Logo
Accueil > Reviews > Port Authority

Port Authority

  • Port Authority
    C’est l’histoire d’une rencontre entre un jeune homme blanc qu’on prend pour un loser et qui tente de survivre dans un New York qui ne veut pas de lui, et une famille de danseurs noirs et queer de Harlem adeptes du voguing. Parmi eux, il y a une fille superbe. Mais voilà, elle n’est pas seulement une fille superbe…

Critique de Mulder

  • Le festival du cinéma américain de Deauville nous permet souvent de découvrir des films indépendants américains qui mériteraient d’avoir une meilleure mise en avant en France. Alors que nos nombreux cinémas semblent vouer à ne proposer que des films américains issus des studios hollywoodiens et quelques films français pour la plupart rarement bons, un film comme Port Authority mérite le meilleur des traitements tant son scénario, sa mise en scène inspirée et surtout la présence d’une comédienne transgenre Leyna Bloom.

    Alors que la plupart des films se déroulant à New York préfèrent mette en avant la beauté des beaux quartiers de cette ville, la caméra de la réalisatrice Danielle Lessovitz préfère mettre en lumière ceux qui ont des difficultés à se nourrir chaque jour et à avoir une vie décente. La pauvreté est omniprésente comme dans toutes les grandes villes et certains n’ont pas d’autres choix que d’accepter des missions guères envieuses comme mettre dehors les familles ne payant plus leurs loyers.

    On découvre ainsi le jeune Paul sorti récemment de prison qui doit habiter un temps chez sa demi-sœur. Pourtant celle-ci ne souhaite pas l’aider et refuse de l’accueillir. Paul se retrouve donc à la rue et est aidé après avoir été agressé dans le métro par un jeune américain vivant dans un refuge pour les personnes sans domicile fixe. Un jour, Paul va rencontrer la belle Wye sans savoir que celle-ci fut un homme qui a changé de sexe pour devenir une femme. Wye vit de plus avec d’autres personnes, des danseurs de rue, dans un modeste appartement. Paul va non seulement ouvrir les yeux et essayer de comprendre Wye mais aussi inexorablement s’éloigner d’elle..

    La mise en scène inspirée de Danielle Lessovitz repose certes sur un scénario assez simpliste permettant de mettre en avant le Transgenrisme mais aussi illustre une comédie romantique et dramatique différente par cette approche sensible de ce nouveau mouvement qui semble réveiller les consciences américaines. Certes Port Authority semble plus destiné à un public adulte et aimant autant le cinéma américain que les blockbusters mais bénéficie de la présence de comédiens non professionnels investis dans leur rôle et d’une réelle volonté de donner vie à un film original et captivant. On ne peut que saluer les débuts prometteurs d’une future grande réalisatrice..

    Port Authority (Etats-Unis et France)
    Un film écrit et réalisé par Danielle Lessovitz
    Produit par Rodrigo Teixeira, Virginie Lacombe, Zachary Luke Kislevitz
    Avec Avec Fionn Whitehead, Leyna Bloom, McCaul Lombardi, Louisa Krause, Will Dufault, Stephen Cavalieri, Eddie Plaza, Taliek Jeqon, Devon Carpenter, Azza Melton, Christopher « Afrika » Quarles, Max Kpoyour, Precious Ebony, Lawrence « Snookie » Taylor, Jari JonesChristopher Quarles, Taliek Jeqon
    Musique de Matthew Herbert
    Directeur de la photographie : Jomo Fray
    Montage : Matthew C. Hart, Clemence Samson
    Production : RT Features, Madeline Films, Sikelia Productions
    Distribution : ARP Selection (France)
    Date de sortie : 18 mai 2019 (Cannes), 25 septembre 2019 (France)
    Durée : 94 minutes

    Vu le 13 septembre 2019 au Centre International de Deauville, en VO

  • 3.5