Logo
Accueil > Reviews > Uglydolls

Uglydolls

  • Uglydolls
    À Uglyville, on aime tout ce qui est bizarre, on célèbre les particularités et la beauté cachée ailleurs que dans les apparences. Moxy, une drôle de petite créature à l’esprit libre, et ses amis les UglyDolls vivent chaque jour dans un tourbillon de joie et de bonne humeur, savourant la vie et ses possibilités infinies. Moxy est parfaitement heureuse dans cet endroit où personne n’est comme tout le monde. Mais sa curiosité naturelle la pousse à se demander ce qui peut bien se trouver de l’autre côté de la montagne où se niche Uglyville. Accompagnée de ses amis, elle va découvrir un autre monde, Perfection, une ville où les poupées ordinaires sont élevées pour être idéalement conformes aux critères conventionnels afin de séduire les enfants. Moxy et ses copains vont être soumis aux manipulations de Lou, la poupée idéale chargée de former les nouvelles recrues. À Perfection, les UglyDolls vont se retrouver confrontés à la différence, au rejet et à l’envie d'être aimés, mais ils finiront par comprendre qu’il n’est pas nécessaire d’être parfait pour être extraordinaire et que la seule chose qui compte, c’est qui l’on est vraiment.

Critique de Mulder

  • IIl serait intéressant de définir ce que devrait être réellement un très bon film d’animation. Certes, Pixar Animation Studios et Disney Animations Studios restent les rares studios capables de relever films après films le challenge de rester les meilleurs non seulement au point de vue de l’animation mais aussi de savoir faire preuve d’une réelle inventivité permanente et de refléter non seulement notre société actuelle mais également celle du passé qui reste pour nous synonyme de nostalgie (ce qui est encore plus vrai avec Pixar).

    Alors que le Roi lion esthétiquement est irréprochable et s’impose comme l’énorme succès mondial de cet été, il faut reconnaitre que son scénario nous a totalement déçu et gâche une grande partie du bonheur pris à revisiter le chef d’œuvre immortel de Disney au titre homonyme. Certes Uglydolls ne peut pas rivaliser du point de vue de l’animation avec ces deux mastodontes mais bénéficie non seulement d’une histoire originale et surtout d’un scénario d’une réelle intelligence brocardant notre société et sa manière de ne mettre en avant que l’esthétisme sans chercher réellement à voir les nombreuses qualités qu’une personne ou une œuvre possède réellement.

    Sur une histoire de Robert Rodriguez qui nous rappellera beaucoup l’un des meilleurs épisodes de la Quatrième dimension (L'Œil de l'admirateur de Douglas Heyes), nous découvrons un monde dans lequel les jouets présentant des défauts apparents sont rejetés et se retrouvent dans la ville d’Uglyville dans laquelle ils doivent apprendre à vivre avec leurs défauts et le fait d’être rejetés par un système ne retenant que la perfection. Pourtant Moxy qui déborde de créativité et de joie de vivre souhaite réellement découvrir ce qui se passe en dehors de sa ville et embarque ses amis dans une aventure qui changera à jamais leur vision de voir les choses.

    La grande force d’Uglydolls est de reposer sur une approche qui plaira autant aux enfants mais aussi aux adultes car loin de l’infantilisme de certains films d’animation, ce film peut être vu comme une réelle comédie musicale dans laquelle il faut savoir reconnaitre ses défauts et mettre en avant ses nombreuses qualités comme la solidarité, la créativité mais aussi savoir se battre pour une cause juste. En découvrant cet univers très coloré qui rappellera par certains côtés celui du film d’animation Angry Birds, on ne peut qu’être conquis par ses nombreuses chansons et l’énergie débordante de ce film. On pourra donc vous conseiller de découvrir ce film dans sa version originale qui permet de retrouver notamment Kelly Clarkson, Janelle Monae, Blake Shelton, Wanda Sykes, Gabriel Iglesias, Emma Roberts, Wang Leehom, Bebe Rexha, Charli XCX, Lizzo, Nick Jonas et Pitbull.

    Le film nous permet également de retrouver intact notre âme d’enfant et le plaisir que nous avions à créer de véritables aventures avec nos jouets préférés. Nous avons tous eu un jouet pourtant cassé mais qui avait à nos yeux une réelle importance et qui comptait réellement pour nous. Même si ici l’animation n’arrive pas à atteindre la perfection d’un Toy Story 4, on se laisse pourtant embarquer dans cette aventure humaine qui nous fera autant rire que savoir nous émouvoir. Le film nous montre de nouveau que nos imperfections ne sont pas un handicap mais une force, une manière d’être différent et de nous permettre de changer d’une certaine manière le monde actuel. Certes, certains ne pourront pas voir les nombreuses qualités intrinsèques de ce film à force de ne regarder que des films d’animation à l’esthétisme parfait mais souvent vides de sens et manquant cruellement d’émotion.

    Uglydolls mérite donc amplement une seconde chance lors de sa sortie en vidéo en France et on espère que l’édition blu-ray française contiendra les mêmes bonus proposés que ceux de sa version américaine (featurette sur la création du film et autre, version karoke du film, bandes annonces…)

    UglyDolls
    Un film de Kelly Asbury
    Produit par Jane Hartwell, Robert Rodriguez, Oren Aviv
    Sur un scenario de Alison Peck
    Sur une histoire de Robert Rodriguez
    Basé sur les personnages Uglydoll de David Horvath, Sun-min Kim
    Avec les voix en version originale de Kelly Clarkson, Janelle Monae, Blake Shelton, Wanda Sykes, Gabriel Iglesias, Emma Roberts, Wang Leehom, Bebe Rexha, Charli XCX, Lizzo, Nick Jonas, Pitbull
    Music by Christopher Lennertz
    Montage : Julie Rogers, Nolan Southerland
    Production : STX Family, Reel FX Animation Studios, Alibaba Pictures, Huaxia Film Distribution, Original Force
    Distribution : STX Entertainment
    Date de sortie : 3 mai 2019 (Etats-Unis), 10 juillet 2019 (France)
    Durée : 87 minutes

    Vu le 11 août 2019 en version originale

  • 4