfin matière à montrer leur talent. Que cela soit les nombreux seconds rôles interprétés par Tommy Lee Jones, Ruth Negga, Liv Tyler, Donald Sutherland ou la présence omniprésente à l’écran de Brad Pitt (également co-producteur), Ad Astra est un voyage que l’on ne peut pas refuser, une véritable expérience cinématographique comme on aimerait plus en vivre au cinéma. Certes le pessimisme semble être partout et montre une société futuriste en perte d’humanité mais surtout nous montre que nous devons vivre pleinement notre vie et ne pas attendre le dernier moment et avoir des reproches de ne pas avoir essayé. On ressort heureux et avec des images que nous gardons encore longtemps en mémoire. Ad astra est un film indispensable à voir au cinéma dans les meilleures conditions possibles. Non seulement un nouveau classique de la science-fiction mais tout simplement un grand film à partager et à vivre totalement. Laissez vous guide, l’aventure en vaut la peine.

    Ad Astra
    Un film de James Gray
    Produit par Brad Pitt, Dede Gardner, Jeremy Kleiner, James Gray, Anthony Katagas, Rodrigo Teixeira, Arnon Milchan
    Sur un scénario de James Gray, Ethan Gross
    Avec Brad Pitt, Tommy Lee Jones, Ruth Negga, Liv Tyler, Donald Sutherland
    Musique de Max Richter
    Directeur de la photographie : Hoyte van Hoytema
    Montage : John Axelrad, Lee Haugen
    Production : 20th Century Fox, Regency Enterprises, Bona Film Group, New Regency Productions, Plan B Entertainment, RT Features, Keep Your Head Productions, MadRiver Pictures
    Distribution : Walt Disney Studios Motion Pictures (Etats-Unis), 20th Century Fox (France)
    Date de sortie : 29 août 2019 (Venise), 20 septembre 2019 (Etats-Unis), 18 septembre 2019 (France)
    Durée : 124 minutes

    Vu le 2 septembre 2019 au Royal Monceau, en VO

  • 5