Logo
Accueil > Reviews > Dora et la cité perdue

Dora et la cité perdue

  • Dora et la cité perdue
    Après des années à explorer la jungle avec ses parents, Dora se prépare à vivre l’épreuve la plus difficile de sa vie : l’entrée au lycée ! Son âme d’exploratrice ressurgit quand elle doit voler à la rescousse de ses parents en danger.Accompagnée de son fidèle singe Babouche, de son cousin Diego et de nouveaux amis hauts en couleur, Dora embarque dans une folle aventure qui l’amènera à percer le mystère de la Cité d’or perdue.

Critique de Mulder

  • Retenez bien son nom, Isabela Moner a tout pour devenir la nouvelle comédienne incontournable hollywoodienne tant son investissement dans ce film se ressent à chaque scène et lui apporte non seulement une touche féminine salvatrice mais également une réelle personnalité. Déjà remarquée dans Transformers : The Last Knight (2017), Sicario : La Guerre des cartels (2018), Apprentis parents (2019), elle confirme avec Dora et la cité perdue qu’elle est une des nouvelles stars mondiales hollywoodiennes montantes et une valeur sûre de qualité d’un film. Elle apporte à son personnage tout son charme.

    Alors qu’on aurait pu s’attendre à un divertissement plus calibré pour un très jeune public, on se retrouve finalement avec l’équivalente féminine d’une jeune et intrépide aventurière qui semble marcher dans les traces d’Indiana Jones (les trois premiers Indiana Jones furent distribués aux Etats-Unis également par Paramount Pictures). Dès la scène d’introduction on nous présente un moment de l’enfance de Dora et une réelle amitié avec son cousin Diego et des parents archéologues à la recherche d’une cité perdue. Cette scène renvoie directement au personnage de la série d’animation créée par Valerie Walsh, Eric Weiner et Chris Gifford et qui fut diffusée du 14 aout 2000 au 26 janvier 2015 sur la chaine Nickelodeon aux États-Unis.

    Le scénario de Nicholas Stoller, Matthew Robinson réussit à rester fidèle à cette série télévision d’animation mais aussi à la rendre plus adulte par son traitement en gommant tout infantilité inutile. On retrouvera aussi les personnages de Babouche (le singe) en image de synthèse et de Swiper (le fameux renard dont ici Benicio Del Tora prête sa voir). Cette immersion totale dans un excellent film d’aventure nous emporte totalement et nous suivons avec le plus grand intérêt le déroulement de cette histoire.

    Les nombreux rebondissements du film ainsi que des personnages attachants font du film Dora et la cité perdue assurément le film d’aventure de l’été. Jonglant habilement avec les codes du film d’aventure avec paysages dépaysants, cité avec ses nombreux pièges mais aussi sur l’opposition entre le monde urbain (Dora doit se rendre chez son cousin à Hollywood) et celui de la jungle avec ses animaux dangereux. Le rythme trépidant du film d’aventure laisse également la place à certains moments irrésistibles dont deux scènes de danse irrésistibles, quelques chansons (pour que Dora puisse retenir les choses importantes) mais aussi des dialogues croustillants et épicés parfaitement amenés.

    Alors que le cinéma hollywoodien actuel préfère miser sur des déferlements d’effets spéciaux outranciers, Dora et la cité perdue nous renvoie à l’âge d’or du cinéma d’aventure reposant avant tout sur des comédiens aguerris. On appréciera ici retrouver dans des rôles certes sommaires et secondaires Michael Peña et Eva Longoria. Impossible de ne pas aimer un tel film débordant d’énergie et surtout donnant enfin à Isabela Moner son premier grand rôle. A son image, le film est juste irrésistible et nous donne envie de retrouver ce personnage dans de nouvelles aventures. Enfin, on vous conseillera de rester jusqu’à la fin du générique pour découvrir une petite scène animée.

    Dora and the Lost City of Gold
    Un film de James Bobin
    Produit par Kristin Burr
    Sur un scénario de Nicholas Stoller, Matthew Robinson
    Sur une histoire de Tom Wheeler et Nicholas Stoller
    Basé sur Dora l’exploratrice de Chris Gifford, Valerie Walsh Valdes et Eric Weiner
    Avec Isabela Moner, Eugenio Derbez, Michael Peña, Eva Longoria, Danny Trejo
    Music de John Debney, Germaine Franco
    Directeur de la photographie : Javier Aguirresarobe
    Montage : Mark Everson
    Production : Paramount Players, Nickelodeon Movies, Walden Media, Media Rights Capital, Burr! Productions
    Distribué par Paramount Pictures
    Date de sortie : 9 août 2019 (Etats-Unis), 14 août 2019 (France)
    Durée : 102 minutes

    Vu le 11 août 2019 à UGC Ciné Cité Paris 19, salle , en VF

  • 4.5